You are here: Home » Uncategorized » Ahmed Bourhane et consorts dépriment et couinent

Ahmed Bourhane et consorts dépriment et couinent

Ahmed Bourhane et consorts dépriment et couinent

Agitation dramatique et frénétique tourne en eau de boudin

Par ARM

     Vraiment pathétique, cet Ahmed Bourhane-là. Larmoyant aussi. Pleurnichard, également. En effet, le pauvre Ahmed Bourhane, qui n’est pas du tout à plaindre, dans son vœu pieux, veut voir le pouvoir donner la définition d’actions publiques inexistantes, au lieu de tambouriner pour du «Ngoma gnombé», la danse du bœuf, pour laquelle le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani a failli se faire tuer lors du «mariage d’État», en février 2014, à Fomboni, Mohéli. Il ne sait peut-être toujours pas que ce sont les tonneaux vides qui font le plus de bruit et il s’étonne que les pays à succès ont des leaders qui font leur boulot sans tambours, ni trompettes, et ne communiquent que pour annoncer des résultats tangibles et palpables. Il en est ainsi de Singapour ou de la Corée du Sud, pays qui sont sortis de pauvreté en 30 ans de dur labeur, de discipline et de rigueur, et sans tricher avec l’opinion publique, avant de faire désormais partie des financiers du Programme alimentaire mondial (PAM).

D’autres pays prennent au moins la peine de présenter au peuple et aux bailleurs des fonds des projets bancables, avec des études de faisabilité, des maquettes à l’appui ainsi que des plans de financements, avec leurs fonds propres et les premiers contrats avec les investisseurs étrangers, dans le cadre d’un Partenariat Public-Privé. C’est le cas, à titre d’exemple, de la Côte d’Ivoire d’Alassane Dramane Ouattara, un Président mettant à profit son savoir-faire et son relationnel longtemps cultivé au sein du FMI, avec la bénédiction de Félix Houphouët-Boigny, dont il avait été le Premier ministre de 1990 à 1993. C’est aussi le cas du Sénégal, avec son projet d’une ville de Dakar bien agrandie et modernisée, éliminant progressivement les bidonvilles, tout en restant reliée à la Dakar capitale historique de l’ex-Afrique occidentale française (AOF), avant de devenir la ville grouillante qui n’a commencé une rénovation qu’à l’occasion d’une conférence au sommet de l’Organisation de la Coopération islamique (COI), avec les tentations et mésaventures judiciaires connues de Karim Wade. Au milieu de cela, on retrouve un projet-phare dont les travaux sont déjà en exécution pour la construction d’un nouvel aéroport. Avec aussi une alternance démocratique qui se respecte, sans besoin de menacer d’égorger qui que ce soit, ni d’un Président en exercice qui trahit les siens pour fricoter avec une prétendue «opposition» qui passe par la cuisine de la Première Dame, avant de lui faire payer les frustrations préalablement subies par tout candidat à l’usurpation.

En bons Comoriens que nous sommes, nous pourrions nous tourner vers nos voisins, frères et ancêtres du Mozambique et même d’Angola, qui décollent au même titre que la Guinée Équatoriale et qui ont su profiter de la manne pétrolière pour financer d’utiles grands travaux. Même si la Guinée Équatoriale est accusée d’entretenir la confusion entre finances publiques et bien mal acquis et vient de donner asile au dictateur mystico-maraboutique Yahya Jammeh, «le Professeur Al-Hadji Docteur bâtisseur de ponts qu’on a jamais vus en Gambie», pays voisin du Sénégal mais qui n’a jamais joui d’une once de liberté d’expression et de la presse.

Ah! La liberté des médias, l’une des fiertés des Dakarois et aux autres Sénégalais, qui ont formé quelques plumitifs de nos îles à qui on refuse la moindre liberté de ton! Il n’empêche que la Baraka FM finira par renaître de ses cendres et qu’Abdallah Agwa aura sa carte de presse, une carte de presse internationale, de surcroît, alors qu’aux Comores, aucun journaliste n’a une carte de presse. Oui, le frère Abdallah Agwa aura sa carte de presse internationale car le combat courageux qu’il mène est un combat universel parce que, comme l’a dit Joachim Chissano, alors Président du Mozambique voisin et frère, la démocratie est «une exigence universelle». Chose qui ne déplaît pas, cette belle phrase avait été prononcée le 20 juin 1990 lors de la conférence franco-africaine de La Baule, pendant que d’autres chefs d’État africains répugnaient à admettre les vertus de la démocratie après le discours historique du Président François Mitterrand liant aide au développement à démocratisation.

