You are here: Home » Actualité » Assoumani Azali «purifie» tout et la BFC par le feu

Assoumani Azali «purifie» tout et la BFC par le feu

Assoumani Azali «purifie» tout et la BFC par le feu

Partout où il passe, les institutions financières trépassent

Par ARM

       Sous Ali Soilihi (1975-1978), aucune institution publique n’a brûlé.

Sous Ahmed Abdallah Abderemane (1978-1989), aucune institution publique n’a brûlé.

Sous la «gendrocratie» (1989-1995), la famille de Saïd Mohamed Djohar avait incendié le siège d’Air Comores, qu’elle a fait disparaître pour cacher des crimes économiques très graves, notamment en relation avec la donation de la société à l’escroc mauricien Moonlem Simsamy, le faux Rowland Ashley.

Sous Mohamed Taki Abdoulkarim (1996-1998), aucune institution publique n’a brûlé.

Sous Tadjidine Ben Saïd Massounde (1998-1999), aucune institution publique n’a brûlé.

La Direction générale des Impôts a brûlé lors de la première kleptocratie du mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger» (1999-2006). À l’époque, le Directeur des Impôts s’appelait Mohamed Djounaïdi Soilihi, et était le «protégé» le plus en vue de dame Ambari Darouèche dite Makapihi, «La Mère qui ne prépare jamais à manger». Le «protégé» Mohamed Djounaïdi Soilihi était alors l’arriviste le plus arrivé des Comores, et disait, en pensant à sa protectrice: «Je ne mange pas seule». Cherchez l’erreur…

Sous Ahmed Sambi (2006-2011), aucune institution publique n’a brûlé.

Sous Ikililou Dhoinine (2011-2016), aucune institution publique n’a brûlé.

Nous voici dans la seconde kleptocratie du «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri (depuis le 26 mai 2016), suite à l’immense fraude électorale organisée par les Mohéliens de Bête-Salam. Que constatons-nous? Le Trésor public brûle à Moroni. La Banque de Développement des Comores (BDC), où sévissait jadis Ambari Darouèche, a brûlé. Et voilà que dans la nuit du mercredi 14 août 2019, c’est au tour de la Banque fédérale des Comores (BFC) de brûler. Trois incendies en trois ans. Un incendie par an. Très belle moyenne…

Faisons les calculs: Ali Soilihi, Ahmed Abdallah Abderemane, Mohamed Taki Aboulkarim, Tadjidine Ben Saïd Massounde, Ahmed Sambi et Ikililou Dhoinine n’ont rien brûlé. Par contre, les Comores «doivent» un incendie à Saïd Mohamed Djohar et quatre autres au «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri. Par quel miracle on fera croire aux Comoriens que des institutions financières partent seules en feu chaque fois que Bakapihi et Makapihi seront vus quelque part. En plus, chaque fois, c’est une institution financière qui part en fumée. Allons bon! Pourquoi ce n’est pas le bureau du Mufti-Cardinal qui brûle?

Dame Ambari Darouèche dite «Mabélé ya Mboudjou» («Les Mamelles du poisson à corne») est devenue très sensible, susceptible et chatouilleuse. Le jour où elle avait mis le feu au Trésor public, j’avais pointé un doigt accusateur sur elle, et elle avait lancé à mes trousses un cabinet d’avocats. Elle n’avait pas aimé, la pyromane. Or, au lieu de se faire traiter pour sa pyromanie, elle n’a que ce mot à la bouche: «J’offre 1 milliard de francs comoriens, soit 2 millions d’euros, à celui qui me ramènera cet ARM de merde». Son blogueur préféré lui adresse ses sincères remerciements pour avoir évalué sa tête à ce prix. Quelle grandeur d’âme!

En ce qui concerne l’incendie de la BFC dans la nuit du mercredi 14 août 2019, on est obligé de s’interroger sur l’absence des autorités alors que cette Banque est située juste à côté de la Gendarmerie. En même temps, on sait que les autorités, qui ont provoqué cet incendie, ne sont pas pressées de l’éteindre. Où en sont les enquêtes sur les précédents incendies?

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 15 août 2019.

Powered by Comores infos