You are here: Home » Actualités » Actes de tortures sur des justiciables: Souef s’en désolidarise et demande l'ouverture d'une enquête

Actes de tortures sur des justiciables: Souef s’en désolidarise et demande l'ouverture d'une enquête

Le ministre des affaires étrangères, Souef Mohamed El-Amine a tenu une conférence de presse ce 19 décembre. Après avoir fait un tour d’horizon sur l’actualité internationale comme à son habitude, le chef de la diplomatie comorienne a évoqué certains sujets de politique intérieure. Au cours de cette rencontre avec la presse, il s’est désolidarisé des actes de tortures subis par des justiciables dans le cadre de l’enquête sur le gendarme mutilé, le sergent Radjab, le jour du référendum dans un bureau de vote.

Ce mercredi, le ministre des affaires étrangères, Souef Mohamed El-Amine a tenu une conférence de presse après avoir reçu le corps diplomatique en son ministère. Avant de passer à la politique intérieure, il a fait un tour d’horizon de l’actualité internationale et régionale et a notamment insisté sur la Grande île dont les élections se déroulaient hier. Il a également fait un focus sur la Russie, dont les relations bilatérales avec les Comores ont pris un nouvel élan. « Même si nos relations avec la France sont en train de se normaliser après les crispations de ces derniers mois, il est normal de nous allier avec une autre puissance, membre du Conseil de sécurité, non seulement pour différents secteurs, telles que l’énergie, la sécurité, ou encore l’hôtellerie mais dans notre quête pour notre accession à la souveraineté territoriale », a-t-il longuement expliqué.

Pour ce qui est des affaires internes de l’Etat, la principale annonce est sans doute la convocation prochaine du collège électoral. « Nous voulons que l’investiture du président ait lieu le 26 mai », a-t-il notamment fait savoir.

S’il a de lui même évoqué la question des procès qui se sont tenus ces derniers jours auprès de la Cour de sûreté de l’Etat, des journalistes ont fait part de leurs interrogations quant aux sévices qui ont été subies par ces citoyens à l’immigration dans le cadre de l’enquête sur la mutilation du gendarme survenue le 30 juillet (comprendre ministère de l’intérieur). Soeuf Mohamed El-Amine a répondu de la sorte : « avant d’être un ministre, je suis avant tout un citoyen et s’il est vrai que des jeunes ont été torturés, je le condamne fortement ; de tels actes ne peuvent passer inaperçus, une enquête doit être ouverte afin que justice soit faite ». Et d’ajouter qu’il s’en désolidarisait. Il a par ailleurs fait savoir qu’une enquête allait être ouverte concernant le jeune homme qui est décédé des suites d’une blessure par arme à feu, il y a une dizaine de jours à Ikoni.

Autre sujet qui a marqué l’actualité sous nos cocotiers, l’état de santé du président de la république, arrivé hier après un voyage dans le royaume chérifien. Il a balayé les rumeurs entendues ici et là, confortées par un organe de presse régional, et sur un ton laconique, a lâché « que le président de la république pouvait s’octroyer quelques jours de repos sans que cela affole la population ».

Il est revenu sur son propre cas, des rumeurs ayant aussi fait état d’une maladie grave et a regretté « la désinformation qui peut sévir ».

Faïza Soulé Youssouf

Powered by Comores infos