You are here: Home » Actualités » Année blanche pour les étudiants en quête du Visa pour le Maroc, le ministère a volé leur argent

Année blanche pour les étudiants en quête du Visa pour le Maroc, le ministère a volé leur argent

Alors que la fin du premier semestre s’approche à grands pas, les étudiants dont les dossiers de demande de visas se trouvent à l’ambassade marocaine en Tanzanie, ont décidé de manifester leur colère ce mercredi par une marche vers Beit-Salam. Une marche interrompue par les forces de l’ordre.

Presque un mois après le départ du premier contingent ayant obtenu les visas, l’incertitude reste encore pour les autres étudiants qui n’ont pas encore obtenu l’autorisation de partir au Maroc. Cette inquiétude est, selon les principaux concernés, «différente» de celle qu’ils ont vécue durant le mois d’octobre, lorsqu’ils n’avaient aucune information sur l’évolution du processus.
Sur un effectif total de cinq cent soixante et un dossiers déposés le 19 novembre par le directeur de l’enseignement supérieur, seuls cinquante visas ont été délivrés, annonçait Ali Mohamed, qui revient de la capitale tanzanienne.
Il avait aussi amené avec lui, les passeports des cinq cent onze étudiants «dont les dossiers sont à l’étude». Depuis, ces derniers attendent d’être appelés.

Pas avant le second semestre?
Pourtant, lors d’un point de presse qu’il avait organisé juste quelques jours après son retour, le directeur de l’enseignement supérieur, espérait, d’après les informations qu’il possédait, à ce moment-là, des réponses «dans les deux semaines suivant son arrivée». Jusqu’à maintenant, le Royaume n’aurait pas donné son feu vert qui permettrait aux étudiants de partir.
Les cinquante étudiants qui ont eu la chance d’obtenir le visa, ont une fois sur place, dû mettre les bouchées doubles pour rattraper le temps perdu.
Il y a deux semaines, la direction de l’enseignement supérieur avait envoyé d’autres pièces demandées, semble-t-il, par l’ambassade, par une note verbale arrivée le 07 décembre. «A travers ce document, nous devrions ajouter une colonne de la date des naissances dans la liste déjà soumise. Il y avait aussi des garanties sur la prise en charge financière et le retour au pays une fois les études finies» expliquait-il.
Le 19 décembre, lors de sa conférence mensuelle, le ministre des Affaires étrangères, Souef Mohamed El-amine, qui avait tenu à «laver» son ministère de toute responsabilité dans cette affaire, déclarait que les étudiants qui n’avaient pas pu partir lors du premier semestre allaient pouvoir le faire «dans le second». Au moment où nous écrivions ces lignes, nous avions tenté d’avoir plus d’informations auprès du directeur de l’enseignement. Vainement.
Autre fait qui pourrait conduire à retarder le traitement de ce dossier : la disponibilité de la personne chargée de s’occuper des dossiers des visas au sein de l’ambassade marocaine. Selon Ali Mohamed, ce diplomate devrait partir en vacances «avant janvier». A cinq jours de la fin du mois décembre, il y a lieu de se poser quelques questions même si l’on sait que le Maroc n’a jamais refusé de donner des visas aux étudiants comoriens.
Les cinq cent cinquante un étudiants ont-ils la chance de se retrouver dans leurs instituts respectifs avant la fin du premier semestre? Une chose est sûre : selon certains infirmations recueillies ici et là, il n’est pas encore trop tard. Croisons, donc, les doigts

Powered by Comores infos