You are here: Home » Actualités » Arrêt de la Cour constitutionnelle de ce jour noir : le plan B est un coup de poignard dans le dos de Sambi

Arrêt de la Cour constitutionnelle de ce jour noir : le plan B est un coup de poignard dans le dos de Sambi

Arrêt de la Cour constitutionnelle de ce jour noir : le plan B est un coup de poignard dans le dos de SambiLa liberté d’expression que nous accordons à toutes et à tous, nous autorise à publier ces écrits qui nous parviennent des adeptes de Sambi, adhérents au chiisme, même si nous nous réclamons sunnites. Chacun a le droit de s’exprimer quelle que soit sa religion ou ses origines. C’est ce qui enrichit le débat.

Dans les rangs de leur faux Sambi, on jubile parce que, le nôtre, le vrai, le Mollah, Al Oustadh, a emprunté le chemin de la descente aux enfers. Pendant qu’il continuait à croire que son avocat à la Cour constitutionnelle défend sa cause, tout s’organisait pour ses obsèques politiques. Une question interpelle tous et en particulier, nous adeptes de sa confrérie : pourquoi son  » assassin » ne s’est-il pas proposé son vice-président s’il croyait vraiment à sa candidature ? Ceux qui ont cru à sa candidature, ce sont ses fidèles qui ont accepté de composer avec lui, dont nous leur rendons hommage ici pour leur fidélité, mais nous leur demandons également de tirer les conséquences de cette haute trahison qui entache ce plan B, placé sous le signe du  » adieu Sambi ».

Chiites nous le sommes, et chiites, nous le resterons car on sait dorénavant, que notre champion, a été piégé, et nous ferons en sorte que celui ou ceux qui l’ont piégé paient cher à travers les urnes. Une question simple interpelle l’opinion : comment un avocat qui a fait croire à son client qu’il va gagner le procès, se substitue immédiatement à lui, en déclarant sa candidature dés la tombée du verdict final, sans le moindre remord ? Pire encore ce soir là du jour noir, des affiches du même avocat avec ses trois colistiers sont sorties des cartons, pour être exposés partout.

Le faux Sambi et son entourage continuent à ignorer la colère des chiites une fois qu’ils sentent que leur chef est mis à terre. Nous allons exprimer notre colère et ce ne sont pas les menaces des mots qui pleuvent ici et là, ou ces sondages fabriqués qui donnent gagnant à  »l’assassin » politique de notre Mollah qui nous feront reculer devant cet acte de trahison. Celui qui a compris le piège tendu par ces détracteurs de Sambi, est l’ancien président de l’Assemblée Hamidou Bourhane, qui a décliné l’offre empoisonné de l’avocat usurpateur.

On a compris que Sambi avait raison de dire qu’il a été toujours trahi et mal servi, même s’il l’a cherché lui-même car il n’a jamais tiré les conséquences de ses gymnastiques qui font de lui aujourd’hui, l’otage de ce Fahmi. Nous sommes déçus de notre Mollah, du fait qu’il ne nous a jamais écoutés alors qu’on connait les vrais fidèles, et même aujourd’hui, qu’on lui a planté le couteau dans la gorge et poignardé au dos, il soutient quelques uns parmi ces traitres. Des fois, on a le droit de se demander si notre Mollah s’applique à lui-même, les leçons qu’il nous donne dans notre pré carré chiite.

L’heure est à la mobilisation totale pour soutenir en dehors de ces arrivistes les vrais amis et fidèles de Sambi. C’est la seule réponse qu’ils méritent et ne leur laissons aucune chance car ils trahiront Sambi au même titre qu’Ikililou et ses co-équipiers qu’il a mis en place et qu’ils l’ont tourné le dos. On n’a pas la mémoire courte pour oublier que celui qui a usurpé la place à Sambi aujourd’hui, est celui qui a tiré sur notre chiisme. Lorsque des villageois ont démoli une mosquée que nous avons construite pour nos fidèles, on a entendu au sein du palais de justice ce qu’il lançait avec ses amis sur nous, nous accusant de  » sals chiites », et cela ne peut être oublié.

L’heure de la vérité a sonné et il est hors de question de nous enfermer dans notre mosquée pour pleurer. Depuis que vous avez poignardé Sambi au dos, avec vos trois colistiers, les masques sont tombés, et vos vrais visages sont découverts. On ne peut pas prétendre gouverner un pays avec des mensonges. Ce que nous lisons ici et là, est révélateur de l’assassinat politique de Sambi signé ce jour noir, et un grand merci à ceux qui nous ouvrent les yeux sur la vraie personnalité de ses  » assassins ». Jamais nous ne baisserons les bras, et nous continuerons à attirer l’attention de notre Mollah pour lui ouvrir les yeux sur la malhonnêteté de ces traitres.

Dr M.M ; Oustadh M.M ; Professeur H.M ; Mme K.S
Membres de l’Association chiite  » Ansoir Al Thaqalayin ». Moroni

Powered by Comores infos