You are here: Home » Actualité » À peine «parti», Ibrahim Ali Mzimba est déjà de retour

À peine «parti», Ibrahim Ali Mzimba est déjà de retour

À peine «parti», Ibrahim Ali Mzimba est déjà de retour

Toute honte bue, il a tué le Conseil de l’Ordre des Avocats

Par ARM

       Il est très culotté, cet Ibrahim Ali Mzimba-là. Il est devenu Ibrahim Ali Mzimba le mage, le sorcier, l’enchanteur, le sorcier, le chaman, le thaumaturge, le marabout, l’ensorceleur, le contorsionniste, le digne successeur de Valentin-le-désossé, l’héritier en ligne directe de l’illusionniste Ehrich Weisz dit Harry Houdini… Bientôt, il faudra le proclamer Pape et même Prophète. Un garçon qui sait vivre.

Il a versé des larmes de crocodiles ou plutôt des larmes de poisson dans l’eau en prétendant mensongèrement et sans vergogne qu’il allait quitter la scène politique. Le même jour, votre site préféré vous apprenait qu’il se livrait à cette sinistre farce dans l’unique but de mieux réapparaître sur la même scène politique, mais pour crâner et afficher son soutien à son maître à penser et à panser, le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Pakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Auparavant, votre site préféré vous prévenait: au profit du «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri, le même Ibrahim Ali Mzimba cocufiait le Comité national de Transition (CNT), dont il était le Vice-président.

À peine a-t-il fait semblant de tourner le dos à la scène politique qu’il y revient, en usant de ruse: il conduit à Bête-Salam, dans l’antre de Satan, une partie des avocats du Barreau de Moroni, et de la plus honteuse des façons, en prétendant qu’il allait demander l’aide pour le Droit au dictateur inculte et vulgaire qui a tué le Droit aux Comores. Cherchez l’erreur. Comme quoi, en même temps qu’il y a des Eskimos qui apprennent aux Congolais comment faire face aux vagues de chaleur, il y a aussi des pyromanes qui suggèrent qu’il faudra faire confiance à d’autres pyromanes pour éteindre les incendies qu’ils ont eux-mêmes provoqués sciemment. Naturellement, l’ami Aïcham Itibar, portant son flamboyant costume bleu et affichant sa mine de jeune premier et de gendre idéal, était de la partie. Quelle grandeur d’âme!

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 8 août 2019.

Powered by Comores infos