You are here: Home » Actualités » Affaire Me Mahamoud : La justice au service de la dictature

Affaire Me Mahamoud : La justice au service de la dictature

  Affaire Me Mahamoud : La justice au service de la dictature
Ne touche pas à ma dictature mon frère, sinon tu feras tes besoins dans un sot à la prison de Moroni.
L’avocat-politicien, M.Mahamoud, a été entendu aujourd’hui par le conseil de discipline. Accusé d’incitation à la haine et de troubles à l’ordre public, après l’élection présidentielle controversée qui a fait d’AZALI un président élu dans l’illégalité la plus totale, il risque une sanction exemplaire, a-t-on appris.  Il aurait déclaré que la justice a aider Azali à voler les élections présidentielles de mars 2016 , fin de citation.
Mais le paradoxe de ce propos, ce que le prévenu a fait sa déclaration en tant qu’homme politique et candidat à la dite élection. Ce qui ressort ici, c’est vide juridique car aucune loi n’interdit qui conque d’exercer deux activités professionnelles. Tout le monde sait que Me Mahamoud était le candidat à cette élection sous la bannière du parti JUWA. En tout cas la décision sur cette affaire fera une jurisprudence.
 Par ailleurs, il a déclaré lui-même aujourd’hui au conseil de discipline ou plutôt le conseil de la dictature : Ce n’était pas l’avocat qui a déclaré cela, mais plutôt le candidat aux élections présidentielles. Pour rappel le même propos a été prononcé par le bâtonnier au tribunal de Moroni qui est M.Ibrahim Ali Mzimba quand il était dans le CNT(conseil national pour la transition) et curieusement ce  bâtonnier  n’est pas poursuivi, mais au contraire, il fait dire le droit au nom de la dictature d’AZALI. Mais avant de prononcer une sanction à l’encontre Me Mahamoud le 6 novembre prochain, il va lui falloir lancer un projet de loi qui statuerait sur la possibilité de chaque citoyen à exercer deux activités professionnelles, comme c’est le cas de maitre Mahamoud. Sachant que Bon nombre de politiques comoriens sont avocats, médecins, il serait judicieux de clarifier leurs situations professionnelles avant de sanctionner un de leur. Par ailleurs, Me MSIMBA doit connaitre la signification de son nom qui en bantoue veut dire empereur  et pourtant il est tout le contraire de l’ordre impérial. Chez l’homme l’intégrité est un luxe et encore moins l’ordre.

Mbadakome

Powered by Comores infos