You are here: Home » Assises nationales » Assises Nationales/Interview:Chabane Mohamed, membre de la Coordination du Mouvement du 11 août : « nous ne sommes pas la courroie d’aucune ambition partisane »

Assises Nationales/Interview:Chabane Mohamed, membre de la Coordination du Mouvement du 11 août : « nous ne sommes pas la courroie d’aucune ambition partisane »

 

Chabane Mohamed, membre de la Coordination du Mouvement du 11 août

Les Assises du Mouvement du 11 août (M11) font, depuis quelques semaines, l’objet de controverse au sein de l’opinion comorienne. En effet, nombreux sont ceux qui craignent que cette initiative, pourtant, initiée par la société civile ne servent de tremplin  au colonel Azali pour changer la Constitution et s’éterniser au pouvoir.  Comores Essentiel, s’est entretenu avec  Chabane Mohamed, l’un des membres de la  Coordination du M11 pour  nous expliquer les contours de ce Mouvement et ses attentes…

1 –Quelle est la finalité des Assises que le Mouvement du 11 août souhaite organisées ?

La finalité est claire et il ne faut pas que les gens la perdent de vue, car on entend tellement des choses fausses, depuis qu’Azali a adhéré à l’initiative des Assises, que nous qui avons rejoint cet appel dès les premières heures, nous sentons obligés de faire de mises au point, pour éviter que les orientations déclinées par le Mouvement du 11 août ne subissent des déformations. Nous militons pour que ces assises aboutissent à des conclusions et recommandations qui auront émané des forces vives de la Nation, à dessein qu’elles permettent que les années à venir pour les Comoriens soient meilleures que les 42 qui viennent de s’écouler. Voyez-vous, l’ambition est grande, elle vise un avenir reluisant pour les Comores. Il faut bien sûr se battre après pour le respect et la mise en œuvre de ces recommandations.

2 -Sur quelle base documentaire comptez-vous, vous appuyez pour dérouler l’Histoire de notre archipel de l’indépendance à nos jours ?

Des commissions sont mises en place et travaillent depuis un certains temps sur les thématiques susceptibles de nourrir les débats des Assises. Elles planchent sur la question de la gouvernance politico-institutionnelle, la gouvernance socio-économique, la question de Mayotte, les questions diplomatiques, etc. L’urgence c’est la mise en place de la structure qui aura en charge la coordination de tous les travaux de préparation et d’organisation des Assises. Le Mouvement dispose d’importantes ressources humaines, à l’intérieur du pays et au sein de la diaspora, qui travaillent sur les Documents qui seront soumis aux participants et participantes aux Assises.

3-Votre Mouvement a, enfin, trouvé une oreille attentive à Beit-Salam après deux années d’existence. Manque de pot, est-on tenté de dire, certains estiment que le Président Azali veut s’approprier de votre initiative et s’en servir pour faire avaliser son propre agenda politique. Qu’est ce que vous répondez à cela ?

Le 11 août prochain, nous allons fêter les 2 ans d’existence du Mouvement. Nous avons rendu publics beaucoup de documents et communiqués visant à faire connaitre les orientations du Mouvement. Des gens confinent les Assises au débat sur la Tournante.  Elle fera inévitablement partie des débats. Sachez cependant que le Mouvement du 11 août est un mouvement citoyen indépendant, avec une vision claire que beaucoup de gens connaissent mais que nous continuons à vulgariser, justement pour qu’il n’y ait pas de malentendus. Vous parlez d’agenda politique du Président Azali. Nous ne voulons accuser personne de quoi que ce soit. Notre ambition c’est de rassembler les Comoriens, car ces Assises, nous les voulons inclusives. Pour nous, l’adhésion du Chef de l’Etat est une avancée et nous nous réjouissons.  Cependant, lorsqu’il nous a reçus à Beit-Salam, le mardi 4 juillet, l’objet n’était pas ce que vous appelez « Agenda politique » mais des Assises et de notre vision de ce rendez vous important pour le pays.  Nous comptons le rencontrer bientôt pour la mise en place de la structure inclusive à qui va incomber la lourde mais noble tâche de piloter la préparation et l’organisation des Assises. Rassurez-vous : nous ne sommes pas instrumentalisables, nous ne sommes pas la courroie d’aucune ambition partisane.  En même temps, nous ne sommes pas paranoïaques, sinon nous prendrions le risque d’échouer dans notre ambition de rassembler tout le monde pour la tenue de ces Assises. Ceux qui commentent l’erreur de tout focaliser sur la Tournante s’écartent de la vision défendue par le Mouvement du 11 août.

4-Votre plateforme est trop concentrée à Ngazidja dit-on dans les autres îles. Comment expliquez-vous cela ? Le Mouvement a-t-il essayé de s’ouvrir aux autres îles ?

Le Mouvement est implanté sur l’ensemble du territoire. Il y a une coordination sur chaque île. A Ngazidja, la coordination officie un peu comme structure nationale mais bientôt une Coordination nationale verra le jour. Les coordinations de Mohéli et d’Anjouan comptent en leurs seins des représentants des Exécutifs insulaires. C’est vous dire que le Mouvement a une assise nationale et au-delà, car en France il a été mise en place une coordination, qui travaille beaucoup en ce moment sur les thématiques des Assises. Evidemment, il faut renforcer la sensibilisation pour une adhésion la plus massive possible. Mais d’ores et déjà, tous ceux et toutes celles qui veulent en savoir plus peuvent se rapprocher des Coordinations.

Propos recueillis par Faïssoili Abdou

Powered by Comores infos