You are here: Home » Actualités » Article posté le vendredi 03 mai 2019 22:02

Article posté le vendredi 03 mai 2019 22:02

 
Journée mondiale de liberté de la presse : le metier de journalisme à l’ère de la désinformation Le systeme des Nations-Unies (ONU), en collaboration avec l’Unesco, a celebré, ce vendredi 3 mai 2019, à Genève en Suisse, la  » Journée  » mondiale de la libérté de la presse.

Comme chaque année, plusieurs journalistes du monde entier et des membres de la société civile ont pris part à cette journée commémorative dont le thème principal portait sur  » Le Journalisme et les élections en temps de désinformation » Il était question notamment de de savoir comment le métier de journaliste peut -il rivaliser avec le système de désinformation mis en place en période électorale.

En effet, depuis plusieurs années ,le phénomène des « fakenews  » prend effet boule de neige notamment en période des Elections et détruit le plus souvent la crédibilité des journalistes auprès des populations.  » (…) il ne peut y avoir une démocratie sans accès à une information transparente et fiable. La liberté de la presse est la pierre angulaire de l’édification d’institutions justes et impartiales. (…) Elle permet d’exprimer la vérité face aux puissants. (…) ce sont les faits qui doivent guider le choix des citoyens et ds citoyens lorsqu’ils elosnet leurs représentants. (…) la montée des discours de haine contre les médias engendre une recrudescence d’actes de violence et de harcèlements contre les les journalistes. Près de 100 journalistes sont tués en 2018 et d’autres sont derrière les barreaux.  » a declaré le secrétaire general des Nationes-Unies, Antonio Bouteres, lors de son message à l’occasion de cette journée de la presse. Selon notre expert comorien matière de droit de l’homme, basé aux Nations-Unies, à Genève en Suisse, Mmadi Mohamed Youssouf, connu sous le sobriquet de Nicomede, estime que « le renforcement du rôle des médias face aux nouveaux défis doit être une priorité des États ». « Nous avons l’obligation de défendre et promouvoir les relations entre les médias et la démocratie pour démocratie juste et constructive, déclare-t-il, avant d’ajouter que ,le journalisme à l’ere de la désinformation peut détruire notre société si nous ne nous remettons pas en question pour trouver une solution à ce phénomène ».

En ce qui concerne les Comores, la situation est alarmante. Des journalistes sont derrière les barreaux durant les élections dont un, qui a déclaré avoir été torturé, a du fuir pour se réfugier en France. Il convient de noter que la « journée mondiale » de la liberté de la presse a été proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993 à l’issue de la 26e session de la Conférence générale de l’UNESCO en 1991. Elle permet non seulement de célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, à travers le monde, mais aussi de défendre l’indépendance des médias. Il est question également de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu la vie dans l’exercice de leur profession.

A H Envoyé spécial

Powered by Comores infos