You are here: Home » Actualités » ARCHIVES/ Vendredi 26 mai 2006 : Discours du Président Azali Assoumani à l’occasion de la cérémonie d’investiture de son successeur Ahmed Abdallah Mohamed Sambi

ARCHIVES/ Vendredi 26 mai 2006 : Discours du Président Azali Assoumani à l’occasion de la cérémonie d’investiture de son successeur Ahmed Abdallah Mohamed Sambi

ARCHIVES/ Vendredi 26 mai 2006 : Discours du Président Azali  Assoumani à l’occasion de la cérémonie d’investiture de son successeur Ahmed Abdallah Mohamed Sambi                                           Photo archives
 

Monsieur le Président, Honorable Assistance
 
Ce jour du 26 mai 2006 marque pour l’Histoire de notre pays et ses institutions, le début d’une ère nouvelle.
 
Comme vient de le rappeler le Président de la Cour Constitutionnelle, la grande majorité des suffrages du peuple comorien, s’est portée sur notre frère, Son Excellence Monsieur Ahmed Abadallah Mohamed Sambi.
 
Il est désormais le Chef de l’Etat et doit présider aux destinées de notre pays pour les quatre prochaines années. L’Histoire retiendra, que c’est la seconde fois, depuis l’instauration du pluralisme politique aux Comores, que l’issue d’un scrutin ne souffre d’aucune contestation.
 
Je voudrais ainsi, saluer chaleureusement le tout nouveau Président de l’Union des Comores et lui adresser toutes mes félicitations et mes meilleurs vœux de réussite.
 
Je rends hommage à ses challengers qui n’ont pas démérité et qui, en acceptant les résultats tels qu’ils ont été arrêtés par la Cour Constitutionnelle, ont fait preuve de dignité et de loyauté.
Ils ont, par leur acte symbolique, rehaussé l’image de notre pays et prouvé notre attachement à la pratique de la démocratie.
 
Je rends un hommage appuyés aux administrations compétentes, aux Commissions nationales et insulaires, à la Cour Constitutionnelle, à nos partenaires, notamment les forces de l’AMISEC qui se sont tous impliqués dans le processus électoral, pour avoir brillamment réussi le pari que d’aucuns pensaient impossible.
 
Mais c’est à vous, Monsieur le Président, que le peuple Comorien a décidé de confier à compter de ce jour, la magistrature suprême de notre pays.
 
C’est donc sur vous, Monsieur le Président que les comoriennes et les comoriens ont porté leur choix pour conduire les changements économiques et sociaux auxquels ils aspirent aujourd’hui.
C’est à vous également que revient la lourde charge de consolider la réconciliation nationale retrouvée et de faire oublier définitivement la crise qui, voici 09 ans, a ébranlé les fondements même de notre Nation et a failli détruire notre Etat.
 
C’est donc à vous enfin que revient l’honneur de pérenniser la démocratie et les nouvelles institutions que les comoriens se sont donnés.
 
A l’annonce des résultats, nombreux sont ceux qui se sont sentis soulagés, les uns, j’en fais partie, parce que les élections se sont très bien déroulées, d’autres parce que le candidat qu’ils soutenaient a gagné, ce qui est somme toute normal. Mais d’autres encore, se sont réjouis parce qu’enfin AZALI va partir.
 
Eh ! bien, que ces derniers tempèrent leur euphorie car nul ne sera vraiment soulagé tant que nous ne nous rassemblerons pas autour du Président élu, pour nous atteler à l’essentiel : le développement socio-économique de notre pays.
 
Pour ce qui me concerne, je me tiens dès aujourd’hui, en réserve de la République et à la disposition de l’Etat, de vous même, Monsieur le Président, pour apporter ma modeste contribution à la consolidation des acquis retrouvés et à l’amorce du développement de notre pays que vous appelez de tous vos vœux.
 
Monsieur le Président, Honorable Assistance
 
Au moment où s’achève mon mandat, je voudrais d’abord, rendre grâce à Dieu, pour ce qu’Il m’a accordé ainsi qu’à ma famille, en terme de santé et de capacité, sept ans durant, et pour m’avoir fait le don de guider chacun de mes pas, dans l’accomplissement des devoirs de ma charge.
 
Je remercie le Peuple Comorien qui m’a soutenu, supporté et appuyé dans tout ce que j’ai pu, modestement entreprendre jusqu’à ce jour.
 
A toute l’Administration comorienne et aux groupements socioprofessionnels, j’exprime ma reconnaissance pour la contribution qu’ils ont apportée à la reconstruction du pays et de l’Etat, durant mon mandat.
 
Aux différentes équipes qui étaient autour de moi, qui m’ont subi et supporté et qui m’ont assuré de leur fidélité sans faille, j’exprime ici, le témoignage de mon affection et de toute ma gratitude.
 
