You are here: Home » Actualité » Ali Soilihi avait quoi pour faire le coup d’État en 1975?

Ali Soilihi avait quoi pour faire le coup d’État en 1975?

Ali Soilihi avait quoi pour faire le coup d’État en 1975?

Il avait quoi pour recruter Bob Denard et ses mercenaires?

Par ARM

       Louis Sanmarco (1912-2009), ex-administrateur de colonies françaises en Afrique, avait déclaré: «Pour créer un pays, il faut des mythes… On refait l’histoire comme on peut»: Gouverneur Sanmarco et Samuel Mbajum: Entretiens sur les non-dits de la décolonisation. Confidences d’un Administrateur des Colonies, Préface du Président Abdou Diouf, Les Éditions de l’Officine, Paris, 2007, p. 69.

Parmi ces mythes, on retrouve Ali Soilihi. Mais, les soilihistes divinisent trop leur héros, et pratiquent un terrorisme intellectuel et politique contre qui veut désacraliser leur idole.

Lors de la rédaction de mon livre en cours de publication, mon ami Ali de Mutsamudu, grand connaisseur de la chose politique comorienne, soulève des questions sur «les mythes révolutionnaires d’Ali Soilihi»:

1.- Ali Soilihi avait quoi pour faire un coup d’État le 3 août 1975, au lendemain de la proclamation de l’indépendance des Comores, le 6 juillet 1975, par le Président Ahmed Abdallah Abderemane? Il avait quelle fortune pour se lancer dans une telle aventure?

2.- Ali Soilihi avait quoi pour recruter Robert «Bob» Denard et ses mercenaires, et les déployer à Anjouan le 20 septembre 1975 à Anjouan, où ils ont massacré de paisibles Anjouanais?

3.- Comment un leader qui se présentait comme le chantre de «la lutte contre le colonialisme, le néocolonialisme et l’impérialisme» pouvait-il recourir aux mercenaires, l’une des faces les plus hideuses et les plus repoussantes du «colonialisme, du néocolonialisme et de l’impérialisme»?

4.- Que faisait Ali Soilihi au Sénat, à Paris, «chez les colonialistes, les néocolonialistes et impérialistes», le 6 juillet 1975, lors de la proclamation de l’indépendance des Comores?

5.- Comment expliquer la part de mensonge dans le discours d’Ali Soilihi? Cette question va indigner mon frère Ahmed Youssouf à Cergy, mais elle est nécessaire. Au lendemain de son coup d’État du 3 août 1975, Ali Soilihi claironnait et fanfaronnait devant Félix Germain du journal Libération: «Aujourd’hui, pour la première fois, Mayotte est représentée dans un exécutif comorien».

C’est un mensonge grossier. Saïd Mohamed Cheikh avait nommé des ministres originaires de Mayotte: Marcel Henry (1962), Madi Sabili (1962, 1963 et 1967) et Abdouraquib Oussein (1968). De même, le Prince Saïd Ibrahim avait nommé des ministres mahorais: Abdouraquib Oussein (secrétaire d’État chargé de la Production et des Industries agricoles, 4 avril 1970), Docteur Martial Henry (ministre de la Santé, 16 septembre 1970), Martial Henry (ministre de la Santé, 20 janvier 1971), Martial Henry (ministre de la Santé, 8 juillet 1971). Ce sont des faits historiques irréfutables. Le Prince Saïd Mohamed Jaffar avait nommé Martial Henry (ministre des Affaires sociales, le 19 juin 1972). Ahmed Abdallah Abderemane avait refusé la présence de Mahorais dans les gouvernements qu’il avait constitués le 6 janvier 1973, le 5 mars 1973, le 14 janvier 1974 et le 11 juin 1975.

La question qui se pose alors est: est-ce que les soilihistes et les historiens peuvent nous expliquer ces incohérences de la part d’Ali Soilihi? Et voici une deuxième question: est-ce que les soilihistes sont disposés à admettre que la construction du mythe autour d’Ali Soilihi comporte sa part de manipulations, de mystifications, de zones d’ombres et de mensonges?

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 17 novembre 2020.

Powered by WPeMatico