You are here: Home » Actualité » Ahmad Bin Mohammed Al-Jarwan vend les Comores

Ahmad Bin Mohammed Al-Jarwan vend les Comores

Ahmad Bin Mohammed Al-Jarwan vend les Comores

Aux Comores, il est le proconsul, le Président et le dictateur

Par ARM

       Les Comoriens disent à Ahmad Bin Mohammed Al-Jarwan, le prétendu Président du prétendu Conseil mondial pour la Tolérance et la Paix (GCTP en anglais) et nouveau maître des Comores: «Tu es un ingrat, et les Comoriens n’ont rien à fiche de ton Conseil mondial pour la Tolérance et la Paix, et te demandent d’oublier leur pays».

Ahmad Bin Mohammed Al-Jarwan est mauvais. Il n’est pas humain. Il est ingrat. Les mots «reconnaissance» et «gratitude» n’existent pas dans son langage de parvenu et d’arriviste. Il est un des acteurs de la «citoyenneté économique» dès le début, en 2008. Pour rappel, alors Président des Comores, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi avait accédé à la demande des navrantes dictatures médiévales et poussiéreuses d’Arabie pour accorder la nationalité comorienne aux citoyens de ces pays rendus apatrides par leurs propres tyrans.

Le colon méprisant, narcissique et arrogant d’Arabie avec le précieux Toiliha Dhoulkamal

Ahmad Bin Mohammed Al-Jarwan sait qu’Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, qui a franchi le cap de 1.000 jours de prison par isolement de l’humanité entière, est innocent sur le dossier de la «citoyenneté économique». Il a le pouvoir et l’influence nécessaires à la libération de l’ancien Président, en disant au dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri: «Nous avons encore besoin des passeports des Comores. Les dirigeants comoriens ont besoin de nos pétrodollars. Nous avons instauré la “citoyenneté économiqueˮ en accord avec le Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi. En l’accusant de corruption passive, vous nous accusez de corruption active. Soit vous prouvez sa corruption ainsi que la nôtre, soit vous le libérez. Autrement, nous n’allons plus continuer à vous versez nos pétrodollars».

Mais, la vie et la liberté d’Ahmed Abdallah Mohamed Sambi n’intéressent pas l’ingrat Ahmad Bin Mohammed Al-Jarwan. Il veut juste voir son pays continuer à priver des milliers de ses citoyens de sa nationalité pour aller leur acheter celle des singes des Comores. C’est Ahmad Bin Mohammed Al-Jarwan qui, il y a quelques semaines, avait pris un vol spécial des Émirats Arabes Unis et repartit des Comores avec 4.440 passeports comoriens. C’est encore lui qui fait fabriquer 40.000 passeports comoriens pour ses propres compatriotes à qui son propre pays refuse la nationalité, celle des Comores palliant l’infâme et inhumaine apatridie.

Cet homme et les siens aux Émirats Arabes Unis feignent d’oublier que leurs milliers d’apatrides ont aujourd’hui une existence légale grâce à Ahmed Abdallah Mohamed Sambi. Ils ont déjà enterré ce dernier alors que ce sont eux qui ont mendié auprès de lui «la citoyenneté économique». Ils l’ont enterré et incitent le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri à faire ses besoins sur sa tombe, qu’il doit brûler matin, midi et soir.

Aujourd’hui, toute honte bue, Ahmad Bin Mohammed Al-Jarwan a pignon sur rue à Moroni, où il est à la fois proconsul, dépositaire et propriétaire de la politique étrangère, chef de la diplomatie, Président, Tzar, Émir, Sultan, Roi, Shogun, Empereur, satrape, tyran et dictateur. Il jette ses cacahuètes aux singes des Comores: des accords de caporalisation et d’asservissement des Comores, une adhésion bidon à son non moins bidon Conseil mondial pour la Tolérance et la Paix, lui dont le pays, juste sorti des boutres et de la pêche aux perles dans les années 1970, fait partie des puissances qui mettent à feu et à sang le Yémen, le pays de la Reine de Saba, l’une des 5 plus vieilles civilisations du monde. Cette forfaiture fait regretter une autre grande, vieille et brillante civilisation: l’Iran, l’ancienne Perse. Ah, l’Iran!

Ahmad Bin Mohammed Al-Jarwan, au nom de sa «Tolérance et Paix», est également chargé par son pays de faire reconnaître Israël par les Comores, en vue de l’établissement de relations diplomatiques entre la dictature de Mitsoudjé et Israël. D’autres pays arabes vont donner de l’argent au dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri pour ce faire.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 12 février 2021.

Powered by WPeMatico