A la classe politique comorienne, à l’opposition et à la presse surtout, qui, pourtant, ne m’ont ménagé à aucun moment, j’adresse également ma reconnaissance car d’eux, j’ai beaucoup appris.
 
Aux pays et organisations amis et à tous nos partenaires enfin, je voudrais également, au nom du peuple et du gouvernement comoriens et en mon nom propre, réitérer mes très sincères remerciements pour le soutien constant, l’appui sans faille et la grande disponibilité qu’ils ont toujours manifesté en faveur de notre pays, pendant toutes ces dernières années, dans le cadre de la résolution de la crise comorienne et à l’occasion de cette élection présidentielle si bien réussie.
Je salue notamment l’Union Africaine, l’Organisation Internationale de la Francophonie, la Ligue des Etats Arabes, l’Union Européenne, la Commission de l’Océan Indien et le système des nations Unies, pour la permanence de leur accompagnement, si précieux et si efficace.
 
Je remercie, encore une fois, mon Frère et Ami Thabo MBEKI, Président de la République d’Afrique du Sud dont la disponibilité, l’écoute attentive et le ferme engagement de lui-même et de son pays, aux côtés du Peuple Comorien, n’ont jamais fait défaut.
 
Nous sommes reconnaissants et redevable à la République de Maurice pour son inestimable concours et pour son amitié sincère à l’égard de notre pays.
 
Nous ne remercierons jamais assez nos partenaires, tel que la République Française et la République Populaire de Chine dont l’appui discret mais efficace, se complète si harmonieusement dans notre pays, pour entretenir l’espoir.
 
Aux Etats-Unis d’Amérique dont l’amitié et la coopération avec l’Union des Comores, se sont renforcé ses dernières années, à la Grande Jamahiriya Arabe Libyenne, à la République Arabe d’Egypte, toujours attentive envers notre pays, à la République Unie de Tanzanie, ce pays frère et voisin dont l’exemplarité suscite notre admiration, à la République du Sénégal, à la République de Madagascar, au Royaume du Maroc, à la République Algérienne Démocratique et Populaire, au Royaume d’Arabie Séoudite, à la République Islamique d’Iran, à la République d’Indonésie, à la République du Nigéria, à la République Islamique du Pakistan et à la Région de la Réunion, je voudrais également, exprimer en notre nom à tous, notre reconnaissance, pour leur engagement, sans cesse renouvelé, à nous apporter leur concours, tout au long du processus de développement amorcé en Union des Comores.
 
Je salue chaleureusement, les Eminentes personnalités que vous êtes tous ici, pour représenter tous vos pays ou organisations amis.
 
Permettez-moi enfin de remercier une personne, dont le nom est devenu familier et connu dans chacun de nos villages, j’ai nommé l’inoxydable MADEIRA.
 
Je viens de procéder à la décoration des personnalités ayant paraphé l’Accord signé à Beït Salam en décembre 2003, rendant ainsi, un immense service à la Nation Comorienne. Je leur adresse mes chaleureuses félicitations.
 
Je demande la compréhension de tous les autres acteurs qui le méritent tout aussi et je reste persuadé que l’Etat saura reconnaître, dans d’autres circonstances et de façon concrète, leur action et celle d’organismes et de pays amis, qui nous ont apporté leur précieux concours dans les moments difficiles.
 
Je voudrais, en toute humilité, demander la compréhension et l’indulgence de toutes celles et tous ceux qui, individuellement ou collectivement, ont été heurtés ou lésés par des propos ou des décisions difficiles que j’ai eu à prendre, dans l’exercice de mes fonctions.
 
Monsieur le Président, Honorable assistance,
 
Je quitte aujourd’hui mes fonctions, avec la conscience d’avoir fait de mon mieux pour l’unité de mon pays et d’avoir usé de toutes mes prérogatives pour l’instauration en Union des Comores, d’un régime démocratique, grâce auquel nous pouvons aujourd’hui procéder, pour la première fois de notre Histoire post-indépendance, à une alternance politique constitutionnelle, pacifique et exemplaire, à l’issue d’élections libres, démocratiques et transparentes, dans l’unité, la paix civile et la stabilité.
 
Au moment où s’ouvre une nouvelle page de l’Histoire de notre pays, je vous invite, mes chers compatriotes, à aborder cette ère nouvelle pleine d’espoir, en peuple uni et fraternel bénéficiant de l’estime et de la solidarité internationale, autour du Président Ahmed Abadallah Mohamed Sambi, et à mettre toute votre énergie au service de la Nation pour que Vive l’Union des Comores, dans la paix et la prospérité.
 
Vive la solidarité internationale
Je vous remercie.
Moroni,  26 mai 2006
A lire aussi :

Powered by Comores infos