You are here: Home » Uncategorized » Assoumani Azali et Kiki contre le site Comores-Infos

Assoumani Azali et Kiki contre le site Comores-Infos

Assoumani Azali et Kiki contre le site Comores-Infos

La presse libre doit périr et les blogueurs gênants tués

Par ARM

      À un moment où les Mahorais font des grèves depuis la mi-février 2018 pour exiger plus de sécurité sur leur belle île, le «pouvoiriste» polygame Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger», vient d’avoir une idée qui vient tout droit de chez Satan: il a décidé d’embaucher des tueurs à Mayotte et même d’y envoyer une équipe de sicaires pour tuer un blogueur mohélien vivant sur cette île admirable. Oui, le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri veut assassiner à Mayotte un blogueur mohélien et se débarrasser d’un homme libre qu’il traite en ennemi.

Naturellement, le fugitif international Hamada Madi Boléro est associé à ce projet d’assassinat. L’Anjouanais Ahmed Bourhane, dont les analyses sont largement reprises par les réseaux sociaux, est également sur la liste noire des assassins de la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé, mais son sort n’est pas encore définitivement tranché: simple agression physique ou assassinat? Dès lors, Mesdames et Messieurs, si vous apprenez qu’un blogueur mohélien est agressé ou assassiné à Mayotte, ou s’il arrive malheur à l’Anjouanais Ahmed Bourhane sur la même île, ne cherchez pas loin. Le crime sera signé: le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri. Il ne s’agit ni d’un bruit de couloirs, ni d’une rumeur de bouchère, ni d’un bruit de chiotte. Il s’agit d’une information venant de Bête-Salam et qui a été communiquée au blogueur mohélien par un fonctionnaire de Bête-Salam qui ne veut pas avoir sur la conscience la mort d’un homme plus celle d’un autre homme.

Ne prenons pas ces choses à la légère. Le Saigneur Assoumani Azali Boinaheri a déjà tué l’officier Ahmed Abdallah dit Apache, a déposé son corps sans vie et habillé seulement d’un slip sur un véhicule militaire qui a fait le tour de Moroni. Il a assassiné la Cour anticonstitutionnelle, une institution créée par la Constitution, la Magna Carta, la Grande Charte, la Loi fondamentale des Comores, qui s’impose à tous, erga omnes. Il a torturé à mort ceux avec qui il devait renverser Saïd Mohamed Djohar le 26 septembre 1992. Il a déterré le cadavre de son propre père pour lui arracher une dent, à la demande de l’un de ses sorciers pour que la fraude puisse le placer à Bête-Salam le 26 mai 2016. Il a fait jeter des clous sur la piste de l’Aéroport de Mohéli le lundi 19 février 2018 pour pouvoir museler l’île. C’est un homme pour qui la vie d’un homme n’a pas plus d’importance qu’une fourmi qui change de sexe dans le Mato Grosso. Un assassin reste un assassin. Un malfaiteur reste un malfaiteur.

Il a confié son projet d’assassinat à Kiki, l’ancien docker de Dunkerque, qui a réalisé la prouesse mondiale d’«obtenir» le même jour son «Master 2» et son «Doctorat» en «Intelligence économique». Justement, Kiki, l’ancien docker de Dunkerque, a engagé une guerre perdue d’avance. Cette guerre, il l’a engagée contre le site comorien d’informations Comores-Infos. Il a essayé de bloquer l’accès à ce site, en saisissant Comores Télécom et Telma, les deux fournisseurs d’accès Internet aux Comores de Papa. Il a fermé la Radio Baraka FM du courageux Abdallah Agawa, et fait tout pour tuer Radio Kaz de Mkazi. Il tue la liberté d’expression, la liberté de parole et la liberté de ton aux Comores, et veut laisser les médias d’État tuer d’ennui les Comoriens. Il n’a pas compris ce que disait le Roi Hassan II du Maroc, pour qui la censure n’est plus possible. Autrement dit, il se trompe d’époque.

