You are here: Home » Actualité » Anissi Chamsidine est sommé de refaire ses pompes

Anissi Chamsidine est sommé de refaire ses pompes

Anissi Chamsidine est sommé de refaire ses pompes

Un sale temps pour le traître et «Anroubi» de Maharéré

Par ARM

       Finalement, le 14 janvier 2014, le Président Ahmed Sambi avait eu raison de traiter Anissi Chamsidine d’«Anroubi» que personne ne connaissait avant qu’il ne le tire du ruisseau, de l’anonymat, de l’insignifiance et de la médiocrité. Au Maroc, «Anroubi» signifie «campagnard», «blédard». Mais, Anissi Chamsidine n’est pas «Anroubi» parce qu’il vient du hameau perdu de Maharéré, mais parce qu’il n’est à l’aise que quand il porte quelqu’un sur le dos et quand ce quelqu’un le roue de coups de cravache comme un âne. Après avoir trahi tout le monde et après avoir accepté le déshonneur d’une élection qui n’a pas eu lieu, il se plaint constamment auprès des siens du fait qu’il ne reçoit rien du mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger».

Oui, le «Anroubi» Anissi Chamsidine se plaint auprès de son entourage du fait qu’il est obligé de faire des emprunts dans sa propre station-service pour faire fonctionner son Cabinet. Sans la moindre charité, son entourage se moque de lui sur son dos en disant qu’il n’a qu’à aller refaire ses pompes devant le dictateur fou de Mitsoudjé.

Pendant ce temps, la Siti Faourata, prétendument «Gouverneure» de la Grande-Comore (toujours par non-lieu de l’élection), a pris l’avion pour aller faire quelques courses à Paris. Ces courses parisiennes sont bonnes pour son moral, après avoir constaté que des ministrillons ont fait virer ses Commissaires de leurs bureaux occupés par leurs prédécesseurs.

Du coup, les trois prétendus «Gouverneurs» ont perdu le sourire, et ce d’autant plus que pendant qu’ils crient famine, étranglés par le portefeuille et l’estomac, ils voient Ambari Darouèche dite Makapihi, «La Mère qui ne prépare jamais à manger», jeter en l’air coup sur coup 15 billets de 10.000 francs comoriens (de quoi payer 5 salaires moyens) au cours d’un mariage. Rira bien qui rira le dernier.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 1er juillet 2019.

Powered by Comores infos