You are here: Home » Actualité » Assoumani Azali, grand bâtisseur du chemin de l’exil

Assoumani Azali, grand bâtisseur du chemin de l’exil

Assoumani Azali, grand bâtisseur du chemin de l’exil

Plus d’exilés en 3 ans qu’en 44 ans d’indépendance ratée

Par ARM

     Chaque jour, des dizaines de Comoriens se jettent sur le périlleux chemin de l’exil. Ils fuient un pays sans conflit armé, ni épidémie, ni pandémie, ni famine. Ils fuient la dictature mortelle du mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Un simple calcul mental permet de constater que du jeudi 26 mai 2016 au samedi 1er juin 2019, il y a eu plus de prisonniers politiques aux Comores qu’entre le 6 juillet 1975 au 26 mai 2016. En d’autres termes, à lui seul, le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri a emprisonné et fait exiler plus de Comoriens qu’Ali Soilihi, Ahmed Abdallah Abderemane, Saïd Mohamed Djohar, Mohamed Taki Abdoulkarim, Ahmed Sambi et Ikililou Dhoinine réunis. Avant le 26 mai 2016, les Comoriens étaient très rarement admis au droit d’asile, les Comores étant alors considérées comme un pays ouvert. Or, aujourd’hui, les Comores sont devenues le pays africain ayant le plus grand nombre de prisonniers politiques et d’exilés. Les Comores ont désormais le triste «privilège» d’être la plus grande usine du monde en matière d’emprisonnements illégaux, liés à l’appartenance politique, et d’exil. Qui dit mieux?

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 1er juin 2019.

Powered by Comores infos