You are here: Home » Actualité » Ahmed Ben Saïd Jaffar fait fuir ses enfants et va fuir

Ahmed Ben Saïd Jaffar fait fuir ses enfants et va fuir

Ahmed Ben Saïd Jaffar fait fuir ses enfants et va fuir

D’autres rats morts d’Assoumani Azali s’apprêtent à fuir

Par ARM

       Au secours! Au secours! Au feu! Au feu! Le navire coule et les rats commencent à le quitter en cachette. Qui l’aurait parié il y a encore quelques semaines? Le félon Ahmed Ben Saïd Jaffar, transformé par le dictateur Assoumani Azali Boinaheri en vieille épouse morganatique, est en train de payer le prix de sa trahison envers le Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi. Dieu le punit. Alors qu’avant le 26 mai 2006, il était d’une banalité ennuyeuse et affligeante de rat mort, le Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi lui a permis d’apprendre à porter un vêtement décent et un costume, à manger à table, à voyager en première classe et à fréquenter les dirigeants du monde, en le nommant ministre des Relations extérieures de juin 2006 à juin 2010. C’est lui qui l’avait fait sortir du bouiboui et des gargotes.

Or, toute honte bue, il a pactisé avec le dictateur Assoumani Azali Boinaheri, le tyran qui a jeté anticonstitutionnellement et illégalement en résidence hautement surveillée et inhumaine le Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, le dirigeant qui l’a fait sortir de l’insignifiance et du néant. Il riait aux éclats quand Ambari Darouèche, la dictatrice folle aux allures de droguée, insultait et menaçait de mort le Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, qui ne lui a rien fait et qui n’a jamais prononcé son nom, que ce soit en privé ou en public.

Seulement, le félon Ahmed Ben Saïd Jaffar ne connaît pas le dictateur Assoumani Azali Boinaheri et ne sait pas que ce dernier, gaga de la tête, n’adore que les gens qui lui marchent sur la tête et les collaborateurs qui le trompent charnellement dans les suites d’hôtels à Dubaï. Le fugitif international Hamada Madi Boléro peut lui faire un cours magistral sur cette discipline universitaire appelée «Tentation et Trahison», les «Deux T». Dès lors, après avoir servi à tenter de diviser Mutsamudu, en croyant isoler le charismatique Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, le larbin félon Ahmed Ben Saïd Jaffar est devenu un kleenex, qui a été jeté après usage. Il ne sert plus à rien. Il a été chassé du «gouvernement» à coups de pieds derrière.

Et comme un malheur arrive rarement seul, à peine chassé du «gouvernement», le larbin félon Ahmed Ben Saïd Jaffar a appris de source sûre que le renversement du dictateur Assoumani Azali Boinaheri est une question de jours ou d’heures, et que cette fois, personne ne pourra empêcher les Comoriens de se venger des dirigeants médiocres qui leur pourrissent la vie depuis le 26 mai 2016. Pis, des actions de vengeance sont même planifiées contre les militaires à Anjouan.

Le félon Ahmed Ben Saïd Jaffar n’a même pas attendu qu’on lui répète ce petit discours pour faire fuir ses enfants vers la France. Lui-même va fuir dans quelques jours et même dans quelques heures. D’autres rats morts ayant été les serviteurs zélés, fanatiques et obséquieux du dictateur fou de Mitsoudjé sont en train de préparer leurs valises pour aller se cacher en France et manger du poulet KFC bien pimenté. Comme je compatis à leur peine, je suis prêt à leur fournir du bon piment que j’ai planté dans mon jardin pour relever davantage le goût de leur poulet. Un piment de qualité, oui, mon piment. Il y a quelques jours, j’ai appris d’un frère que ça s’appelle «piment oiseau». Pendant que les exilés actuels s’apprêtent à rentrer aux Comores, les rats morts fuient…

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 5 septembre 2021.

Powered by WPeMatico