You are here: Home » ACCUEIL » Affaire Anfardine Anas-Agent de la Société Onicor-Domoni et L’AGID Anjouan

Affaire Anfardine Anas-Agent de la Société Onicor-Domoni et L’AGID Anjouan

Affaire Anfardine Anas-Agent de la Société Onicor-Domoni et L’AGID AnjouanL’Administration Générale des Impôts et des Domaines (AGID), suite à une vaste Opération de Recensement des Commerces toutes catégories confondues, dans l’île d’Anjouan, avait inspecté le point de vente de la Société Onicor basée à Domoni en début du mois de Novembre.La structure de l’onicor est mise en place depuis Octobre dernier, et cette Unité n’avait pas pris le soin d’acquitter sa patente d’exercice malgré plusieurs relances diligentées par l’AGID Anjouan.La Brigade de Recouvrement de l’AGID a relevé, au cours de ce contrôle de routine, le Mardi 10 Novembre dans les locaux du point de vente un défaut de patente et a procédé à la fermeture administrative du magasin.Une semaine après, Monsieur Anfardine Anas, agent de l’onicor, sur ordre de sa hiérarchie, a admis de détruire les scellés administratifs de l’AGID.

Le 9 décembre 2020, le Directeur de l’AGID Anjouan, informé de l’infraction manifeste, s’est résolu, de lui-même, accompagné de quelques de ses cadres de son Administration de marcher sur Domoni, pour aller poser à nouveau des scellés afin d’obliger l’onicor à se conformer aux textes de Loi.Cependant, Djaanfar Salim Allaoui, avant d’envisager le déplacement à Domoni, avait pris la peine d’introduire une plainte au Parquet de Mutsamudu la matinée dénonçant un refus systématique de l’onicor de vouloir régler la patente qui lui a été, au préalable, établie.Et à peine l’Equipe de l’AGID ait quitté la ville de Domoni, que le récidiviste Anfardine Anas, de l’onicor, est entré en scène, à nouveau, sur recommandation de sa direction générale, pour faire sauter les scellés de l’AGID.

Le Samedi 12 Décembre 2020, sur réquisition du parquet de Mutsamudu, Anfardine Anas fût interpellé par la Gendarmerie et placé en détention provisoire pour comparaître ce lundi 14 Décembre 2020.Ayant comparu et jugé en référée, l’ONICOR fût condamné à payer la patente d’exercice, plus une pénalité de cent pour cent selon l’esprit du Code Général des Impôts, le récalcitrant récidiviste s’est vu intimé l’ordre par le parquet à réparer le bris de tous les scellés ajouté aux frais de poursuite.Le Parquet de Mutsamudu a exigé à l’onicor que le règlement financier des préjudices subis par l’AGID, intervienne séance tenante avant que Anfardine puisse retrouver sa liberté.

Le Journaliste Fahardine Abdoulbaye RTN (Radio Télévision Anjouan)

Powered by WPeMatico