You are here: Home » Actualités » Ahmed Sambi contre l’île d’Anjouan: de guerre lasse

Ahmed Sambi contre l’île d’Anjouan: de guerre lasse

Ahmed Sambi contre l’île d’Anjouan: de guerre lasse

Union africaine: atermoiements dans la gestion de la crise anjouanaise

Par Djaanfar Salim Allaoui

  Nous sommes à presque deux mois du terme de notre chronique sur l’expédition militaire injustifiée contre Anjouan. Notre étude nous a pris un an pour bien approcher sans parti pris et sans état d’âme cette mésaventure d’Ahmed Sambi contre l’île qui l’a vu naître, Anjouan, mais qui, en aucun cas, ne l’aura jamais ni éduqué, ni orienté à devenir Chiite encore moins intégriste religieux. Sa descente aux enfers dans le fondamentalisme débuta au Soudan par un passage éclair dans la nébuleuse intégriste, qui se solda par un premier échec au niveau de ses études pour s’écrire par la suite en Iran dans la dynastie des Ayatollahs à l’Université de Qom et à Téhéran. Vous aurez noté que son admission dans le cursus universitaire iranien, sans le sésame, le baccalauréat, est le fruit d’une complaisance accordée par les Mollahs iraniens à ce qui allait devenir leur fils spirituel dans toute la zone de l’océan Indien.

  Son aventure n’aurait jamais pu être presque un aboutissement sans la conquête du pouvoir politique après avoir gagné la sympathie et l’estime des Comoriens dans les prêches et les causeries religieuses. Aussi, se mit-il à sillonner tout l’archipel des Comores et Madagascar pour bien répandre son influence et cultiver son charisme, ce qu’il réussit sans coup férir. Après avoir gagné ce pari, il s’élance dans ses croisades pour conquérir à tout prix le pouvoir en 2006. Il parviendra à ses fins après avoir écarté tous ses adversaires et tout ce qui pouvait contrarier ses plans de mécréant notoire notamment transformer les Comores en État chiite.

  Malgré tous les espoirs placés en lui par la majeure partie des Comoriens, Ahmed Sambi a largement contribué aux ravages conjugués de l’instabilité chronique et de la désintégration institutionnelle par la réforme constitutionnelle qu’il imposa en mai 2009, de la banqueroute financière et de la désorganisation sociale, tout cela a éprouvé durement l’ensemble de la société comorienne; les taux de scolarisation ont chuté, l’insécurité alimentaire a atteint un seuil critique alors que parallèlement la pression démographique est allée en croissant, l’espérance de vie a diminué et le chômage a pris les dimensions d’un fléau endémique. Face à une telle situation d’échec généralisé sur la mandature d’Ahmed Sambi, nombreux sont les hommes et les femmes de ce pays qui éprouvent un profond sentiment de révolte et de désespoir à l’endroit de ce personnage controversé.

  Pis, il a failli par son appétit du pouvoir compromettre notre vivre ensemble, la nation comorienne en soi, cette grande famille, ce lien qui nous unit le plus précieux qui soit et qui nous rassemble et nous protège. Par son goût immodéré de l’exercice du pouvoir, on a frôlé le risque de voir notre contrat social se briser, ce contrat social qui nous donne les forces nécessaires pour imprimer notre marque dans le monde d’aujourd’hui à savoir rester toujours unis et solidaires. Bien sûr qu’il peut y avoir des différences de conception, des divergences de vue mais nous devons dans le dialogue et dans la concorde nous retrouver sur l’essentiel. C’est comme cela que nous continuerons à avancer dans l’union, dans le respect de notre diversité et de nos valeurs, dans le rassemblement pour nous permettre ainsi de nourrir toutes les ambitions.

  Dans la gestion de la crise anjouanaise proprement dite, l’Union africaine, par son parti pris et ses atermoiements et l’Union des Comores sous Ahmed Sambi, par son unilatéralisme, n’ont rien aidé à consolider le pacte social comorien. Bien au contraire, l’Union africaine, après bien des déboires dans la gestion des conflits sur le continent africain, s’est refait une santé mitigée aux Comores. Quel est donc l’impact de cette virée militaire de l’Union africaine sur la petite île d’Anjouan? L’Union africaine peut-elle s’enorgueillir d’avoir réussi un coup d’éclat susceptible de retarder sa descente aux enfers? L’intervention militaire était-elle vraiment l’option la plus irréversible qui soit? Toutes les voies de médiation étaient épuisées? Le recours à la force autrement n’était-il issu que des conséquences d’une situation de crise larvée?

  D’emblée, je ne le pense guère puisque l’Union africaine s’est résolue à ne traiter qu’avec un seul partenaire, en l’occurrence, l’Union des Comores pourtant partie prenante dans la crise. En procédant de la sorte, l’Organisation panafricaine a montré ses limites dans la gestion des mécanismes du contentieux comorien. Elle aura en tout cas choisi son camp. Dans le fond, ces pratiques partisanes ont fait de l’Organisation panafricaine un club des chefs d’État africains. D’ailleurs, beaucoup de personnes à travers le continent commencent sérieusement à la dénoncer et d’ores et déjà bon nombre d’observateurs partagent cet avis.

  La faillite de l’Union africaine ne viendrait-elle pas en partie à cause de ses positions partisanes dans l’approche des résolutions des crises qui éclatent ici et là en Afrique? Jamais, au grand jamais, on a vu l’Union africaine condamner un Président africain en exercice, et Dieu sait combien certains sont condamnables.