Au passage, les Comoriens aimant leur pays saluent les jeunes journalistes qui ont osé braver les gesticulations dramatiques et pathétiques de Kiki et d’une justice aux ordres, en réclamant la restitution des équipements de la Baraka FM, hier usitée avec joie par le même Kiki avant sa promotion au rang de «“ministrillon” de l’agitation», comme on dit si bien à Iroungoudjani, Moroni. Disons aussi ouf! au vu du communiqué du CNPA, qui ose enfin remonter les bretelles à un Kiki qui se croit autorisé à casser le minaret d’un lieu de culte et les antennes d’une radio, en violation flagrante des droits constitutionnels à l’expression, à la propriété privée, à la liberté du culte et de conscience, après avoir agressé les partis politiques. Et tout cela, avec la bénédiction d’un chef qui joue au chefaillon de village, clamant «l’Émergence», en décrétant une journée nationale de la vanille (en attendant celle du cul et du concubinage à ciel ouvert) car son neveu secrétaire général du gouvernement, en voleur et en repris de justice, est habitué, avec ses potes Bellou et Maoulana Charif, au détournement du mécanisme européen de stabilisation des prix. Parler à tout bout de champ d’«Émergence» et de «pays émergent», en affichant le coût d’un port dans le Hambou qui n’a même pas connu ne serait-ce que le début d’un commencement d’esquisse, au point d’aller dire au Mali qu’un rendez-vous est pris avec le monde, voilà qui relève de la foutaise institutionnalisée!

Voilà un galon de Maréchal ubuesque pour un régime politique qui prétend avoir accéléré la croissance économique en 7 mois, feignant de ne pas savoir que l’éclaircie de 2016 dans le ciel économique sombre des Comores est due au 40 millions d’euros accordés au dernier gouvernement d’Ikililou Dhoinine par l’Arabie Saoudite pour soutenir les réformes engagées alors par le Vice-président Mohamed Ali Soilihi. Or, si au bout de 8 mois d’exercice, le «gouvernement» voulait afficher un minimum de crédibilité dans son discours sur «l’Émergence», il suffit d’avoir le courage de dire à l’autre idéologue de service, le grand économiste du métro parisien devant l’Éternel, promu Directeur de l’Agence nationale pour les Investissements (ANPI), de montrer à la presse les projets déjà étudiés et validés sous une méthodologie de banquier par des experts de la Banque islamique de Développement (BID). Mais, le cher Abdou Katibou aurait-il l’honnêteté intellectuelle de préciser que ce travail a été effectué sous la tutelle du Vice-président Mohamed Ali Soilihi? Ce serait un crime de lèse-majesté qui lui vaudrait un bouton sur son siège éjectable que se disputent toujours les écuries d’Idaroussi Hamadi dit «Tonton-m’a-dit» et celles de Djaffar Ahmed Saïd, le David Ricardo comorien autoproclamé mais qui n’a jamais lu d’abécédaire en économie.

Au même moment, ce qui se passe entre le Gouverneur Salami Abdou Salami et le super coordinateur nommé par le gouvernement à Anjouan, où il est un proconsul, ou encore la bataille de chiffonniers qui délient les langues entre CRC et Orange à Mohéli prouvent que les politicards à la Grande-Comore qui croient qu’il y a des places à partager sont des cas perdus.

Et, dans tout ça, évidemment, Msa Ali Djamal (Photo) vient de récolter près de 2 milliards de francs comoriens de la Chine, mais ne reconnaîtra jamais que ce sont les fameux «dividendes numériques» dus au fait que, sous Ikililou Dhoinine, l’ORTC fut la première chaîne africaine à avoir adopté la norme DTMB lancée par la Chine, malgré les pressions de l’ANRTIC et de Comores Télécom en faveur de la norme européenne. Non seulement, le choix correspondait à la réalité historique de l’ORTC (bâtiments, équipements et formations) mais, en plus, il y avait une connexion avec la norme utilisable et prévue pour le futur Stade olympique en cours de construction. On peut reprocher bien de choses à Ikililou Dhoinine, mais sur ce dossier, ses ministres de l’Information et des Télécoms (Hussein Hassan Ibrahim et Bahia Massounde) ne devraient pas hésiter à témoigner de son engagement ferme. La Chine (avec un sens de la continuité de l’État et des relations à long terme) sait que depuis feu Mohamed Taki Abdoulkarim, les Comoriens sont attachés à ce joyau de cette coopération sino-comorienne, dont le potentiel n’est encore qu’à ses débuts. Sauf que la tendance des dirigeants comoriens consiste à vouloir tirer la couverture vers soi pour s’attribuer des mérites, en faisant croire qu’un pays se résume à tel ou tel individu.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 22 janvier 2017.

Powered by Comores infos