You are here: Home » Non classé » Achat de capacités I  Telco  «refuse toujours» de signer une convention avec Comores câbles

Achat de capacités I  Telco  «refuse toujours» de signer une convention avec Comores câbles

Société |  09/12/2020 – 

image article une

Le second opérateur continuerait encore une fois de remettre en cause l’exclusivité dont bénéficie Comores câbles. Pour cette raison, Telco refuse de signer jusqu’à présent un contrat de vente capacité.

Le contentieux opposant Telco et Comores câbles refait à nouveau surface après une accalmie. Deux mois après la dernière crise qui avait été à l’origine de la désactivation des lignes du premier, pendant un mois, voilà encore un litige qui se profile à l’horizon. La raison : le second opérateur ne veut pas signer une convention d’achat de capacités. Pour régler ce différend, le gouvernement a initié depuis 5 jours des pourparlers. Pas plus tard qu’avant-hier lundi, toutes les parties se sont reprouvées au ministère des Postes et des Télécommunications.

Ce jour-là, l’Anrtic, Telco, Telma, et le ministère des Tics ont passé plus de 4h de temps à essayer de trouver un terrain d’entente. Hélas, aucune issue n’a été trouvée. Le second opérateur reste inflexible et campe sur ses positions. A la sortie de la réunion, à 19h les visages crispés, aucun responsable n’a souhaité s’exprimer devant les médias. Seul Ali Karani a accepté de livrer un petit compte-rendu. Et il n’a pas caché son mécontentement. “Cela fait quatre ans que ce conflit dure.

Telco achetait sa capacité chez Telma Madagascar. De notre part, on leur ouvrait les voies. Mais avec le monopole accordé à Comores câbles, ils ont finalement accepté d’acheter ici. Le problème, ils refusent de signer un accord et préfèrent payer à chaque fin de mois”, a déploré le directeur général de Comores câbles, Ali Karani, lundi.

Dette épongée

Depuis novembre, Telco utilise 2stm4. Mais il n’existe aucun accord liant les deux sociétés. “Nous ne sommes pas dans une épicerie, où on vient acheter du pain quand on veut. Cette méthode est inacceptable. Si entre le 1er et 3, la facture n’est pas réglée, je serai obligé de couper”, a mis en garde Ali Karani qui a voulu prendre à témoin les consommateurs disait-il. Début octobre, Comores câbles avait coupé les communications du second opérateur.

A l’origine de cette bisbille, des factures impayées de Telco et son intransigeance à ne pas vouloir reconnaitre les prérogatives accordées à la société nationale de gestion de câbles. “Le gouvernement nous a mobilisés pour trouver une solution. En signe de bonne foi et pour repartir sur de nouvelles bases, il nous a même été demandé d’éponger la dette d’un milliards 807 millions de francs. Mais malgré cela, Telco évite de signer un accord. Ce n’est pas tout. Ils continuent aussi de contester l’arrêté de 2018 et estiment qu’ils sont en droit d’acheter auprès de Telma”, a poursuivi Ali Karani.

La question que certains se demandent est comment se fait-il qu’une société comme Comores câbles ait accepté de vendre de la capacité sans qu’il y ait un accord au préalable. “La crise d’octobre été la seule occasion pendant laquelle, Comores câbles pouvait poser des conditions. Mais ils ont raté le coche”, a glissé un spécialiste national du domaine qui a suivi de près le dossier. 

Powered by WPeMatico