You are here: Home » Actualités » Affaires étrangères ; M. Mohamed Elamine Souef a perdu une occasion de se taire

Affaires étrangères ; M. Mohamed Elamine Souef a perdu une occasion de se taire

 Affaires étrangères ; M. Mohamed Elamine Souef a perdu une occasion de se taire
Deux jours après  sa démission, l’ancien ministre des affaires extérieures des Comores a montré son vrai visage en laissant qu’il était aux affaires pour les intérêts de son cousin AZALI et non ceux des comoriens. Jusqu’à là on en doutait pas, mais le crier sur les toits, c’est encore un degré de plus sur l’échelle de la vantardise. Interrogé sur Mayotte 1ere sur la raison pour laquelle il a démissionné, sa réponse a surpris plus d’un : « lorsque je suis devenu ministre j’avais quelles missions à remplir dont l’organisation des assises, du référendum, des élections présidentielles et en même temps les relations avec la France ce sont améliorées car au niveau de la coopération, l’aide de la France octroyée annuellement aux Comores, est passé de 4 millions d’euros à 150 millions, ce qui fait presque le triple, a déclaré ».
 M. Elamine, certes,  a permis l’augmentions du volume d’aide, mais il a oublié de rappeler la contre partie sur cette aide qui n’est que l’ile de Mayotte. Dans ces accords cadres de coopération avec les Comores,  il est prévu l’implantation d’un poste militaire d’observation sur l’ile d’Anjouan pour surveiller les comoriens. De même qu’un comorien peut poursuivi dans son propre pays par la justice française. Il a également oublié de dire que les français peuvent reprendre les expulsions des comoriens se trouvant sur l’ile de Mayotte, qui partie intégrante des Comores. Alors, ce Monsieur a oublié qu’il a concédé l’intégrité territoriale de son pays à la France, moyennant de l’argent.  Le pire ce qu’il en ait fier !

Une autre question en quoi AZALI avait besoin de lui pour organiser les assises, le referendum, les élections et le changement de la constitution ? Enfin, c’est la  1ere fois qu’un ministre s’invente pour avoir vendu son pays.

La vérité sur sa démission : cela relève d’un calcul machiavélique ordi entre lui et AZALI. Constatant ces derniers temps que le régime est chancelant, positionner Bolero ou Msaidié, c’est s’assurer du soutien de la France au régime Gozibi. Si Boléro a eu la médaille de la légion d’honneur, Elamine Souef la mérite encore.
Mbadakome1

Remix de mbadakome1

Powered by Comores infos