You are here: Home » Actualités » Armée Nationale: L'AND est le dépositaire de la démocratie, dans un pays en proie à la dictature

Armée Nationale: L'AND est le dépositaire de la démocratie, dans un pays en proie à la dictature

Armée Nationale: L'AND est le dépositaire de la démocratie, dans un pays en proie à la dictature
La liberté de la presse, les libertés publiques et individuelles sont depuis que le philosophe grec Périclès a créé le régime démocratique, le fondement, le terraule les progrès économiques et sociaux.

Pourtant, pour ses intérêts individuels et ceux du clan, le colonel AZALI n’a de cesse de fouler aux pieds le peu de libertés dont nous disposons. Et cela a commencé par le démantèlement de l’assemblée nationale, de la cour constitutionnelle, du musellement de la presse, des interdictions de manifester etc.

Toutes ces violations sont commises au mépris des règles, parce que le président AZALI ne sait faire que l’apologie du désordre et de l’anarchie. A ce tire, la mise en place d’un appareil judiciaire et du respect du peuple et des institutions en générales ne sont que futilités. Dans ce climat apocalyptique, cet homme adepte du nihilisme et de plus en plus déterminé à écraser toute opposition, les élus de la nations(députés, conseillers des iles et les gouverneurs, sont déterminés à dire stopper à la dictature, demain, devant le palais du peuple à Hamramba. Ils appellent au peuple à un rassemblement pacifique, pour dénoncer les actes anticonstitutionnels du président. Et, face à ce climat délétère, les forces de l’ordre(AND, gendarmes et policiers, sont appelés à prendre leur responsabilités en maintenant l’ordre, en respectant les manifestants et en agissant pour la défense de la démocratie.

Au chef d’état major, le capitaine Issoufa Idjihadi et ses frères d’armes comme disait l’autre, votre mission est républicaine et elle vise à protéger les frontières, les comoriens, la paix civile et la démocratie. Vos armes sont destinées à veiller aux institutions et à aux libertés civiles et publiques. En aucun moment le comorien ne doit faire l’objet de torture, ni d’humiliation comme cela a été le cas contre le député TOCHA.

Mbadakome

Powered by Comores infos