You are here: Home » Actualité » Assoumani Azali sur le point de mourir à l’étranger

Assoumani Azali sur le point de mourir à l’étranger

Assoumani Azali sur le point de mourir à l’étranger

Moribond et agonisant, il est hospitalisé dans le secret

Par ARM

     Comme on sait, l’ancien Premier ministre Ali Mroudjaé est décédé le jeudi 2 mai 2019. Les Comoriens ont fait la prière de la mi-journée dans la nouvelle mosquée de Moroni en prélude à la prière de l’absent sans attendre l’arrivée du mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger».

Arriva alors le plus grand hypocrite de tous les Tartuffes actuels: le Mufti-Cardinal de Ntsoudjini. Toute honte bue, cette méprisable créature se ridiculisa et se déshabilla devant le public par des propos inconvenants et blasphématoires que n’aurait pas reniés Satan: «Qu’est-ce qui se passe dans ce pays? Pourquoi avez-vous fait la prière sans attendre le Président? C’est de l’impolitesse. C’est un manque de courtoisie envers le Président». Il lui a été répondu sèchement que la prière est une affaire qui concerne Dieu et non des individus. Le dictateur fou de Mitsoudjé arriva après cet échange. Une personne présente a dit: «J’ai vu en lui le visage d’un mort. Il porte les stigmates de la mort. Sa mort imminente est inscrite sur son front. Quand on le regarde, on voit en lui un mort».

Et voilà que le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri, qui ne voyageait plus à l’étranger depuis des mois, a quitté précipitamment les Comores pour l’Arabie suite à la mortelle dégradation de son état de santé. Il a voyagé à bord d’un avion de ses maîtres du Hedjaz et du Nedjd et devait se rendre à Dubaï, aux Émirats Arabes Unis. Finalement, on dit que, face au risque de mourir à tout moment, il serait hospitalisé à Paris dans un secret de Polichinelle. «Secret de Polichinelle» parce que d’aucuns disent avoir découvert le lieu de son hospitalisation clandestine. Les heures qui vont suivre vont être déterminantes, parce que cette fois-ci, sa mort est clairement envisagée, même par les siens.

Ce qui donnerait une raison supplémentaire aux Comoriens de se réjouir parce que, non seulement ça aurait été un malfaiteur qui quitterait ce monde, mais en plus, son «investiture» du dimanche 26 mai 2019 serait transformée en deuil pour les siens. Ah! S’il pouvait mourir dans cet hôpital où il est soigné dans la clandestinité, ça aurait le plus beau cadeau fait au peuple martyr des Comores.

Dieu, nous sommes de nombreux Comoriens ne pouvant plus nous rendre dans notre pays, où nous risquons la mort tant que ce dictateur fou, inculte et violent est à Bête-Salam dans l’illégitimité! Par la faute de cet assassin, des dizaines de Comoriens ont fui leur pays et voudraient retourner chez eux et voir à la fois leur pays et les leurs.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 18 mai 2019.

Powered by Comores infos