You are here: Home » Actualités » A propos du projet de résilience du changement climatique du gouvernement Comorien

A propos du projet de résilience du changement climatique du gouvernement Comorien

A propos du projet de résilience du changement climatique du gouvernement Comorien

 

Pour une fois nos autorités ont pris des mesures concrètes concernant les conséquences des changements climatiques. Il s’agit d’une prise de conscience qui mérite d’être soulignée et encouragée par tous.
Néanmoins, comme à l’accoutumé nos techniciens avec la collaboration des consultants étrangers nous imposent toujours les mêmes solutions désuètes d’un temps révolu, sans lendemain. Des projets pour entretenir l’assistanat chronique de la population et faire vivre leurs auteurs.
Or, au moment où nous vivons dans un pays sans eau, ni électricité ni routes, les efforts de quelque nature que ce soit, d’où quels viennent devraient se concentrer pour trouver une solution à ce problème qui enfonce davantage le pays dans la précarité.
Pour Ngazidja, la réhabilitation du réseau d’électricité existant et la concrétisation du projet de la géothermie ou des autres énergies renouvelables (parcs solaires, éoliennes) feraient d’une pierre 2 coups car, cette stratégie, permettrait de régler le problème d’eau et d’électricité dans toute l’île en installant des pompes électriques sur les puits existants autour de Moroni et ailleurs en périphérie.
Pour Anjouan, le reboisement et la sécurisation des sources d’eau demeurent une urgence capitale. Ainsi dans un premier temps et en urgence les champs mitoyens des sources d’eau doivent être répertoriés et délimités comme terrain domanial puis reboisés par les services des eaux et forêts qui doivent également assurés le gardiennage 24 sur 24h et l’entretien en collaboration avec les mairies pour chaque commune. Cette stratégie permettra de pérenniser le projet d’hydroélectricité seule source d’énergie facilement accessible pour régler le problème d’électricité à Anjouan. Aussi, l’installation d’un parc solaire et des éoliennes sur l’île de la selle le seul endroit inhabité de l’île constitue une chance majeure pour Anjouan. En effet, cette île est bien exposée au soleil et aux vents toute l’année. Je profite de cette occasion pour saluer les efforts du gouverneur d’Anjouan dans ce domaine des énergies renouvelables, car un projet d’hydroélectricité est déjà finalisé par un bureau d’étude français, mais attend un financement au ministère des finances et un autre projet de création de parcs solaires et d’éoliennes est en cours d’étude. Espérons que le futur président financera ce projet. Et celui qui le réalisera sera mon meilleur président quel qu’il soit son idéologie ou son étiquète politique. Mon premier souci c’est l’avenir de mon pays et jamais l’avenir politique des individus.
Pour Mohéli, la préservation de la faune et de la flore, y compris la forêt légitimera son atout majeur, le tourisme. Mais rien ne peut se faire sans eau ni électricité. Mohéli connaît les mêmes soucis que les autres îles sœurs bien qu’elle dispose de grandes potentialités énergétiques et hydriques avec ses nombreuses sources d’eaux. En fait, 3 sites sont retenus pour l’installation de groupes hydrauliques, par le bureau d’études financés par le gouvernement comorien conjointement avec le gouvernorat d’Anjouan, avec une capacité suffisante pour alimenter toute l’île. Il s’agit du projet le plus utile pour Mohéli très loin devant les constructions de bureaux en verre, en bois ou en or. Les autorités ont le mérite d’avoir accepté le financement de ce projet, il échoit aux successeurs de finir le boulot pour l’intérêt de notre pays.

Docteur Abdou Ada Musbahou
Chirurgien France

Powered by Comores infos