You are here: Home » Actualité » Après Ali Soilihi, un autre tyran du Hambou tue Mohéli

Après Ali Soilihi, un autre tyran du Hambou tue Mohéli

Après Ali Soilihi, un autre tyran du Hambou tue Mohéli

Tuer Mohéli, une action chère aux dictateurs du Hambou

Par ARM

       1.- Ali Soilihi voulait faire de Mohéli un jardin et une plantation de bananiers, le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri veut en faire un bordel pour ses maîtres du Moyen-Orient, en vendant ignominieusement les îlots situés au Sud de cette belle île.

2.- Ali Soilihi était le spécialiste de l’arrestation de Mohéliens innocents et de leur déportation chez lui, en Grande-Comore. Quand, lors de l’obscénité électorale du 28 octobre 1977 par laquelle, malgré les bourrages des urnes, les Mohéliens avaient demandé à 97% son remplacement par «Le Remplaçant» sans nom, ni visage, Ali Soilihi avait décapité la classe politique mohélienne, en arrêtant arbitrairement 90 Mohéliens innocents et en les déportant dans des citernes en Grande-Comore. Quelques jours plus tard, il décapita la jeunesse de Djoiezi, en emprisonnant des dizaines de jeunes, dont certains étaient âgés de 15-17 ans, mais dont le tort était de jouer aux dominos l’après-midi. Aucun de ces Mohéliens n’avait été présenté à un juge, jugé, reconnu coupable d’une infraction, condamné par un Tribunal. Ils ne sortirent des citernes qu’à la suite du coup d’État du 13 mai 1978 contre Ali Soilihi.

3.- Le 18 février 2018, deux jeunes Mohéliens ont signalé la présence de clous sur la piste de «l’Aéroport» de leur île alors que l’avion devant transporter le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri devait s’envoler vers la Grande-Comore. Moins, de 5 minutes plus tard, le Grand-Comorien Saïd Larifou dit «L’Art-Fou», se mua en Procureur politique, digne héritier de Lavrenti Beria, les accusa de tout: «Terrorisme, tentative d’attentat, atteinte à la sûreté de l’État et association de malfaiteurs en vue de commettre un acte terroriste». Moins de 7 minutes plus tard, alors qu’il s’acheminait vers son statut d’avocat déchu, il prononça la peine de mort contre les deux Mohéliens. Ces derniers ont été illégalement transférés à Moroni, seulement habillés de slips, et ont subi des tortures et d’autres traitements inhumains et dégradants de militaires grands-comoriens, qui avaient pissé sur eux.

4.- Pendant que s’allument tous les signaux annonçant la chute imminente du dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri, ce dernier a accru la répression sur Mohéli, en espérant bêtement que sa gesticulation dramatique va freiner l’élan patriotique pris sur toutes les îles pour le faire dégager. C’est ainsi que, le samedi 21 novembre 2020, Archad Mohamed Madi, ancien Gouverneur de Mohéli, a été arbitrairement et traîtreusement enlevé par les forces de la répression et de l’oppression. Aucun motif légal n’explique ce rapt crapuleux. Au même moment, mon jeune cousin Ben Massounde Darouèche a été battu à mort par la soldatesque, à la demande personnelle de Mohamed Saïd Fazul, semblant de «Gouverneur» de Mohéli. Ben Massounde Darouèche est actuellement à «l’Hôpital» de Mohéli, agonisant. Il est accusé d’avoir voulu peindre des graffitis «Azali nalawé», «Qu’Azali dégage» à Djoiezi.

5.- En 1988, suite à la mise en circulation d’une lettre ouverte signalant les injustices subies par Mohéli par rapport aux autres îles, le Président Ahmed Abdallah Abderemane avait dépêché sur l’île son ministre de l’Intérieur pour y emprisonner des Mohéliens qui disaient la vérité. Le ministre de l’Intérieur à Mohéli pour une lettre ouverte! Il fallait le faire!

6.- Suite à l’affaire des clous, les 2 jeunes Mohéliens innocents avaient été transférés à la prison de Moroni, et le Procureur «50.000 francs» Abbas Houtoib Abdallah, convoqué par le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri, en présence de l’avocat bientôt déchu Saïd Larifou, pour recevoir les instructions, fatwas, oukases, ordres et directives.

7.- En novembre 2020, suite à l’arrestation d’Archad Mohamed Madi et Ben Massounde Darouèche, un Procureur est spécialement dépêché de Moroni à Mohéli.

Bientôt, toute cette mascarade criminelle prendra fin. Le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri sera bientôt fusillé, et les Comoriens pourront alors respirer.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 22 novembre 2020.

Powered by WPeMatico