You are here: Home » Actualité » Assoumani Azali dégoûte par ses tenues excentriques

Assoumani Azali dégoûte par ses tenues excentriques

Assoumani Azali dégoûte par ses tenues excentriques

Les Comoriens, dégoûtés par ses vêtements extravagants

Par ARM

       Les Comoriens ont un motif supplémentaire de haine et de mépris envers le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger»: ses extravagances vestimentaires. Le gus suscite la honte par ses vêtements. Il est pourri d’argent sale, volé aux Comoriens, mais ne porte jamais des vêtements décents. Lors de son récent passage à Paris, il a acheté au marché populaire africain de Château-Rouge cette tenue africaine de très mauvais goût. Les chaussures qui vont avec font honte même aux poux et aux cafards. Les fourmis qui changent de sexe dans le Mato Grosso s’interrogent sur les malheurs qui peuvent pousser un être humain à acheter des chaussures dont le devant présente toutes les allures d’une fusée qui veut décoller du centre spatial de Baïkonour. Oui, regardez ces pointes levées vers le ciel. Trop, c’est trop! Et cette coiffure qui sied en Afrique continentale, mais pas aux Comores, où existent les coiffures appropriées.

       La Faourata est en pleine extase en serrant la main de son despote de maître. Bellou Magochi s’oblige à rire même quand il voit son dictateur de maître en train de tuer. C’est un sourire de soumission, le sourire de l’esclave soumis. Depuis le 26 mai 2016, les Comoriens sont profondément dégoûtés à tous points de vue par ce dictateur. Et quand ils invoquent ses tenues vestimentaires excentriques et extravagantes, ils crachent par terre et perdent l’usage de la parole. Les Comoriens sont dégoûtés par ces tenues de manant et de rastaquouère. Or, Ambari Darouèche dite Makapihi, «La Mère qui ne prépare jamais à manger», son épouse, elle aussi habillée à Château Rouge, ne pense qu’à voler l’argent du peuple comorien, sans s’occuper des excentricités vestimentaires du dictateur fou avec qui elle partage son lit quand il ne batifole pas ailleurs.

Tout ceci m’oblige à chercher un Directeur de recherche pour rédiger une Thèse de Doctorat en Science politique ou en Sociologie politique sur «Les Extravagances vestimentaires d’Assoumani Azali Boinaheri». Si un Directeur de recherche accepte le sujet, je me jette à l’eau. Ceux qui me connaissent savent que je ne plaisante jamais. Alors, si un lecteur ou une lectrice connaît un Professeur de l’enseignement supérieur qui pourrait être intéressé par la chose, qu’il le signale en toute fraternité. Avec mes remerciements anticipés.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 8 octobre 2019.

Powered by Comores infos