You are here: Home » Uncategorized » Armée et Justice aux ordres pour tuer Ahmed Sambi

Armée et Justice aux ordres pour tuer Ahmed Sambi

Armée et Justice aux ordres pour tuer Ahmed Sambi

Assoumani Azali vampirise tout l’État contre son ennemi

Par ARM

     L’Histoire se répète dangereusement et dédaigneusement. Seulement, cette fois-ci, c’est le silence total du côté des deux grandes gueules de la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé, à savoir le bandit Mohamed Abdou Mbechezi et le brigand Saïd Ahmed Saïd Ali, le beau gosse de Ntsoudjini et descendant direct de l’écrivain anglais William Shakespeare, qui a écrit Othello et Roméo et Juliette sous l’arbre à pain et le cocotier jouxtant la case de ses ancêtres à Ntsoudjini. Malgré leur imbécillité légendaire, ils ont tiré les leçons du naufrage médiatique et politique de leur médiatisation de l’accueil qui avait été fait aux magistrats chargés de la fausse enquête sur la fausse affaire des clous à l’Aéroport de Mohéli par le «pouvoiriste» polygame Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Donc, c’est le silence radio pour 2 ânes rouges habitués à braire. Ils ont eu raison, les deux chenapans, même si les Comoriens savent tout déjà. Et vous allez tout comprendre…

Le lundi 30 avril 2018, à 17 heures, une réunion a eu lieu à Bête-Salam sous la présidence scélérate et criminelle du «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri. Ont pris part à cette réunion crapuleuse et mafieuse, le sommet du crime organisé aux Comores:

–     L’Armée et son chef d’État-major, le «Colonel» Youssoufa Idjihadi dit «Youssoufa Mfamanga» («Youssoufa-poisson-séché», surnom de l’ancien vendeur de poisson séché),

–     Des gendarmes,

–     Kiki, l’ancien docker de Dunkerque, l’individu qui a renié sa propre mère pour une autre afin d’acquérir frauduleusement et illicitement la nationalité française, l’unique réalisateur de l’unique prouesse mondiale consistant à «obtenir» un «Master 2» et un «Doctorat» en «Intelligence économique» le même jour, contre un minimum de 4 ans,

–     Bellou Magochi, s’habillant toujours comme un gangster dans un film de série B et portant toujours la chaussure gauche au pied droit et réciproquement,

–     Des membres de la Cour suprême, notamment le servile et obséquieux Cheikh Salim, et le méprisable et ignoble mercenaire Nourdine Abodo, surnommé Satan par les magistrats, l’Intrigant par les avocats, l’Infâme par le peuple, le Serpent à lunettes à Bête-Salam et le Vénérable Aîné par la canaille Saïd Ahmed Saïd Ali, l’Othello des Tropiques,

–     Mohamed Youssouf, premier Président de la Cour d’Appel de Moroni,

–     Youssouf Ali Djaé, Procureur général,

–     Mohamed Ali Djounaïd, Président du Tribunal de Moroni.

L’objet de cette réunion criminelle est la neutralisation et même l’assassinat de l’ancien et inévitable prochain Président Ahmed Sambi, après l’annonce de son imminent retour aux Comores, après quelques mois consacrés à des contacts politiques et «diplomatiques» à l’étranger. Toute honte bue, le dossier vide le concernant a été transmis au Procureur, qui l’a lui-même communiqué à son tour à la Gendarmerie, comme si la chose allait de soi. Fanfaron comme à l’accoutumée, Bellou Magochi crâne partout en disant que toutes les dispositions avaient été prises pour envoyer Ahmed Sambi en prison, sans la moindre raison valable. Questions: Ahmed Sambi a été jugé par quel Tribunal, a été accusé de quoi et condamné à subir quelle peine de prison? Depuis quand emprisonne-t-on les gens sans les juger et sans qu’ils ne soient reconnus coupables et condamnés en conséquence?

Les Comoriens ne comprennent pas pourquoi le bambochard Assoumani Azali Boinaheri et ses roquets s’acharnent tant et tant contre Ahmed Sambi, alors qu’il n’a été jugé et condamné par aucun Tribunal. Plus grave et scandaleux encore, c’est de voir les juges, et non les Procureurs, assister à une réunion pour définir les moyens illégaux qui devront être mis en œuvre pour poursuivre en justice Ahmed Sambi et trouver les moyens de l’assassiner, en mettant la chose sur le dos d’un prisonnier qui ne l’aimait pas depuis longtemps.

Qu’ils touchent le début du commencement d’un cheveu d’Ahmed Sambi, et ils verront comment les Comores vont nager dans un bain de sang. Même des Comoriens, notamment des juristes, qui n’ont jamais appartenu au clan d’Ahmed Sambi et qui ne l’ont jamais soutenu sont indignés en constant que ces rustres s’acharnent à vouloir emprisonner, humilier et assassiner un ancien Président innocent puisque jamais condamné par un Tribunal. Le comportement de la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé n’est pas normal. Même à Bête-Salam, d’aucuns condamnent sévèrement ou émettent beaucoup de réserves sur cette démarche, et estiment qu’elle va provoquer un désastre aux Comores.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 5 mai 2018.

Powered by Comores infos