You are here: Home » Uncategorized » Al-Watwan et l’Assemblée de l’Union: passe d’armes

Al-Watwan et l’Assemblée de l’Union: passe d’armes

Al-Watwan et l’Assemblée de l’Union: passe d’armes

La gestion de l’Assemblée de l’Union, blanche comme nègre

Par ARM

      Étant très drapeau, j’ai dû verser des larmes d’émotion par patriotisme sincère. J’en suis encore tout secoué. Et, comment ne pas mourir étouffé par les larmes d’émotion quand on lit, sous la plume de Hassane Mohamed Djalim, un article joliment intitulé «Émergence 2030: Que chacun apporte sa pierre à l’édifice!», et sur lequel on retrouve les belles phrases suivantes: «On pourrait discuter longtemps sur la volonté du président de la République, son excellence Monsieur Azali, à mettre ce pays sur la voie de l’émergence à l’horizon 2030, sur la réalité et la faisabilité d’un tel projet. Un certain nombre de personnes doutent de sa faisabilité mais personnellement, j’y crois fermement et j’ai de bonnes raisons d’y croire».

De nouveau, je pleure d’émotion face à cette grandeur d’âme, depuis qu’un sombre dictateur de village qui mène son pays à la destruction a en même temps le redoutable culot de prétendre qu’à l’horizon 2030, il fera passer les Comores de la catégorie la plus pauvre, celle des pays moins avancés, à celle des pays émergents, ceux qu’on retrouve juste avant les pays industrialisés (États-Unis, Japon, Allemagne…). Cela suppose que, jusqu’en 2030, le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Boinaheri sera toujours à Bête-Salam, et fera des Comores un pays à revenu à revenus intermédiaires, avant de les faire entrer dans la catégorie des pays émergents, ceux qui ont déjà la capacité de fabriquer des ordinateurs et des avions, comme c’est le cas de l’Afrique du Sud, de l’Inde, du Brésil, pour n’en citer que les plus emblématiques.

Hassane Mohamed Djalim a choisi de publier son plaidoyer sur le journal gouvernemental Al-Watwan dit Al-WawaCelui qui pique, fait gratter ou fait démanger»). D’Al-Wawa, parlons justement. Comme on sait, le journaliste Mohamed Youssouf a écrit un article sur lequel il fait des tartines au sujet des lourdes accusations proférées par le Député dissident Ali Mhadji, de la CRC et du Hambou, sur Maoulana Charif, Vice-président de l’Assemblée de l’Union des Comores. Ali Mhadji dit une chose très simple: comme Halima, Maoulana Charif a retrouvé ses vieilles habitudes. Et les vieilles habitudes de Maoulana Charif sont connues depuis la première kleptocratie du kleptocrate Azali Assoumani Boinaheri: des habitudes d’un voleur d’argent public. Ici, «le sinistre» s’élève de 46 à 64 millions de francs comoriens.

      Les révélations fracassantes d’Ali Mhadji n’ont pas été du goût de certains à l’Assemblée, et tout de suite, les bien-pensants et les chantres de la bien-pensance sont montés sur leurs grands chevaux, portant leurs gros sabots. C’est le cas du Grand Docteur Takiddine Youssouf, Directeur du Cabinet du Grandissime Docteur Abdou Ousseine, beau gosse autoproclamé et Président de l’Assemblée.

Le grand homme réfute toutes les affirmations du Député Ali Mhadji, estimant qu’il ne faut pas le prendre en considération car il y aurait des parlementaires qu’on doit écouter et d’autres qu’on doit traiter par le mépris le plus profond. À en croire le Grand Docteur Takiddine Youssouf, le Député Ali Mhadji serait quelqu’un de pas bien et de pas crédible. Du coup, Al-Wawa dans sa globalité est accusé de complicité avec l’ennemi, de complot et de sédition, étant sommé de revenir à des meilleurs sentiments envers le pouvoir en place, Maoulana Charif étant l’un de ses chouchous.

Émouvant! C’est très émouvant! Jusqu’alors, les gens du pouvoir avaient coutume de dire: «Il ne faut pas croire le blogueur du site lemohelien parce qu’il est haineux, aigri et frustré parce qu’il voulait être nommé ministre et ne l’a pas été». Or, aujourd’hui, parce que le journal du gouvernement a fait un article qui n’a pas plu, et on se retrouve devant une affaire d’État. Les gens du pouvoir, après avoir fermé arbitrairement la Baraka FM, la fameuse radio de l’iconoclaste Abdallah Agwa, veulent juste qu’Al-Wawa se limite à parler de la capacité d’un dictateur arrogant, incompétent et corrompu à faire «émerger» les Comores «à l’horizon 2030» et à vanter les «bienfaits» imaginaires des assises d’une partie de la classe politique de la Grande-Comore, assises destinées à faire imploser l’État comorien. Les bien-pensants et les chantres de la bien-pensance veulent d’un journal de Papa pour les Comores de Papa. La chose a un nom: «L’émergence verbale et dansante», et cette dernière a ses adeptes.

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 5 octobre 2017.

Powered by Comores infos