You are here: Home » Actualités » Adoubement de Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed à Vouvouni

Adoubement de Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed à Vouvouni

Après le «tsodrano» à Antananarivo, il eut la bénédiction à Vouvouni

Par ARM

   Un tsunami électoral s’est déclenché sur les Comores. Ce tsunami politique a un nom et même un nom très connu des Comoriens et de la communauté internationale: l’inimitable Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed, Président du Parti Comores Alternatives (PCA) et candidat déclaré à l’élection présidentielle comorienne de 2016. Après avoir plané sur les Seychelles, le tempétueux Président de PCA débarqua sur l’île de Madagascar, où son passage n’est pas passé inaperçu, bien au contraire. Conférences de presse, rencontre avec les autorités malgaches qui comptent et avec l’opposition malgache, entretiens avec les Ambassadeurs accrédités à Antananarivo et échanges avec les étudiants comoriens avaient rythmé son passage cyclonique à Madagascar. Et quand le journaliste malgache Teholy Martin de L’Observateur de Madagascar lui avait demandé les raisons de sa présence sur la Grande Île à quelques mois de l’élection présidentielle comorienne, il expliqua doctement, en homme qui baigne dans la tradition de Madagascar, où il est né: «Je suis venu à Madagascar d’abord, pour prendre le “tsodrano» (bénédiction) de la communauté malgache et surtout des ancêtres du pays où je suis né, et en second lieu, pour tisser des bonnes relations avec ceux qui dirigent l’État malgache actuellement mais aussi avec ceux qui sont dans l’opposition car je suis persuadé que demain se prépare aujourd’hui». Apparemment, le cyclone politique comorien a obtenu le «tsodrano» à Madagascar avant d’aller chercher la «Radhi» («Bénédiction») aux Comores.

   En homme qui sait ce qu’il veut et comment l’obtenir, il est parti à Vouvouni, sur les terres natales de sa mère, demander cette bénédiction à laquelle il tient tant. Et là, le Comorien le plus pressé au monde a fait les choses en grand. Il choisit le vendredi, jour de la grande prière collective pour faire son show. C’était le vendredi 18 septembre 2015 qu’il se présenta devant la grande notabilité de la ville. Et il a fait les choses en grand car, c’est portant la grande tenue d’apparat des grands notables et non le costume taillé sur la belle étoffe et au pli impeccable qu’il porte habituellement qu’il s’est présenté devant cette notabilité très à cheval sur l’étiquette sociale. La cérémonie s’est passée dans les meilleures conditions qui soient. Les décideurs de la ville lui ont posé la main sur la tête et lui ont dit dans une voix étranglée par une émotion sincère: «Fils, nous suivons les développements de ta candidature, qui fait la fierté de toute une ville, la ville de ta mère. Conduis-nous à la Présidence de la République. De tout cœur, nous sommes avec toi, et tu peux compter sur notre soutien indéfectible. Nous sommes prêts à te suivre les yeux fermés lors de ta marche triomphale vers Beït-Salam. Si la décision de t’installer à la Présidence de la République n’appartenait qu’à nous, alors aujourd’hui même, nous signerions le décret notabiliaire qui ferait de toi, cher enfant, le prochain Président de ce pays, auquel tu es très attaché. Tu as notre bénédiction». Et, ce n’est pas fini parce que la prochaine étape pour Saïd-Abdillah Saïd-Ahmed est Nkourani-Sima, la ville d’origine de son père, où il compte se faire adouber également. Maintenant que le coq est entré dans la basse-cour, il va y avoir de l’agitation et de l’animation dans le poulailler.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 23 septembre 2015.

Powered by Comores infos