You are here: Home » Uncategorized » «Ali Bazi Selim ne voit pas, n’entend pas. Il faut le porter»

«Ali Bazi Selim ne voit pas, n’entend pas. Il faut le porter»

«Ali Bazi Selim ne voit pas, n’entend pas. Il faut le porter»

L’acharnement haineux du Procureur spécial Ali Bazi agace

Par ARM

      Le mot vient de ce Grand-Comorien, chef d’un parti politique qui, de Moroni, a tenu à exprimer tout son mépris envers le Procureur spécial Ali Bazi Selim, chef des vioques du 11-Août. Il est furieux contre ces vioques haineux, teigneux, frustrés et enfermés dans un acharnement haineux destiné à faire tenir des prétendues «assises nationales» sur le bilan de l’indépendance alors que même les fourmis qui changent de sexe dans le Mato Grosso savent que ce bilan est négatif et qu’il est négatif par la faute d’autorités suffisantes, incompétentes et corrompues comme ledit Procureur spécial et ses acolytes de la trempe de Saïd Mohamed Sagaf, devenus d’incorrigibles donneurs de leçons et d’ordres.

Notre chef de parti politique, très agacé, a écrit ceci dans ce message: «Cher ARM. Ici, à la Grande-Comore, toute la classe politique n’est pas d’accord avec ces dinosaures haïssables et haïs qui croient qu’ils peuvent encore faire retourner les Comores dans la gérontocratie. En tout état de cause, Ali Bazi Selim est absolument ridicule. Hier, quand il voyait, entendait et pouvait marcher tout seul, on ne l’a jamais vu faire preuve d’une quelconque intelligence politique, ni de ferveur patriotique. Maintenant, il ne voit pas, n’entend pas, ne peut pas marcher tout seul et doit être porté, et tout d’un coup, il devient l’homme de l’intelligence politique débordante et du patriotisme. Il faudra avoir le courage de lui dire de rentrer chez lui et de faire son propre examen de conscience pour avoir été le chef des tortionnaires du régime politique des mercenaires, lui l’ancien ministre de l’Intérieur. Après, il doit laisser les Comoriens en paix. Il est qui? Il a quoi de plus que les autres pour croire que ses désirs peuvent se transformer en ordres? Lui qui aime les bilans, qu’il nous fasse d’abord le bilan du jour où Ahmed Abdallah l’a viré du gouvernement pour une affaire liée à la construction du Palais du Peuple à Moroni par la République populaire de Chine».

Sans doute faudra-t-il un jour tenir les assises nationales sur la complaisance politique d’une certaine classe politique, qui n’est ni mahoraise, ni anjouanaise, ni mohélienne. Si j’avais un oncle qui se comportait de manière aussi grotesque sur la scène publique, je l’aurais empêché de faire et de dire des bêtises dans la rue.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 13 juillet 2017.

Powered by Comores infos