You are here: Home » Actualités » Ahmed Sambi: anthologie du mensonge et 52 mensonges

Ahmed Sambi: anthologie du mensonge et 52 mensonges

Ahmed Sambi: anthologie du mensonge et 52 mensonges

Les 52 mensonges les plus emblématiques d’Ahmed Sambi

Par ARM

      À un moment où Ahmed Sambi et ses crypto-sambistes ont fait du mensonge et de la manipulation des esprits, insultant, injuriant et calomniant les adversaires dans leurs meetings politiques, il ne serait pas superfétatoire de rappeler que l’idéologie du mensonge chez ces gens-là ne date pas d’hier, mais constitue une donnée politique permanente pour eux. Alors qu’on se dirige vers le naufrage politique de la «Zaouïa» (Confrérie) d’Ahmed Sambi, les Comoriens découvrent avec effroi à quel point ces gens-là ont basé toute leur pathétique politique sur le mensonge, la mythomanie et la mégalomanie. Selon le blog RIDJA, Ahmed Sambi est l’auteur de plus de 50 mensonges, que nous reformulons et réécrivons, en y ajoutant le 51ème et le 52ème.

      1.- Ahmed Sambi avait dit quitter Beït-Salam le 26 mai 2010. Or, il a fallu le pousser par les fesses pour qu’il y déguerpisse une année plus tard. Alors qu’il jouait les prolongations à la tête de l’État, on assista à l’assassinat du Lieutenant-colonel Combo Ayouba le 13 juin 2010.

      2.- Il avait juré prendre des mesures pour diminuer le train de vie de l’État, et en fit exactement le contraire.

      3.- Il promit la diminution du chômage, et ne créa aucun emploi, sauf pour ses proches. Il a été le Président du chômage et du sous-emploi.

      4.- Il promit une diminution de la pauvreté, mais s’enrichit et enrichit les siens à une vitesse vertigineuse, pour mieux appauvrir le peuple comorien.

      5.- Sur Radio France Internationale (RFI), il promit de ne jamais toucher au texte de la Constitution, mais se lança dans des tripatouillages constitutionnels par pure convenance personnelle, dans le style le plus approprié à «la Constitution, mon bon plaisir». Honteux!

      6.- Il devait faire de 2007 l’année de construction des Comores, mais en fit une année de destruction. Par quelle folie primaire, a-t-il fallu qu’il détruise le Galawa Beach, le seul hôtel 5 étoiles des Comores?

      7.- Il devait faire de 2008 l’année de l’eau et de l’électricité, et c’est depuis 2008 que les Comoriens sont confrontés aux problèmes les plus aigus en matière d’eau et d’électricité.

      8.- 2009 devait être l’année de la relance de l’économie et des investissements, mais il n’a relancé que sa propre économie domestique et ses propres investissements, notamment et surtout à l’étranger.

      9.- Il devait améliorer les conditions de vie des Comoriens, et les dégrada chaque jour de sa pitoyable présidence.

      10.- Il promit des produits pétroliers à bas prix aux Comoriens et inaugura une ère de pénuries et de cherté.

      11.- Il promit un pétrole iranien raffiné au Yémen et qui serait moins cher aux Comores, alors que le prix du pétrole n’a fait qu’augmenter durant sa misérable présidence de 5 années, et personne ne vit son pétrole iranien bon marché.

      12.- Il devait faire de la «citoyenneté économique» un facteur de relance économique, et en fit un vecteur de relance de l’enrichissement illicite de ses proches, et du trafic mondial de la drogue et du terrorisme international.

      13.- Il promit la disparition de l’habitat insalubre et s’appropria les 5 milliards de francs comoriens alloués par l’Arabie Saoudite pour le «Projet Habitat».

      14.- Sur le Coran, il promit le respect de la présidence tournante et de l’autonomie des îles, mais fit exactement le contraire. Dans la perspective de l’élection présidentielle de 2016, il eut sa propre interprétation de l’article de la Constitution instaurant la présidence tournante.

      15.- Il promit la transparence financière, et privilégia l’opacité pour mieux appauvrir les Comoriens.

      16.- Il promit l’indépendance de la Justice, et se signala par sa caporalisation de l’appareil judiciaire.

      17.- Il s’était déclaré contre l’accueil des Comoriens refoulés de Mayotte et en fit exactement le contraire.

      18.- Il promit de juger les séparatistes anjouanais, mais leur donna son sein droit pour les allaiter, avant de les vouer à sa petite haine personnelle.

      19.- Il avait promis de réduire le nombre de voyages présidentiels à l’étranger, mais y passait 20 jours par mois, encaissant l’indemnité journalière de 4.000 euros, soit 2 millions de francs comoriens.

      20.- Il promit la baisse des prix des denrées de première nécessité et des taxes douanières, mais en fit le contraire.

      21.- Sa promesse de paiement régulier des salaires des fonctionnaires tourna en eau de boudin.

      22.- On attend encore la construction des ports secondaires qu’il avait promis, et dont la première pierre avait été posée dans le cas de celui de Moroni (Cf. Photo).

      23.- On attend encore la reconstruction de l’Hôtel Galawa Beach, qu’il avait détruit par pure haine uniquement parce qu’il était en Grande-Comore.

      24.- Où est la route reliant Hahaya à Mitsamiouli, qu’il avait promise? Menteur, va!

      25.- Où est le partenariat qu’il devait instaurer entre le secteur privé et des investisseurs d’Arabie Saoudite?

      26.- Il avait promis des pensions du couple présidentiel aux hôpitaux et aux prisons, mais on n’a rien vu venir.

