You are here: Home » Actualité » Ahmed Sambi et Mohamed Ali Soilihi, très courtisés

Ahmed Sambi et Mohamed Ali Soilihi, très courtisés

Ahmed Sambi et Mohamed Ali Soilihi, très courtisés

Offre de libération pour participer à des élections foutues

Par ARM

       On a presque envie de rire. On daube sur la visite que Mohamed Elamine Souef, cousin et étrange ministre des Affaires étrangères du dictateur fou de Mitsoudjé, a rendue au prisonnier politique Ahmed Sambi. Finalement, on sait pourquoi le gros, adipeux et pathétique Monsieur Cousin s’agite dans sa graisse. Il est parti dire au martyr et ancien Président Ahmed Sambi, inévitable Président des Comores en 2021-2026, d’autoriser la participation de son Parti Juwa à la mascarade électorale de janvier 2020 en contrepartie de sa libération. Rien que ça! Parce que des élections législatives et communales sans le Juwa et l’UPDC, les deux plus grands partis politiques des Comores, c’est du gnangnan.

Et, ce n’est pas fini. L’autre prisonnier politique, Mohamed Ali Soilihi, vrai vainqueur de l’élection présidentielle de 2016, illégalement placé en résidence surveillée et obligé de faire le pointage au Tribunal de Moroni chaque mercredi, est lui aussi très courtisé. On lui a même offert des convocations pour les réunions au ministère de l’Intérieur dans la perspective des élections qui n’auront pas lieu en janvier 2020. Les collaborateurs de Kiki sont même partis chez lui, lui faire les yeux doux, pour qu’il autorise la participation de l’UPDC aux élections qui n’auront pas lieu en janvier 2010, en contrepartie de sa libération. Mais, c’est mal le connaître. Il les a rembarrés en ces termes: «Vous m’avez empêché d’assister à des mariages et à des cérémonies funéraires dans ma propre famille. Vous m’avez empêché de me rendre à Moscou, où j’étais invité à une conférence internationale. Et aujourd’hui, vous permettez ma sortie pour que j’assiste à des réunions au ministère de l’Intérieur et que j’autorise la participation de l’UPDC à votre machin? Ça ne m’intéresse pas».

Les rigolos de Kiki sont partis Grosjean comme devant. C’est tintin pour le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Cela signifie que le boycott du crime électoral de janvier 2020 est la meilleure stratégie. L’opposition ne doit pas céder aux chants de sirènes.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 24 octobre 2019.

Powered by Comores infos