Kiki, l’ancien docker de Dunkerque, ne se contente pas d’agir en étrangleur des libertés; maintenant, il pousse ses séides à insulter sur les réseaux antisociaux l’un des meilleurs enfants qu’ont eus les Comores: Misbah Saïd Mzé (Photo), le fondateur, administrateur et rédacteur du site Comores-Infos. Ses insulteurs prétendent que Misbah Saïd Mzé aurait des problèmes d’authenticité de diplômes. Ah bon? N’est-ce pas son Master qui lui permet d’enseigner en France, où la vérification de diplômes est des plus faciles? Comment Misbah Saïd Mzé aurait-il pu devenir Professeur de l’enseignement secondaire en France, qui n’est tout de même pas une Républiquette bananière, avec un faux diplôme? Est-ce que parce que Kiki, l’ancien docker de Dunkerque, est un faussaire de mères et de diplômes, qui croit qu’on peut obtenir le même jour un Master 2 et un Doctorat en «Intelligence économique», qu’il peut s’en sortir en portant des accusations haineuses, malsaines, indécentes et scélérates sur les autres?

Pour commencer, les insulteurs de Misbah Saïd Mzé doivent produire en public leurs propres «diplômes», et en ce moment-là, les Comoriens pourront discuter. Ils doivent savoir que si les diplômes de l’homme de Comores-Infos sont des faux, les miens, obtenus devant des dizaines de Comoriens, le sont également. On pourrait organiser une belle cérémonie de «te voilà – me voilà» à La Courneuve, en région parisienne pour que les nombreux Comoriens qui y vivent puissent en être témoins. Kiki, l’ancien docker de Dunkerque, devrait alors produire ses propres «diplômes» devant ces nobles Comoriens.

Soyons adultes et parlons en bons pères et bonnes mères de famille. Le site Comores-Infos, très bien renseigné, dérange. Il dérange parce qu’il fait un travail formidable, fruit de l’intelligence et du professionnalisme de sa formidable équipe. Ce n’est pas un machin qui grappille des ragots sur Facebook, mais un site admirable, qui mène des investigations et qui reçoit des informations de son réseau de renseignement parfaitement huilé. Il réalise et diffuse des interviews de haute facture, avec maestria et brio. Alors, Kiki, l’ancien docker de Dunkerque, doit savoir que les Comoriens ne sont pas dupes et que les blogueurs ne sont pas du paillasson sur lequel son chefaillon et lui-même peuvent essuyer la boue de leurs pieds et le sang de leurs mains. Kiki, l’ancien docker de Dunkerque, doit lire Victor Hugo, notamment son petit mot: «On résiste à l’invasion des armées; on ne résiste pas à l’invasion des idées».

Kiki, l’ancien docker de Dunkerque, a ouvert un autre chantier de destruction: la Radiotélévision de Mbéni (RTMC), suite à une déclaration fracassante et délicieuse du grand et prestigieux notable Elhadj Mohamed Nour (que je salue au passage), qui a fait des tartines sur le discours débile du «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri, qui s’attribue la paternité de 3 «enfants»: l’électricité, l’Université des Comores et «l’émergence à l’horizon 2030». Voici le discours ravageur du respectable notable: «J’ai entendu Son Excellence Monsieur le Président de la République dire qu’il avait trois enfants. Le premier s’appelle électricité. Le deuxième s’appelle Université, l’établissement d’enseignement supérieur. Le troisième s’appelle émergence, un nouveau-né.

      Je veux alors vous signaler que celui qui a introduit l’électricité dans notre pays est feu Saïd Mohamed Cheikh Ben Mansoib. C’est lui qui a été le premier à électrifier les Comores. S’agissant de l’établissement d’enseignement supérieur, que nous appelons Université, celui qui l’a construit pour la première fois est feu Ahmed Abdallah Abderemane. Pour preuve, c’est là où Ikililou Dhoinine a étudié avant d’aller parachever ses études supérieures à l’étranger. Alors son fils appelé émergence est mort-né. Il est retourné dans le ventre de sa maman. Il est mort-né».

L’étrangleur des libertés fondamentales qu’est Kiki, l’ancien docker de Dunkerque, a été chargé par son chef de casser et fermer la RTMC, après avoir décidé de bloquer l’accès au site Comores-Infos aux Comores et de faire assassiner un blogueur mohélien et un lanceur d’alertes originaire d’Anjouan. Son chantier de destruction de la liberté est immense. On ne peut que lui souhaiter bon courage et lui citer un proverbe mohélien: «Trop chaud, le soleil ne tarde jamais à se coucher. Quand il ne se couche pas sous les nuages, il se couche par la pluie».

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 4 mars 2018.

Powered by Comores infos