      27.- Il devait rendre au Trésor public l’argent non utilisé de ses frais de «mission» à l’étranger, mais n’en fit rien.

      28.- On attend toujours la construction de la route qu’il avait promise pour relier Dimani à Domba.

      29.- Il avait promis de grands projets touristiques pour Mitsamiouli, Malé, Chindini et Bouni, mais on attend toujours.

      30.- Où est ta flotte de pêche venant d’Iran et qui devait être mise à la disposition des Comores?

      31.- Où est son riz à 150 francs comoriens le kilo?

      32.- Comment as-tu fait pour développer la corruption, en commençant par la tienne propre, alors que tu avais promis de combattre ce fléau?

      33.- Tu devais doter les Comores d’un avion et d’une compagnie aérienne en juin 2009, et à cette date, un avion de la Yemenia se crasha aux Comores, tuant 152 personnes.

      34.- Tu devais baisser le prix des billets d’avion entre la France et les Comores, et c’est le contraire qu’on constate depuis.

      35.- Où en sommes-nous avec ta promesse d’exposition internationale, au Palais du Peuple, de l’outillage nécessaire à l’industrie des Comores?

      36.- Où en sommes-nous avec ta fumeuse transparence sur les dons faits aux Comores par la communauté internationale?

      37.- Tu avais promis un musée pour les cadeaux reçus par le Président des Comores, mais ton musée est dans ta caverne d’Ali Baba.

      38.- Alors que le Baccalauréat 2007 d’Anjouan était considéré comme illégal, tu l’as validé, notamment par l’octroi de bourses aux «bacheliers» de cette année-là.

      39.- La promesse de faire de 2008 l’année de création de sociétés commerciales au sein desquelles les fonctionnaires devaient être des actionnaires a été un mirage vaporeux de plus.

      40.- Pour la femme comorienne, tu as manqué d’élégance et de galanterie, car tu avais promis de produire aux Comores des slips et des soutiens-gorges, mais tu n’a fait que favoriser l’un des tiens dans la fabrication des bougies, à Anjouan.

      41.- Où est ton gisement de bauxite que tu aurais découvert depuis que tu as obtenu ton Doctorat en Géologie?

      42.- Dès l’obtention de ton Doctorat en Géologie, tu fis la découverte, à Pijani, d’un gisement du minéral appelé «olivine», mais nous n’avons rien vu. Tu n’as pas honte?

      43.- Où sont les bourses de formation professionnelle des Turcs de l’Ihlas Holding au profit d’étudiants comoriens?

      44.- Tu avais promis que la société Oskay devait faire de la mise en bouteille de gaz de cuisine, mais nous attendons toujours.

      45.- Les Turcs de la Société Tukson devaient accorder des bourses d’études à 10 Comoriens, mais nous attendons toujours.

      46.- Tu avais promis une visite aux Comores de Paragon (agent de Nokia et Samsung au Kenya) pour examiner les besoins de la population locale, mais nous attendons toujours.

      47.- Tu avais promis 200 machines de fabrication de briques offertes par la Turquie, mais les Comoriens n’en ont pas vu la couleur.

      48.- Où est ta fameuse conférence au Koweït pour la réalisation de projets de développement économique et social aux Comores?

      49.- Où sont tes fameux 92 projets d’investissement résultant de la fameuse Conférence de Doha?

      50.- Et tes 254 fiches que doit présenter le secteur privé pour des investissements d’un montant de 500 millions de dollars?

      51.- Où est le fameux «Aéroport international de Mohéli» que tu avais promis en octobre 2010 à Mohéli, devant les Mohéliens?

   52.- Où est l’argent de la Fondation Fatima? Pour rappel, le 20 mai 2011, une semaine avant son départ de la Présidence de la République, après une année de présidence illégitime, il disait devant toute la population du pays: «Je ne suis pas victime d’une erreur. Je vous le dis aujourd’hui, en qualité de Président de l’Union des Comores, que l’État comorien a bénéficié d’un don de la Fondation Fatuma basée à Dubaï, aux Émirats, dirigée par des Iraniens, d’un montant de 2 milliards d’euros. Je suis certain que même à ce stade, certains d’entre vous doutent encore mais je vous confirme que cela est vrai. Pas 2 milliards de dollars ou de francs comoriens, mais je dis bien deux milliards d’euros soit 2 milliards 800 millions de dollars. En faisant un petit calcul et en prenant en compte le budget annuel de notre pays, cela représente 33 ans de notre budget actuel. Le budget des Comores, multiplié par 33 ans! J’ai donc aujourd’hui l’honneur et le prestige de vous faire part, Comoriens, de cette nouvelle. Si j’ose aujourd’hui vous en parler, c’est que j’en ai aujourd’hui la certitude. Pourquoi cette certitude? Quand nous nous sommes mis d’accord sur les 2 milliards, j’ai demandé à Mohamed Bacar Dossar d’aller signer le protocole, dont j’ai ici un exemplaire. Quand il l’a lu, je lui ai donné l’ordre de signer au nom de l’État et de donner notre acceptation de cette somme dans les conditions stipulées». Mohamed Bacar Dossar est le colistier dont il fit don à Fahmi Saïd Ibrahim. Pour rappel, 2 milliards d’euros représentent exactement 983.761.500.000 francs comoriens. À ce jour, personne n’a vu un centime de ces «2 milliards d’euros». Et, toute honte bue, cet homme et sa bande se sont arrogé le droit de faire de l’injure envers leurs adversaires leur seule façon de faire de la politique aujourd’hui. Dans la soirée du dimanche 21 février 2016, on va ricaner…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 16 février 2016.

Powered by Comores infos