You are here: Home » Uncategorized » Assoumani Azali et sa «Constitution mon bon plaisir»

Assoumani Azali et sa «Constitution mon bon plaisir»

Assoumani Azali et sa «Constitution mon bon plaisir»

Ses mercenaires sont déjà pied d’œuvre pour la tricherie

Par ARM

      Très prétentieux, méprisant et arrogant, le «pouvoiriste» polygame Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Son mépris envers le peuple comorien est tellement démesuré qu’il a engagé une bande de mercenaires pour lui rédiger sa «Constitution mon bon plaisir». Dans cette équipe de mercenaires, il y a Nidhoim Attoumane, le frère du Grandissime Docteur Sounhadj Attoumane, Docteur des Docteurs, Cardiologue des cardiologues, l’homme qui a mordu la main de l’ancien Président Ahmed Sambi, qui l’a longtemps nourri, le serpent à lunettes Nourdine Abodo, le «juriste» des magouilles, spécialisé dans le mercenariat «juridique et d’écriture», et deux étrangers, dont un Français (le Charles Debbasch comorien, devant pondre ce que l’ancien Président Alpha Oumar Konaré du Mali avait appelé des «debbascheries») et un Africain.

Ces criminels ont pris leurs quartiers à Bête-Salam, dans les bureaux de la défunte Commission nationale de Prévention et de Lutte contre la Corruption (CNPLC). Cette équipe, totalement anticonstitutionnelle et illégitime, a pour mission, assignée par le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri, de rédiger une nouvelle Constitution, que la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé va imposer aux Comoriens par un Congrès corrompu et dont chaque membre recevra de l’Arabie Saoudite 30 millions de francs comoriens (60.000 euros) pour la sodomie.

Nous ne sommes pas dans le cas de figure d’une réforme mais de l’octroi d’une nouvelle Constitution, «une Constitution mon bon plaisir». C’est un procédé autoritaire. La «Ripoux-blique» de Mitsoudjé est sur les traces de Louis XVIII en 1814. Certains des 80 membres du Congrès ont déjà donné leur accord pour se faire sodomiser et faire sodomiser les Comores par le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri, moyennant 30 millions de francs comoriens chacun. Insistons sur le fait que cet argent de la fange et de la honte est garanti par Hamad Muhamad Al-Hadjiri, Ambassadeur et proconsul d’Arabie Saoudite aux Comores de Papa.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 10 mars 2018.

Powered by Comores infos