  Les Comores n’ont pas bénéficié de cette mansuétude et Anjouan, à travers le débarquement militaire du 25 mars 2008, en aura sensiblement fait les frais d’une opération aux conséquences sans limites. Contre vents et marées, le débarquement militaire a eu lieu bien entendu avec son corolaire de malheurs, oui, et après?

  L’autorité de l’Union des Comores a mobilisé toutes les ressources humaines, matérielles et même, disons-le, doctrinales pour arriver à ses fins. Jamais, la diplomatie comorienne n’avait tant failli à sa raison d’être. Plutôt que de servir la population comorienne, la diplomatie a été mise au service d’une campagne propagandiste pour concrétiser des plans machiavéliques. Il est à regretter que des pays tels que la Tanzanie et le Soudan aient été d’une naïveté telle qu’ils ont facilement accédé au discours d’Ahmed Sambi sur le caractère urgent du débarquement militaire à Anjouan. Et sans chercher à recueillir l’opinion de la cinquantaine des États membres de l’Union africaine, le Conseil «Paix» et Sécurité a entériné unilatéralement le principe du recours à la force contre Anjouan. La partie anjouanaise n’a jamais été associée aux démarches de l’Union des Comores encore moins à celles de l’Union africaine. Anjouan a été complètement exclue des travaux et des formalités en cours pour dégager un plan de règlement consensuel et définitif de la crise.

  Le parti pris de l’Union africaine dans cette crise est sans conteste et demeurera à jamais un précédant grave, préjudiciable au devenir de l’Organisation panafricaine. Ce que l’Histoire retiendra, c’est que l’un des petits poucets des États membres de l’Union africaine, en l’occurrence Anjouan, a subi dans sa chair les affres dictatoriales de l’Union africaine. Nulle part ailleurs qu’aux Comores, pareille chose ne s’est produite, pourtant, ce ne sont pas les crises qui manquent en Afrique. En effet, les mêmes causes produisent les mêmes effets. Aussi, est-on en droit de se demander ce que l’Union africaine a fait au Kenya, ce qu’elle a fait au Zimbabwe, ce qu’elle a fait au Darfour, ce qu’elle a fait en Côte-d’Ivoire ou ce qu’elle a fait en République démocratique du Congo (RDC) et bien d’autres pays en instance de transition politique ou bien ce qu’elle envisage faire au Burundi de Pierre Nkurunziza.

  À regarder d’un peu plus près, dans les bras de fer qui a opposé l’Union des Comores à l’île d’Anjouan sur le caractère valide ou non du scrutin présidentiel du 10 juin 2007, l’Afrique du Sud, par l’entremise du Comité des pays de la région et de l’Union Africaine, a eu à conduire la médiation, ceci bien avant le refroidissement des relations entre l’Union des Comores et l’Afrique du Sud dont les points de vue sur les suites à donner à la problématique comorienne n’étaient pas forcement conformes au programme de l’Union des Comores. Il faut signaler qu’envers et contre tout, l’Afrique du Sud, en sa qualité de pays coordonnateur du processus de réconciliation nationale, s’est toujours appliqué à rechercher les voies et moyens de réconcilier les positions des parties comoriennes en conflit, et ce, malgré l’obsession de l’Union des Comores à imposer sa vision des choses.

  Faut-il rappeler, si besoin est, que l’origine de la crise, qui est essentiellement politico-institutionnelle, prend sa source dans le non-respect des textes juridiques et consensuels parmi lesquels, pour ne citer que le Code électoral, notamment son article 80? Pourtant, aussi surprenant que cela puisse paraître et au mépris du Droit et de la morale, l’Union des Comores, conjointement avec l’Union africaine, a commandité une expédition militaire sur Anjouan avec toutes les conséquences qu’une telle démarche puisse déclencher, bénéficiant à tort de toutes les facilités et de tous les soutiens nécessaires à son opération.

  En effet, les jours qui ont procédé le lancement de l’opération «Démocratie aux Comores» afin de déloger le Colonel Mohamed Bacar et faciliter la tenue d’élection présidentielle à Anjouan, les médias nationaux, régionaux et même internationaux, conditionnés par un tissu de mensonges de la part de l’autorité de l’Union des Comores, se sont tous déchaînés contre Anjouan et son idéal dans une campagne médiatique excessivement partisane, portant ainsi haut dans le ciel comorien le flambeau de l’option militaire chère à Ahmed Sambi. Pas une journée ne s’était écoulée sans que l’île d’Anjouan ne défraie la chronique dans les médias, lesquels n’ont pas hésité à mettre en relief une prétendue situation de chaos et de désordre permanents dans l’île d’Anjouan, accusant tantôt Anjouan de rebelle, tantôt de séparatiste, voire de zone de non-Droit.

  Une campagne de dénigrement au ton populiste rangeait Anjouan et ses dirigeants dans les rangs des démons ainsi que leur mode opératoire. Elle eut comme conséquences immédiates le ralliement des sceptiques à la démarche belliqueuse de l’Union des Comores. Divisée au départ, la classe politique grande-comorienne a fini par se réconcilier avec les positions extrémistes d’Ahmed Sambi.

Par Djaanfar Salim Allaoui

Ancien Vice-Premier ministre des Comores

Ancien ministre de l’Intérieur de l’île autonome d’Anjouan

Secrétaire général et Porte-parole de GNEC Rénové

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 23 janvier 2016.

Powered by Comores infos