You are here: Home » Actualités » A Monsieur Mohamed SOILIH dit MOMO, président de la chambre d'agriculture comorienne

A Monsieur Mohamed SOILIH dit MOMO, président de la chambre d'agriculture comorienne

A Monsieur Mohamed SOILIH dit MOMO,  président de la chambre d'agriculture comorienne
A Monsieur Mohamed SOILIH dit MOMO,  président de la chambre d'agriculture comorienneA Monsieur Mohamed SOILIH dit MOMO,  président de la chambre d'agriculture comorienne

 


Sécurité Alimentaire
J’adhère entièrement à votre projet qui consiste à relever le défi de la sécurité alimentaire. En tant que technicien agricole, je suis avec grand intérêt les actions qui sont menées par votre chambre d’agriculture et autres structures comme le SNAC(syndicat national des agriculteurs comoriens) et la FNAC(fédération nationale des agriculteurs comoriens), deux syndicats agricoles qui existent depuis 20 ans.

Mais permettez M.le président de souligner les lacunes qui existent chez les opérateurs agricoles comoriens. Comment pouvez vous nous parler de sécurité alimentaire, sachant que les deux marchés organisés par ces deux syndicats ne dépasse pas chacun les 50m carrés?

Comment comprendre que cela fait 20 ans que vous vous décarcassez chaque jour pour le développement du secteur et pourtant nous importons plus de 80% de nos produits de premier nécessité? A ce rythme je vois mal comment pourriez-vous nourrir l’enfant qui a le ventre vide.
Pour rappel, sous le régime du commandant des commandeurs, l’autosuffisance alimentaire a été atteinte en l’espace de 3 ans et paradoxalement pour nous pendant 20 ans, nous en sommes toujours dans l’élaboration des projets. Le comble, c’est de voir que des techniciens agricoles de renom issus de la coopération, sillonnaient le pays pendant ces années, alors que nous en sommes toujours dans une agriculture de subsistance.

Alors à quand nous allons réellement mettre le curseur sur le développement du secteur agricole. on dirait que la crise alimentaire de 2008 qui a secoué certains pays africain ne nous ait pas servi de leçon pour l’avenir.

Mais audela de ce constat amer, Je reste persuadé qu’en 2 ans l’agriculture comorienne peut nourrir les 800 000 habitants. Pour y parvenir M.le président, il faut des moyens en ressources humaines, en infrastructures et en matériels de production. Et enfin accompagnés par une reforme de l’appareil de production qui offrira aux exploitants d’agrandir leur appareil de production. Désormais, il n’y a pas de fatalité, il faut juste se donner ces moyens, les rendre disponibles aujourd’hui pour les paysans si nous voulons voir le pays sortir de l’assistance alimentaire.

Kari abdou toihir

Mbadakome

Remix de mbadakome

Powered by Comores infos