You are here: Home » Actualités » Assises : AZALI s’est canonisé, roi intemporel

Assises : AZALI s’est canonisé, roi intemporel

Assises : AZALI s’est canonisé, roi intemporel
Assises : AZALI s’est canonisé, roi intemporel dans l’éternel
Aujourd’hui 12février, le président AZALI a prononcé son discours de clôture sur les assises qui ont débuté il y a 4  jours. Malheureusement nous déplorons un discours creux vide et contreproductif. Le résultat est maigre, pour tous moyens consacrés à l’évènement. La seule chose à retenir, c’est que le président veut coute que coute organiser un référendum, afin de valider une coquille vide. C’est une pilule dure à avaler pour un peuple déjà opposé à ce projet utopiste qui n’a requis que l’avale de ses sbires et celui de son village natale. A se demander s’il n’est pas en décalage avec la réalité et vivrait dans un monde, où, tout lui est favorable et ce monde imaginaire ne serait-t -il pas son village natale et son entourage direct qui lui enduré en erreur?

Comment comprendre que la majorité des parlementaires, des parties politiques et de la société civile se sont opposés à son projet d’assises, qui paradoxalement la surdité en est devenu  son leitmotive chez le président. La question qu’il faut se poser maintenant,  les assises sont devenues la clef ou la passerelle de son projet d’émergence?

Dans les pays développer quand les économies tombent en crise, les machines grippent, en 4ans de mandature  un chef d’état peut redresser les machines et faire repartir le moteur de l’économie , ce qu’a fait le président Obama .

Contrairement aux pays avec des économies embryonnaires comme les Comores, où le chef d’état demande plus de temps, pour soit disant réaliser quelque chose, comme si la notion temps est synonyme de réussite. Pourtant dans ces économies, les choses sont plus faciles à réaliser, si on a de la volonté, car dans une économie embryonnaire, les secteurs primaire, secondaire et tertiaire sont quasi-inexistants. Dans l’absolue cela doit demander moins de temps à mettre en place ces fondements, contrairement à l’exemple précédent.

A se demander si les économistes qui conseillent le président Azali, ont besoin de plus de temps, pour réfléchir et mettre en place leur théorie. Ce que l’on retient de ces assises, c’est un canular, un écran de fumé échafaudé pour assouvir un projet personnel et remplir les besaces . Avec les 300 millions investis dans les assises, ceux-là auraient pu faire démarrer l’économie tertiaire.

Dans tous les cas si le président ne se déclare pas hors course sur son projet, et qu’il veut artisan et appliquant, alors tous les risques seront réunis pour imploser une société déjà miner par les velléités séparatistes.
Mbadakome
 

Powered by Comores infos