You are here: Home » Actualité » Assoumani Azali accuse Ahmed Wadaane Mahamoud

Assoumani Azali accuse Ahmed Wadaane Mahamoud

Assoumani Azali accuse Ahmed Wadaane Mahamoud

Ahmed Wadaane Mahamoud devra vite laver son honneur

Par ARM

       Ahmed Wadaane Mahamoud est un frère. Aujourd’hui, il fait l’objet d’une grave accusation venant du mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Il existe un Conseiller à Bête-Salam qui a toujours alimenté ce site en informations sûres, crédibles et sérieuses. Cette fois-ci, son information concerne le frère Ahmed Wadaane Mahamoud. Nous la publions dans le but de permettre à l’intéressé d’expliquer aux Comoriens ce qui s’est passé réellement et pour laver son honneur dans la dignité. Votre site préféré publie le message tel qu’il l’a reçu.

«Ahmed Wadaane Mahamoud, avec l’aide de ses partisans, se fait passer pour la Vierge Marie, une vierge politique et Mère Teresa. Lors d’une manifestation à Moroni contre le référendum anticonstitutionnel, en 2018, effectivement, il été malmené et a été blessé. Or, il se tait sur le fait qu’à cette occasion, il a reçu directement d’Azali Assoumani la somme de 5 millions de francs comoriens, soit 10.000 euros, pour aller se faire soigner à l’étranger. Il a également reçu de lui un passeport diplomatique, alors qu’il n’en a plus droit. Bien qu’il ait été sous la présidence de Mohamed Taki Abdoulkarim chargé d’affaires à l’Ambassade des Comores à Paris, du fait d’être de Mbéni et d’une grande proximité avec le chef de l’État de l’époque, il a perdu depuis longtemps le droit de disposer d’un passeport diplomatique.

       Nous avons des preuves à Beït-Salam sur le fait qu’Ahmed Wadaane Mahamoud était chargé par le Président Mohamed Taki Abdoulkarim de rester en contact permanent avec l’homme d’affaires suisse Christian Bozon. Ce dernier était un proche du Président Mohamed Taki Abdoulkarim, et travaillait, par l’intermédiaire d’Ahmed Wadaane Mahamoud, alors chargé d’affaires à Paris, et d’Ibrahim Ali Mzimba, à l’époque ministre des Affaires étrangères, sur la vente des passeports diplomatiques comoriens à des Taïwanais.

       Christian Bozon nourrissait, dit-on, de grandes ambitions sur l’hôtellerie aux Comores. C’est son réseau qui s’est associé à Ibrahim Ali Mzimba pour la construction d’un hôtel à Ndzaoudzé, au Nord de la Grande-Comore. Comme il a le sens de la diplomatie, Ahmed Wadaane Mahamoud était engagé dans les négociations avec des Taïwanais qui, à l’époque, étaient prêts à aider financièrement le régime politique de Mohamed Taki Abdoulkarim, confronté à de gros soucis financiers.

       Cette collaboration allait donner lieu à des extravagances, dont la plus terrible est celle des tableaux de Walter Malfi. Ces célèbres tableaux avaient été volés. Leur recherche allait permettre de découvrir que les Comores y étaient impliquées en tant que destination d’investissements illégaux et louches. Christian Bozon, présenté comme ancien Conseiller financier du Président Mohamed Taki Abdoulkarim, avait racheté via sa société Sofitour, le droit d’exploitation des hôtels Galawa, Itsandra et des bungalows de Maloudja aux Comores, en décembre 2000.

       La mort brusque et inexpliquée de Mohamed Taki Abdoulkarim a été préjudiciable à ces projets. Sous la présidence de Mohamed Taki Abdoulkarim, Christian Bozon avait même acheté un Boeing 737 pour le transport de touristes sud-africains vers les Comores, mais cet avion a été cloué au sol à l’Aéroport parisien du Bourget sur décision de justice. La procédure d’arbitrage engagée avec les nouvelles autorités comoriennes après la mort du Président Mohamed Taki Abdoulkarim n’a rien donné.

       Un fait ne trompe pas: Ahmed Wadaane Mahamoud est devenu subitement silencieux alors qu’il est habituellement très bavard. Il a peur qu’Azali Assoumani ne se mette à parler de ces histoires de passeports vendus à des Taiwanais, du passeport diplomatique qui lui a été remis et des 5 millions de francs comoriens. Azali Assoumani le tient et le musèle».

Ce témoignage accablant n’a été publié sur ce site que pour permettre à Ahmed Wadaane Mahamoud, un frère qui nous est très cher, de laver son honneur dans la dignité.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 22 octobre 2019.

Powered by Comores infos