You are here: Home » Actualité » Assoumani Azali reçoit à Hahaya un Député indien!

Assoumani Azali reçoit à Hahaya un Député indien!

Assoumani Azali reçoit à Hahaya un Député indien!

Le Vice-président indien reçu n’est qu’un simple Député

Par ARM

     Mesdames et Messieurs, le voyage officiel effectué par Venkaiah Naidu, Vice-président de la République de l’Inde, aux Comores est l’un des plus vilains scandales du pays. Oui, ce voyage est une énorme bouffonnerie scandaleuse. C’est une honte, une immense honte. Deux facteurs expliquent cette honte.

1.- Un scandale lié au statut du Vice-président indien: un Député

Les images officielles montrent l’accueil, à l’Aéroport international de Hahaya, de Venkaiah Naidu, le Vice-président indien, par le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Or, en Inde, le vrai détenteur n’est même pas le Président, mais le Premier ministre. En Inde, le Président exerce une simple fonction formelle et honorifique, et est soumis à l’autorité du Premier ministre. Alors, si le Président est un simple figurant, comment le Vice-président peut-il disposer d’une véritable autorité?

De fait, le Vice-président est un simple Député occupant la fonction de Président du Rajya Sabha, la Chambre haute du Parlement national indien. Son rôle est d’assurer l’intérim du Président en cas d’empêchement de ce dernier, et dans l’attente de la tenue d’une nouvelle élection, quand l’empêchement est définitif. À ce jour, deux vice-présidents seulement ont accédé à la présidence: Varahagiri Venkata Giri (suite à la mort de Zakir Hussain, le 3 mai 1969) et Basappa Danappa Jatti (après la mort de Fakhruddin Ali Ahmed, le 11 février 1977).

Donc, c’est le bandit répondant au nom d’Abdou Housseine, Président de l’Assemblée de l’Union des Comores, qui aurait dû accueillir le Vice-président indien à l’Aéroport de Hahaya et non le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri. Qu’on se le dise!

Ici, on découvre le danger découlant du titre de Conseiller diplomatique conféré à l’ancien berger Djaé Ahamada Chanfi, qui aurait dû se pencher sur ces considérations, et qui se contente de jouer au gommeux aux oreilles décollées et au jeune premier. La Direction du Protocole, confiée à des moujiks, est encore plus coupable dans ce retentissant fiasco d’État.

2.- Un scandale lié à la main du dictateur posée sur la calvitie du ministre indien

Sur la vidéo de la honte accompagnant cet article, on voit le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri posant sa main, en riant comme un grenouille, sur la calvitie d’un ministre indien et sur celle de Mohamed Elamine Souef, son cousin et étrange ministre des Affaires qui lui sont étrangères. Mesdames et Messieurs, vous pouvez consulter toutes les archives diplomatiques du monde. Vous ne verrez jamais un geste aussi déplacé. Même les dignitaires indiens étaient mortellement gênés. Un cerveau normal et sain ne dicte jamais ces actes de folie à une autre partie de l’organisme humain. Cette main posée sur la tête d’un ministre étranger est une preuve supplémentaire sur la folie qui ravage le cerveau du dictateur fou de Mitsoudjé.

Les preuves sur la folie du Robert G. Mugabe de Mitsoudjé s’accumulent.

Le pays n’est pas tenu. Il est entre les mains d’un fou sans éducation, ni manières. L’ancien berger Djaé Ahamada Chanfi, le prétendu Conseiller diplomatique, aurait dû enseigner les bonnes manières à son chef. Mais, en dehors des fanfaronnades, il ne connaît rien.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 12 octobre 2019.

Powered by Comores infos