You are here: Home » Est africain - Océan Indien » À Madagascar, le terrible bilan de la sauvagerie coloniale…

À Madagascar, le terrible bilan de la sauvagerie coloniale…

C’est un épisode méconnu, et pourtant : en 1947, Madagascar connut aussi une violente insurrection nationaliste, réprimée tout aussi violemment qu’au Cameroun par l’administration coloniale française.

« Ironiquement, le malaise a explosé à cause de la mauvaise gestion des administrateurs de la France libre, qui avaient durci le code de l’indigénat et rétabli le travail forcé pour alimenter l’effort de guerre », rappelle l’historien Jean Fremigacci.

À l’époque Paris, concentré sur l’Indochine, ne prend pas la mesure de ce qui se joue à Antananarivo et dans l’est de la Grande Île, et n’envoie sur place qu’une dizaine de bataillons marocains et algériens mal entraînés. Brutalité, viols collectifs… Le résultat est catastrophique. À Moramanga, un train d’une centaine de prisonniers politiques est mitraillé ; à Mananjary, au moins six opposants sont jetés vivants depuis les avions de l’armée ; à Antananarivo, des centaines sont arrêtés et beaucoup meurent sous la torture. L’ordre n’est finalement rétabli qu’en décembre 1948, village après village, grâce à une technique mise en place par le général Pierre Garbay, muté ensuite en Tunisie et au Cameroun pour mater d’autres révoltes…

A LIRE AUSSI sur habarizacomores.com: Un nouveau directeur général pour Air Madagascar

« Extrêmement médiatisée au début, l’insurrection malgache finira par disparaître de la une au profit de la guerre d’Indochine. La guerre d’Algérie achèvera de rendre cet événement « secondaire » », estime Jean Fremigacci. Le bilan de ce qui n’a jamais été considéré comme une guerre est pourtant lourd : en moins de deux ans, elle aurait fait entre 30 000 et 90 000 morts. Par Jeune Afrique

© « Copyright » – www.habarizacomores.com – Le journal de la diaspora comorienne en France et dans le monde :Information et actualité en temps réel

NB: Alerte info – Un faux compte ouvert au nom de Sania Wadaane Abdallah pirate vos comptes facebook. Nous vous conseillons de signaler le profil suivant « Sania Wadaane Abdallah» à facebook et surtout d’éviter son site internet «http://comores-infos.com» qui reprend nos articles et les modifient afin de semer la haine chez les comoriens.

Powered by Comores infos