You are here: Home » Actualité » Assoumani Azali, Nègre obsédé par une visite à Paris

Assoumani Azali, Nègre obsédé par une visite à Paris

Assoumani Azali, Nègre obsédé par une visite à Paris

Le flou sur son voyage à Paris: invitation ou mendicité?

Par ARM

       Chez les Comoriens, on glose trop, pérore beaucoup et fait les gorges chaudes sur le voyage que doit entreprendre en France le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Ce voyage n’est pas sans rappeler que d’autres assassins ont déjà indument foulé le sol de la Patrie des Droits de l’Homme. La chose avait choqué le bouillant Capitaine Thomas Sankara qui, lors de son fameux discours du 17 novembre 1986 à Ouagadougou, devant François Mitterrand, avait déclaré: «C’est dans ce contexte, Monsieur François Mitterrand, que nous n’avons pas compris comment des bandits comme Jonas Savimbi, des tueurs comme Pieter Botha, ont eu le droit de parcourir la France si belle et si propre. Ils l’ont tachée de leurs mains et de leurs pieds couverts de sang. Et tous ceux qui leur ont permis de poser ces actes en porteront l’entière responsabilité ici et ailleurs, aujourd’hui et toujours».

Bien évidemment, chaque État reçoit qui il veut sur son territoire.

Dans le cas du voyage que va entreprendre à Paris le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri en ce mois de juillet 2019, les choses ne sont pas claires. On va jusqu’à annoncer l’annulation de cette visite à cause de la dictature que fait peser le fou de Mitsoudjé aux Comores.

Par ailleurs, chaque fois que Bellou Magochi veut snober quelqu’un à Moroni, il lui dit: «Je ne peux pas te recevoir parce que j’ai rendez-vous avec des diplomates français pour préparer la visite que l’Imam compte effectuer en France». Alors, si ce que prétend Bellou Magochi est vrai, cela signifie que le dictateur fou de Mitsoudjé va partir en France avec l’accord et sur invitation des autorités françaises. En même temps, on apprend que le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri a fait des pieds et des mains pour se faire inviter à Paris le 14-Juillet. Ce fut tintin. Le 14-Juillet est tout de même la fête de la Liberté, et il aurait été paradoxal d’y inviter un dictateur doublé d’un assassin. Pendant ce temps, sa Diaspora Séropositive, qu’il arrose de l’argent du peuple comorien, fait tout pour obtenir une audience au Quai d’Orsay. De nouveau, c’est tintin. La Diaspora Séropositive manque d’élégance, de dignité, de classe et de décence. On ne demande jamais à être invité chez autrui. Qu’on se le dise!

En tout état de cause, une chose est certaine: ce voyage baigne dans le flou: s’agit-il d’une invitation classique de la France ou d’un forcing de mendiant de la part du chien enragé de Mitsoudjé? Le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri avait cru pouvoir forcer la main aux autorités françaises en répétant jusqu’à la nausée le mot «engagement» figurant sur la lettre que lui avait envoyée Emmanuel Macron, Président de la République française, des jours après l’élection qui n’a pas eu lieu le dimanche 24 mai 2019. Ce fut tintin… Encore et encore.

Pendant ce temps, la communauté comorienne installée en France fourbit ses armes, elle qui manifeste chaque semaine dans les rues françaises contre le dictateur entré de force dans les urnes ayant subi le plus monstrueux et le plus stupide des bourrages. Les Comoriens étant fatigués par la dictature de Mitsoudjé, un d’entre eux, excédé, peut se sacrifier et tuer à Paris le dictateur qui empêche les Comoriens de l’intérieur et de l’extérieur de respirer.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 15 juillet 2019.

Powered by Comores infos