You are here: Home » Actualités » Ahmed M. Wadaane et Mohamed Chatur s’étrillent

Ahmed M. Wadaane et Mohamed Chatur s’étrillent

Ahmed M. Wadaane et Mohamed Chatur s’étrillent

Objet de la boxe: l’humiliation faite à Hamidou Karihila

Par ARM

     Ahmed Wadaane Mahamoud (Photo) est connu dans le microcosme politique et au sein de l’intelligentzia des Comores comme le loup blanc. Télégénique, réclamé par les chaînes de télévision panafricaines de France, costumes coupés dans la belle étoffe, le pli du pantalon impeccable, coupe de cheveux de classe internationale, chapeaux de feutre de grande classe, amateur de bons mots, un français flamboyant, un style lumineux, un raisonnement politique et intellectuel imparable, des idées généreuses et réalistes pour tirer les Comores vers le haut, une «aristocratie du diplôme» (Ali Benhaddou) et une aristocratie sociale qu’il ne met jamais en avant mais qui lui colle à la peau, à travers chacun de ses gestes, voilà Ahmed Wadaane Mahamoud.

     Ahmed Wadaane Mahamoud, auteur prolifique, capable de voir ce que l’œil des autres ne perçoit pas, a l’habitude d’observer les faits politiques et sociaux pour en tirer les conséquences logiques qui s’imposent. Il est dans son rôle d’intellectuel. Pour rehausser le niveau politique et intellectuel de la dernière élection présidentielle, qui a tourné à la mascarade, il avait décidé de se porter candidat à celle-ci, alors qu’il n’en avait ni les moyens humains, ni les moyens matériels. «C’était pour prendre date, pour prendre rendez-vous avec l’Histoire, pour préparer l’avenir», a-t-il l’habitude de dire à ses vrais amis. Qu’il soit dit en passant qu’Ahmed Wadaane Mahamoud est de Mbéni, l’éternelle capitale de la région du Hamahamet, en Grande-Comore.

     Seulement, voilà, Ahmed Wadaane Mahamoud n’est pas content, et le dit haut et fort. Il ne murmure pas. Il ne chuchote pas. Il ne susurre pas. Il ne parle pas sous le manteau. Il parle haut et fort. C’est ainsi qu’il a réuni la crème de la société de Mbéni, en présence de Mohamed Chatur, le très controversé garçon que le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani a eu le malheur de nommer à la tête de la Société comorienne des Hydrocarbures, malgré ce qui se sait sur lui. Voici, en substance, ce qu’il a dit: «Mbéniens, je vous ai réunis aujourd’hui pour vous exprimer ma honte, ma déception et ma colère. Azali Assoumani vient de nommer son gouvernement, et dans celui-ci, il y a un Mbénien. Oui, il y a un Mbénien, et ce Mbénien s’appelle Hamidou Karihila Hamadi. Autant dire que Hamidou Karihila Hamadi est le secrétaire général de la CRC, le parti politique d’Azali Assoumani. Logiquement, Hamidou Karihila Hamadi, en tant que secrétaire général de la CRC, méritait un poste ministériel d’autorité et de prestige. Or, il est relégué dans les bas-fonds du gouvernement, à un misérable poste de secrétaire d’État. Sur le plan protocolaire, il occupe la dernière place. Ici, à Mbéni, nous n’avons pas pour habitude de mendier des postes et encore moins de voir les enfants de la ville occuper des misérables postes de secrétaire d’État. Dès cet instant, chaque Mbénien digne de ce nom doit considérer qu’Azali Assoumani a insulté et souillé notre glorieuse ville. En tant que secrétaire général de la CRC, Hamidou Karihila Hamadi méritait mieux que cette foutaise de secrétaire d’État. J’estime qu’il est insulté, et à travers lui, toute la ville de Mbéni, tous les Mbéniens et toutes les Mbéniennes». Belle tirade.

     Là où il était assis, Mohamed Chatur avait des yeux desquels jaillissaient des éclairs. Les personnes présentes disent que si un regard pouvait tuer, Ahmed Wadaane Mahamoud ne serait plus de ce monde, tant ses propos déplaisaient au plus haut point l’homme du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani. Et c’est ainsi que Mohamed Chatur, d’une voix ressemblant à celle d’une personne qui mâche du gravier, se mit à grogner et à tempêter: «Toi, tu es vraiment culotté! De quel droit oses-tu faire des revendications pareilles? De quel droit les Mbéniens vont-ils se plaindre alors qu’ils ont refusé de voter pour Hamidou Karihila, de Mbéni comme eux? Qu’avez-vous fait? Vous avez voté pour le candidat soutenu par le Mbénien Mohamed Ali Soilihi et il s’agit du Foumbounien Hamada Moussa dit Aby. Vous avez piétiné Hamidou Karihila, et aujourd’hui, vous vous mettez à le prendre en pitié. C’est au moment des élections qu’il fallait penser à lui. Aujourd’hui, c’est trop tard. Notre Président nomme qui il veut, là où il veut, et ce ne sont pas vos jérémiades qui vont y changer quelque chose».

     Les joutes verbales entre les deux hommes continuèrent sur le même rythme. D’un côté, Ahmed Wadaane Mahamoud estime que sa ville a été humiliée à travers le triste sort fait à Hamidou Karihila Hamadi, et de l’autre, Mohamed Chatur considère qu’il fallait penser au pauvre Hamidou Karihila Hamadi, l’éternel vaincu aux scrutins, au moment des élections, au lieu de le laisser échouer à la humiliante 6ème place lors de l’élection gubernatoriale de la Grande-Comore. En même temps, il est impossible de donner tort à Ahmed Wadaane Mahamoud parce que Hamidou Karihila Hamadi mérite 1.000 fois plus le ministère des Affaires étrangères que le nullissime Mohamed Bacar Dossar, que la planète entière exècre pour sa nullité crasse, son incompétence criminelle et son insipidité d’eau de puits. Certes, il est l’homme de confiance d’Ahmed Sambi, allié «circonstanciel de temps» du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Baba. Certes, dans l’accord diabolique conclu le 1er avril 2016 par Ahmed Sambi et le «pouvoiriste» polygame, deux ministères de souveraineté sont revendiqués par l’ancien satrape, qui les a obtenus… Pour autant, confier le ministère des Affaires étrangères au péteux Mohamed Bacar Dossar, un homme plus porté aux coups de poing qu’aux bonnes manières, à l’intelligence et à la compétence, voilà qui relève d’une certaine manière d’être inintelligent qu’affectionne l’usurpateur Azali Assoumani. Rira bien qui rira le dernier.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 19 août 2016.

Powered by Comores infos