You are here: Home » Actualité » Abdou Djabir, candidat de la seule et ultime chance

Abdou Djabir, candidat de la seule et ultime chance

Abdou Djabir, candidat de la seule et ultime chance

Il sera bien de retour à Mohéli le vendredi 22 mars 2019

Par ARM

     L’île de Mohéli est installée dans la malédiction institutionnelle depuis bien longtemps. Elle est livrée à ce qu’il y a de pire, et avec la complicité du pouvoir fédéral, qui a toujours voulu avoir sur l’île sa lie: Mohamed Saïd Fazul dit Babadi, Mohamed Ali Saïd, Chabouhane Baguiri et le «Colonel» Mohamed Anrifi Moustoifa Bacar Madi dit José, autoproclamé Obama.

Aujourd’hui, les Mohéliens veulent rompre avec la malédiction. Ils ont demandé au Docteur Abdou Djabir d’être leur candidat pour sauver cette île «outragée, cette île brisée, cette île martyrisée, cette île humiliée», cette île qui doit être libérée du sous-développement. D’habitude, les acteurs politiques se mettent en avant et pérorent. Cette fois-ci, ce sont les Mohéliens qui ont demandé au Docteur Abdou Djabir de donner de sa personne en acceptant d’être le candidat de la seule et ultime chance. Mohéli est à la croisée des chemins et a besoin d’un signal électoral fort. Ce signal ne pourra venir que des Mohéliens.

L’homme providentiel n’existe pas. Pourtant, les Mohéliens, pour briser le cycle de la médiocrité et de la malédiction, ont décidé de confier le destin de leur île à un homme capable de comprendre et de régler leurs problèmes. Abdou Djabir est cet homme: Docteur en Droit public, militant de la première heure au sein de l’Association des Stagiaires et des Étudiants comoriens (ASÉC) et du Front démocratique, les vecteurs de la démocratie et de l’État de Droit lors de la période épique et charnière des années 1970-1980, fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères des Comores et au Gouvernorat de Mohéli dans les années 1980, fonctionnaire à Mayotte et dans l’Hexagone, Député à l’Assemblée de l’Union des Comores… Mohéli peut-il rêver mieux. Pour leur part, les forces patriotiques et progressistes des autres îles soutiennent cette candidature.

Les Mohéliens n’ont pas le droit de dilapider un tel capital humain – le plus important –, en se repliant sur des petites haines mesquines et nihilistes. Si Mohéli rate le grand rendez-vous de 2019, elle mettra un siècle à se relever.

En tout état de cause, il est attendu des Mohéliennes et des Mohéliens un grand signal ce vendredi 22 mars 2019 à «l’aéroport» de l’île, quand le Docteur Abdou Djabir va arriver en provenance de l’étranger, où il était parti pour un bilan de santé, absolument nécessaire en période électorale. Déjà, de nombreux Mohéliens ont fait le déplacement de partout pour y être. L’heure est à la responsabilité et au rassemblement.

Les Mohéliens doivent assumer leurs responsabilités morales vis-à-vis de leur île. Ce que les Mohéliens ne feront pas pour leur île, aucun extraterrestre ne l’accomplira à leur place.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 17 mars 2019.

Powered by Comores infos