You are here: Home » Actualité » Assoumani Azali sème le fractionnisme séparatiste

Assoumani Azali sème le fractionnisme séparatiste

Assoumani Azali sème le fractionnisme séparatiste

Les minorités insulaires vont faire imploser les Comores

Par ARM

     Heureusement… Heureusement, la Grande-Comore ne se résume pas à la personne du mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Cela, les Comoriens l’ont parfaitement compris. Mais, en politique, la raison ne l’emporte pas toujours. La raison peut être dominée par la passion, et la passion charrie beaucoup de sentiments négatifs, dont la haine. Malheureusement…

Depuis quelques jours, on commente la pétition signée à Mohéli sur le droit de cette île à la dignité, donc à son retrait de l’Union des Comores. La chose n’est pas à prendre à la légère parce que les crises séparatistes commencent toujours à Mohéli. D’habitude, les Mohéliens savent arrêter une crise séparatiste. Cependant, quand une crise séparatiste commence à Mohéli, elle contamine Anjouan. Et, les Anjouanais ne savent pas arrêter une crise séparatiste. Ici et là, on apprend qu’ils s’y préparent et que, cette fois, ce sont eux qui vont servir d’Étoile polaire et de Croix du Sud aux Mohéliens. La situation est très emberlificotée.

La folie obsessionnelle du pouvoir observée chez le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri frustre les Comoriens dans leur globalité, et plus particulièrement ceux d’Anjouan et de Mohéli. Ces derniers se retrouvent dans la marginalisation, et ce n’est pas la faute des Grands-Comoriens, mais celle d’un dictateur fou, originaire de la Grande-Comore. Mais, pour comprendre la future réponse séparatiste des Mohéliens et des Anjouanais, seule alternative à leurs yeux, il faudra convoquer la formule d’une grande juriste française: «Réponse dominatrice à un système lui-même dominateur»: Monique Chemillier-Gendreau: Humanité et souverainetés. Essai sur la fonction du droit international, Éditions La Découverte, Paris, 1995, p. 335.

Anjouanais et Mohéliens vont combattre le feu par le feu.

Si personne n’arrête le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri dans sa folie destructrice, l’Union des Comores va sauter 7 fois avant d’imploser définitivement. Il sera toujours facile de s’en moquer aujourd’hui, mais viendra le jour où, si cet homme reste à la tête du pays, chacun devra se munir d’un visa pour se rendre sur l’île voisine. Je serai alors Consul de Mohéli à Moroni.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 27 juillet 2019.

Powered by Comores infos