You are here: Home » Actualité » Assoumani Azali mange les morts et tue leurs familles

Assoumani Azali mange les morts et tue leurs familles

Assoumani Azali mange les morts et tue leurs familles

Il empêche tout adversaire politique d’enterrer ses morts

Par ARM

     En faisant les calculs, on se rend compte d’une horrible et horrifiante réalité: quand on croupit dans les cachots moyenâgeux, donjons médiévaux et geôles mouroirs de la dictature de Mitsoudjé, on n’a pas intérêt à perdre un membre de sa famille. Le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger», n’a jamais permis qu’un de ses adversaires assiste à l’enterrement d’un proche, qu’il s’agisse de son père, de sa mère, de son épouse, de son frère ou de sa sœur. Le prisonnier politique meurt à petit feu en prison et n’a même pas le droit d’enterrer les siens qui meurent. Il est impossible de dresser la très longue et interminable liste de ceux et celles qui en ont été empêchés par un dictateur fou et dépourvu de toute forme d’humanité.

Ce jeudi 2 mai 2019, l’ancien Premier ministre Ali Mroudjaé (Photo) est mort. Aucun membre de sa famille ou de son entourage croupissant en prison n’a été autorisé à assister à son enterrement. On n’y a pas vu Ahmed Hassane El-Barwane. Le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri a organisé une espèce de cérémonie officielle avec une forte présence militaire pour s’assurer qu’il n’allait pas y être chassé. Le dictateur de Mitsoudjé a même eu l’indécence de se rendre aux funérailles du défunt, alors que l’une des petites-filles de l’ancien Premier ministre, l’épouse du candidat Achmet Saïd (aujourd’hui en exil), fut interdite d’aller prier devant le corps de son ascendant. Une telle indécence est inédite même dans les annales des dictatures les plus atroces et les plus abjectes. Jean-Bedel Bokassa avait plu de cœur que le tyran fou de Mitsoudjé.

Et voilà que sous la pression de la population d’Itsandra, qui l’empêche d’y trouver sommeil, il fait annoncer que Maître Bahassane Ahmed Saïd Hassani, qui vient de perdre sa mère dans un hôpital parisien, pourrait assister à ses funérailles. Mais, la jeunesse d’Itsandra, ville qui héberge Bête-Salam, lui a fait savoir qu’il y restait indésirable, et ce rejet concerne aussi tous ses courtisans, y compris son Mufti-Cardinal, originaire de la ville voisine de Ntsoudjini.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 3 mai 2019.

Powered by Comores infos