You are here: Home » Actualité » Anjouan danse avec le tyran Azali, Mohéli se révolte

Anjouan danse avec le tyran Azali, Mohéli se révolte

Anjouan danse avec le tyran Azali, Mohéli se révolte

Anjouan ne revendique pas Anjouan-2021, Mohéli se bat

Par ARM

       Les hommes et les femmes de Grande-Comore savent danser, dansent, mais refusent de danser le Bumping, fesses contre fesses, avec le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri dans la rue. Les hommes et les femmes de Mohéli savent danser, dansent, mais refusent de danser le Bumping, fesses contre fesses, avec le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri dans la rue. Or, à Anjouan, chaque mois, les Anjouanais dansent le Bumping dans la rue avec le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri, et les images qui circulent à ce sujet heurtent la sensibilité et la susceptibilité des autres Comoriens. Au lieu de se mobiliser et de lutter contre le dictateur fou et terroriste pour Anjouan-2021, les Anjouanais dansent avec lui. Même si c’est pour lui mentir, ces images sont scandaleuses. Les Anjouanais enverraient une image plus positive aux autres Comoriens s’ils pouvaient arrêter le Bumping avec le dictateur.

Pendant que les Anjouanais dansent le Bumping avec le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri, les Mohéliens s’opposent frontalement à la dictature. Ce mercredi 25 novembre 2020, les Mohéliens ont barré la route entre Miringoni et Wallah en y abattant des arbres. Le Préfet du Mlédjélé a dépêché sur les lieux la Police, la Gendarmerie et l’Armée pour dégager la voie, mais chaque fois, les Mohéliens abattent de nouveaux arbres et bloquent la route. C’est vraiment dommage pour l’environnement, mais pouvons-nous faire de l’omelette sans casser les œufs? Chaque nuit, à Mohéli, les patriotes font des graffitis pour réclamer le départ du dictateur. Cela dérange la dictature, incapable de cacher son rejet public, et qui constate que même sur place, aux Comores, la population ose la contester dans la rue.

Des Mohéliens ont été enlevés par les forces de l’oppression et de la répression, et les magistrats sont incapables de les juger. On retient aussi que, pendant que la classe politique d’Anjouan et de Grande-Comore s’est entièrement exilée, et pendant que la glissante et insaisissable anguille Mouigni Baraka Saïd Soilihi mendie auprès de la dictature le statut de chef de l’opposition avec une place de ministre, un salaire et une voiture ayant gyrophare, sirène et tout et tout, les ténors de la classe politique de Mohéli refusent de s’exiler. Ils sont persécutés chaque jour, mais affrontent à mains nues la dictature à Mohéli. La différence avec les Anjouanais est saisissante.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 26 novembre 2020.

Powered by WPeMatico