You are here: Home » Uncategorized » Ambari, reprends ton marché de téléphones portables!

Ambari, reprends ton marché de téléphones portables!

Ambari, reprends ton marché de téléphones portables!

Souillées, tuées, les Comores tombent de Charybde en Scylla

Par ARM

      «Ripoux-blique» bananière de fait, les Comores sont devenues une «Républiquette» bananière de Droit. Non pas parce qu’elles sont soumises au Droit, mais parce que les pratiques malsaines et indécentes qui les caractérisent ont été imposées et sont désormais «admises» comme constituant la norme. La limite entre le Bien et le Mal a été abolie. Pour une fois, les Comoriens sont d’accord sur un fait: la médiocrité du «ventriote» Azali Assoumani depuis le 26 mai 2016 a dépassé en tout celle, déjà dégoûtante, des années 1999-2006. Son narcissisme arrogant, son côté j’en-foutre, son inculture, sa violence et son sentiment de toute-puissance le poussent aux pires excès, aux folies les plus furieuses, la dernière étant la sauvagerie avec laquelle il a entraîné les Comores dans une rupture de relations diplomatiques avec le Qatar sans chercher à savoir ce qui se passe dans un Moyen-Orient devenu une bombe atomique par la faute d’apprentis sorciers de tous poils comme lui qui ne savent rien de cette région si particulière.

N’oublions pas que pendant que Jean-Bedel Bokassa, ancien Capitaine de l’Armée coloniale française, alors Président et futur Empereur de Centrafrique, donnait à Charles de Gaulle du «Papa», le Président de la République française le qualifiait de «soudard». Pour le malheur de l’Afrique, chaque génération a ses soudards, et dans une Afrique qui n’en manque pas, la Palme d’Or revient cette fois aux Comores.

Ne perdons pas de vue une vérité crasse: depuis le 26 mai 2016, il y a eu 62 + 1 nominations de haut niveau pour le seul village de Mitsoudjé, soit plus de gâteries et de joyeusetés que pour Anjouan, Mohéli et Grande-Comore hors Mitsoudjé réunies. Le tout pour un village. Dégoûtant! Cette fois, les Comores ont leur «Ripoux-blique» de poche, une «Républiquette» de famille.

Mesdames et Messieurs, préparez-vous à subir la deuxième phase de la goujaterie actuelle, celle d’un Hamadi Idaroussi dit «Tonton-m’a-dit», l’homme formé à filtrer les moustiques des eaux usées de la forêt et qui se croit arrivé. En effet, l’homme le plus arrogant et le plus narcissique des Comores – tout de même, après son oncle – va devenir ministre des Finances, sur le dos de Saïd-Ali Saïd Chayhane, le baby-sitter de sa famille. Oui, Mesdames et Messieurs, l’homme qui insulte les fonctionnaires internationaux, injurie les diplomates étrangers, casse le travail de ce qui tient lieu de gouvernement et se prend pour un Premier ministre parce qu’il est secrétaire général du gouvernement s’apprête à prendre le ministère des Finances, après tout l’argent sale qu’il a gagné sur le dossier maudit des moissonneuses-batteuses d’occasion transformées en «groupes électrogènes» vendues aux Comores à prix d’or.

De l’autre côté de la chaîne de la médiocrité népotique, nous avons Loukman, le fils du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani, le vrai chef de l’Armée comorienne, en attendant qu’un jour il commette son propre putsch par hérédité et instaure sa propre dictature au nom du père. Cet enfant doit être au centre des préoccupations des Comoriens dès à présent parce qu’il est le poison d’aujourd’hui afin de devenir le deuil de demain. Cet enfant va être pire que le père, et a déjà commencé à tourmenter les Comoriens, en interdisant les prières dans les mosquées et en emprisonnant sans jugement ceux qui prient. Dès lors, la question qui se pose est celle de connaître la date à partir de laquelle il est interdit d’entrer dans les mosquées et de prier. Il est vrai que de nombreux Comoriens entrent dans les mosquées et prient pour la mort du «saigneur» Azali Assoumani et du fugitif international Hamada Madi Boléro – déjà sous l’effet d’une malédiction électorale, suite à une prière faite à Fomboni – mais, ces gens-là sont plus discrets.

Aujourd’hui, les Comoriens ne demandent qu’une seule chose à leur dictateur, pour qu’il parachève sa «Ripoux-blique» bananière de famille: qu’il redonne, comme par le passé, à sa première femme Ambari le marché des téléphones portables pour que seuls les appareils téléphoniques qu’elle vend puissent être compatibles avec les puces électroniques vendues par Comores Télécom et Telma. Pendant qu’il y sera, qu’il lui donne également le monopole de la vente des allumettes pour que celles qui vont allumer le feu prochainement pour effacer les traces des vols – comme cela a été le cas à la Direction générale des Impôts hier et au Trésor public aujourd’hui – fassent partie de sa panoplie de la parfaite pyromane. Chère Madame, on se retrouvera dans un Tribunal français pour en parler avec joie.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 26 juin 2017.

Powered by Comores infos