You are here: Home » Uncategorized » Assoumani Azali est fou. Vite, il faut le psychanalyser

Assoumani Azali est fou. Vite, il faut le psychanalyser

Assoumani Azali est fou. Vite, il faut le psychanalyser

Bientôt, il marchera nu dans une conférence internationale

Par ARM

     Depuis 2017, le Droit et la politique sont morts aux Comores. Depuis 2017, pour saisir ce qui se passe aux Comores, on n’a plus besoin du juriste et du politologue, mais du psychiatre et du psychanalyste. Depuis 2017, l’expert est à la recherche du moindre indice devant lui permettre de dire que les Comores sont un pays comme les autres. Rien! Oui, il n’y a rien qui permet de dire aujourd’hui que les Comores sont gouvernées normalement par des dirigeants normaux. Pourtant, un avertissement est venu de Mitsoudjé, mais il n’a pas été entendu. Cet avertissement est des plus explicites: à 60 ans, allait être déclenchée automatiquement la folie héréditaire du «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Surtout, ne vous fiez pas à la petite fable faisant naître le dictateur fou le 1er janvier 1959; il est né en réalité en 1957. Cela lui donne l’âge de 60 ans en 2017, l’année du déclenchement définitif de sa folie héréditaire. Renseignez-vous à Mitsoudjé.

Aujourd’hui, il faudrait que chacun assume ses responsabilités afin de mettre les Comores à l’abri des agissements d’un fou héréditaire. Or, il n’y a pas deux manières de procéder: le plus vite possible, des experts en psychiatrie et en psychanalyse doivent se pencher sur la santé mentale du «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri. Si une telle expertise est effectuée et si les praticiens affirment que cet homme est en bonne santé mentale, je n’écrirais plus jamais une ligne sur et contre lui: je ferme ce site et je n’écris plus jamais de livres sur la vie politique aux Comores. Mieux, si aujourd’hui, nous trouvons la bonne formule pour lancer une étude sur la santé mentale du «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri et si l’expertise conclut que cet individu jouit de toutes ses facultés mentales, je serais le premier à circuler dans toute la ville de Moroni avec des pancartes pour réclamer l’attribution de tous les pouvoirs à ce triste sire et la présidence à mort pour lui.

 

     Si le «saigneur saignant» Assoumani Azali Boinaheri accepte de se faire expertiser, je signe un document par lequel je m’engage à ne plus le critiquer s’il n’est pas proclamé gravement atteint de la folie. Personnellement, je pourrais faire expertiser à grands frais n’importe lequel de ses discours et son écriture, mais cela n’aura pas d’impact parce qu’il s’agirait d’une pure démarche personnelle. Or, ce qu’il faut aujourd’hui, c’est une démarche nationale pour que la reconnaissance de sa folie soit nationale sur la base d’une expertise indépendante internationale. En effet, le but de la démarche est d’arriver à prouver que le dictateur fou de Mitsoudjé a plongé les Comores dans le chaos et dans le deuil uniquement parce qu’il est fou et que sa folie est héréditaire. C’est tout.

Il avait fallu l’échantillon de l’écriture de Saddam Hussein pour établir, par un grand graphologue, son état mental déplorable. Cette expertise n’avait pas été prise en compte, et la suite, on la connaît: l’invasion du Koweït et ses conséquences désastreuses, donnant un prétexte bidon aux États-Unis de George W. Bush de détruire l’Irak, une des plus vieilles civilisations du monde.

Des livres sont publiés sur la santé mentale désastreuse des dirigeants de certains pays et les conséquences des actes de dirigeants psychologiquement dérangés. Le bambochard Assoumani Azali Boinaheri n’est pas intéressant pour figurer sur cette triste galerie. Il n’est pas connu. Pourtant, il est temps pour les Comoriens de se pencher sur la question. Et si jamais cette question est traitée à la légère, bientôt les Comoriens auront le deuil d’apprendre que le dictateur fou de Mitsoudjé s’est déshabillé en pleine conférence internationale. Il va le faire parce que même les médecins qui le traitent à l’île Maurice disent qu’il est impossible de le guérir parce que sa folie s’est doublée d’une tumeur au cerveau.

Regardez-le danser le «bumping» et le «lélé mama» même avec des inconnues dans les pays étranger. Regardez-le tuer une à une toutes les institutions du pays pour exercer toutes les prérogatives étatiques. Regardez-le ordonner l’amputation de la main d’un gendarme dans l’unique but d’accuser l’opposition de cette barbarie. Regardez-le monter une insurrection bidon dans l’unique but d’accuser et de destituer le Gouverneur Salami Abdou Salami d’Anjouan. Regardez-le placer Ahmed Sambi en résidence surveillée sans le moindre motif légal. Regardez-le emprisonner plus de 180 Comoriens pour des raisons bassement politiciennes. Regardez-le s’entourer de gens sans famille, ni généalogie, ni éducation, ni île de naissance et d’origine, dont la seule activité consiste à terroriser la population et à persécuter l’opposition. Regardez-le en train de recevoir les magistrats chargés de la fausse affaire des clous à Mohéli, sans la moindre gêne. Regardez-le en train de recevoir les Députés pour tenter de les corrompre pour qu’ils l’habilitent à légiférer par ordonnances. Regardez-le, regardez-le, regardez-le…

Alors qu’il a tous les leviers du pouvoir entre les mains, a-t-il vraiment besoin d’étaler sa folie en voulant exercer les prérogatives de l’Assemblée de l’Union des Comores, après avoir tué la Cour constitutionnelle, la Commission nationale de Prévention et de Lutte contre la Corruption (CNPLC), la vice-présidence de la République, l’autonomie des îles, la séparation des pouvoirs, le Droit, la politique, l’éthique et l’esthétique en politique (…)? Comme d’habitude, les grincheux et les haineux vont crier à l’acharnement et à la détestation. Ils ont tort. Le putschiste Assoumani Azali Boinaheri est un danger pour lui-même, pour sa famille (qu’il va entraîner prématurément dans la tombe) et surtout pour les Comores. Il aurait été normal pour l’Armée de l’arrêter immédiatement avant que sa folie destructrice ne transforme les Comores en un tas de gravats. L’Armée malgache sait siffler la fin de la récréation…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 22 novembre 2018.

Powered by Comores infos