You are here: Home » Actualité » Ahmed Sambi et Mohamed Ali Soilihi pour sauver le pays

Ahmed Sambi et Mohamed Ali Soilihi pour sauver le pays

Ahmed Sambi et Mohamed Ali Soilihi pour sauver le pays

Ils ont et sont les clés de la réconciliation et de la renaissance

Par ARM

     Le 23 juin 2018, un des despotes africains les plus «expérimentés» fulminait devant ces 2 Comoriennes pleurant devant lui à cause du deuil qui s’est abattu sur les Comores du fait du tyran Assoumani Azali Boinaheri démolissant toute l’architecture étatique, constitutionnelle et institutionnelle du pays, tuant, emprisonnant et faisant exiler les Comoriens par centaines: «Nous sommes tous des dictateurs. J’ai précédé Azali en tout. Mais, je me suis fixé des lignes rouges, que lui, franchit sans se soucier du mal qu’il fait. Il casse notre business, et sa foi en la seule violence le tuera. D’autres chefs d’État africains parlent régulièrement de lui, pas en bien, et déplorent ce qu’il inflige à ce peuple si pacifique. Des dirigeants d’autres pays nous interpellent parfois pour nous dire qu’il est allé trop loin. Je connais personnellement le Vice-président Mohamed Ali Soilihi. Un jour de 2015, il était assis là où vous êtes assises en ce moment même. Je lui ai demandé s’il était prêt à tuer pour le pouvoir. Très surpris, sursautant, il me dit “Non!ˮ. En réalité, ON m’avait demandé de lui poser la question, à un moment où il était clair qu’il était imbattable dans une élection démocratique. Mais, celle de 2016 ne l’était pas. Je connais également le Président Sambi, que j’ai rencontré au moins une dizaine de fois. Lui aussi est un dirigeant très sage et modéré. Ce qui lui arrive est inhumain et inadmissible».

Depuis 2018, le Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi et le Vice-président Mohamed Ali Soilihi sont assignés à résidence dans une inconstitutionnalité et une illégalité barbares. Le motif invoqué pour cette bêtise est bidon, en ceci qu’une mesure aussi liberticide ne concerne que les personnes présentant des risques de perturbation de l’ordre public par terrorisme. La méthode employée est criminelle car l’assignation à résidence ne dure jamais plus de 100 jours. Dans le cas présent, elle dure depuis 3 ans et des mois, sans souci du Droit.

Ahmed Abdallah Mohamed Sambi et Mohamed Ali Soilihi, des sages expérimentés en matière d’État, rassurent les Comoriens. Ils ont la volonté et la capacité d’apporter le Droit, la tranquillité, la réconciliation des cœurs, la cohésion nationale, l’entente et l’apaisement aux Comores. Ils le peuvent. Le malheur actuel des Comores vient du manque total de culture d’État chez le dictateur Assoumani Azali Boinaheri, un inculte dont les méthodes se limitent à la corruption, à l’incompétence, à la violence et à la mort.

L’opposition a failli en ne désignant pas dès le départ, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi et Mohamed Ali Soilihi comme ses leaders incontournables. Aux Comores et à face à la communauté internationale, les dirigeants comoriens les plus crédibles sont Ahmed Abdallah Mohamed Sambi et Mohamed Ali Soilihi. Le dictateur Assoumani Azali Boinaheri s’agite encore parce qu’il n’a pas une culture lui permettant de connaître la courtoisie internationale. Celle-ci «oblige» les dirigeants de parler aux autres, même quand ils puent.

Or, le dictateur Assoumani Azali Boinaheri pue. Les autres dirigeants lui parlent parce que la courtoisie internationale l’exige. Le dictateur Assoumani Azali Boinaheri est le tyran le plus violent d’Afrique, celui qui méprise, écrase et étouffe le plus le Droit, celui qui tue le plus, celui qui n’a peur d’aucune réaction, le plus sûr de son impunité, celui qui pose les actes les plus saugrenus, sans logique, ni cohérence. Pour les chancelleries, il n’est qu’un militaire taré et sans manières. Il n’y a rien à attendre de lui car son «monologue des sourds» ne doit que valider son agenda politique, pour son règne à mort. L’espoir que les Comoriens placent en Dieu permettra à Ahmed Abdallah Mohamed Sambi et Mohamed Ali Soilihi de faire des Comores un pays de vie et de liberté et non un pays pour des cadavres et des prisonniers.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 13 août 2021.

Powered by WPeMatico