You are here: Home » Actualités » Anjouan : Pour comprendre les raisons de l’arrestation du Conseiller Abdoulkarim

Anjouan : Pour comprendre les raisons de l’arrestation du Conseiller Abdoulkarim

D’après nos sources d’informations, la détention provisoire du Conseiller Abdoulkarim est liée à ses deux procurations contradictoires émises au Conseil de l’île lors de la dernière session pour désigner leurs trois représentants à l’Assemblée Nationale. La première est établie le 25 mars au profit du groupe OVOMOJA et la seconde du 5 avril au profit du JUWA. Or, l’article 11 de la réglementation intérieure du Conseil de l’île Autonome de Ndzuwani stipule :
 
« Un Conseiller ne peut appartenir qu’à un seul groupe. Les modifications de la composition d’un groupe sont portées à la connaissance du Président du Conseil :
-Sous la signature du Conseiller intéressé s’il s’agit d’une démission ;
– Sous la signature du Président de groupe s’il s’agit d’une radiation ;
– Sous la double signature du Conseiller et du président s’il s’agit d’une adhésion ».
 
Aucune de ces dispositions n’a été observée lors de la transhumance politique du Conseiller Abdoulkarim : d’OVOMOJA vers JUWA,  de JUWA vers OVOMOJA et d’OVOMOJA vers JUWA.

 
Anjouan : Pour comprendre les raisons de l’arrestation du Conseiller Abdoulkarim
 

Les deux procurations contradictoires, le caractère girouette du Conseiller Abdoulkarime et le non-respect de l’article 11 de la réglementation intérieure du Conseil de l’île Autonome de Ndzuwani ont entrainé des troubles débouchant à des affrontements au sein du Conseil de l’île d’Anjouan et de l’Assemblée Nationale.
 
Les déclarations contradictoires du conseiller Abdoulkarim lors de sa transhumance politique laissent croire qu’il a réagi sous l’effet de la corruption. Après une rencontre avec le gouverneur Abdou Salami du parti Juwa le 22 mars, le conseiller Adoulkarim lui avait affirmé son soutien auprès de la presse. Mais le 25 mars après une conférence de presse, il a fait un revirement en confirmant qu’il est toujours avec le groupe OVOMOJA. Le journalisme Kamal Ali Yahouda lui avait posé la question sur les motivations de sa première déclaration de soutien au Juwa. Sa réponse était surprenante. Selon le Conseiller en question, le gouverneur lui avait promis une autre surprise s’il accepte de faire une déclarions auprès de la presse à l’issu de leur rencontre. Le conseiller Abdoulkarim a ensuite avoué qu’il était en mission pour attester que le gouverneur Abdou Salami est un corrupteur et un corrupteur et qu’il en a eu la certitude. Les rimeurs circulaient qu’il aurait perçu de la part du Chef de l’Exécutif d’Anjouan un bon d’achat 10 tonnes de ciments. Les propos du Conseillers Abdoulkarim constituent des accusations graves contre le Chef de l’Exécutif d’Anjouan. Le Secrétaire Général Adjoint du parti Juwa, Dr Sounhadj, était le premier à déclarer que le Conseiller Abdoulkarim mérite d’être traduit en justice.
 
En résumé, le Conseiller Aboulkarim serait donc accusé de faux et usage de faux, de corruption et de perturbation à l’ordre public avec comme conséquence : la crise actuelle au sein du Conseil de l’île d’Anjouan et de l’Assemblée Nationale. Son immunité parlementaire a été levée.   

 
A lire aussi :

Powered by Comores infos