You are here: Home » Uncategorized » Attaques de Paris : nous sommes tous endeuillés

Attaques de Paris : nous sommes tous endeuillés

Nous sommes attristés, nous sommes affectés et endeuillés au lendemain des attentats de Saint-Denis en Seine Saint-Denis et de Paris, la nuit du 13 au 14 novembre. Nous, ce sont tous les citoyens et concitoyens, français, ressortissants et résidants étrangers de France présents en France à cette date. Ce nous, puisque nous nous exprimons sur l’Observateur des Comores désigne surtout Comoriens et Français de France lorsqu’on sait que vendredi 13 novembre promettait d’être extraordinaire pour les Supporters des Cœlacanthes contre le Ghana comme le serait pour les admirateurs du foot français 23h après le sifflet final du match amical France-Allemagne au stade de France. Les attaques de Paris ont réduit à néant et rendu anecdotiques ces victoires. Une vague d’attentats sans précédent a frappé Paris et son agglomération ce vendredi 13 novembre faisant pour le moment 129 morts et près de 352 blessés dont 80 en état grave.

Vers 21h20, alors que les équipes de France et d’Allemagne s’affrontaient en match amical à Saint-Denis au stade de France, trois explosifs se sont retentis dans un bar-restaurant près du secteur D du Grand stade à Saint-Denis. François Hollande, président de la République français qui participait à ce match amical a été contraint de quitter précipitamment le stade avant la première période. Parallèlement à ces attaques à Saint-Denis, d’autres attaques se sont perpétrées dans des lieux distincts dans l’est parisien dont deux fusillades dans les rues respectives de Bichat et d’Alibert.

La solidarité a été immédiate

Les alliés ont très vite réagi ; de nombreux responsables politiques du monde entiers se sont solidarisés pour condamner ces attaques. Le président américain Barack Houssein Obama s’est immédiatement exprimé à Washington d’où il a condamné les attaques terroristes contre le « pays de la liberté et de la fraternité ». La même tonalité est employée par le premier ministre britannique David Cameron qui, dans un tweet, déclarait que « ses pensées et ses prières allaient au peuple français ». Quant à la chancelière allemande, elle déclarait : « Je suis profondément choquée par les nouvelles et les images qui nous parviennent de paris. En ces heures, mes pensées vont aux victimes de ces attaques à l’évidence terroriste, à leurs proches et à tous les habitants de Paris ». Cette nuit du 13 novembre, François Hollande qui n’a pas pu assister à l’intégralité de l’amical France-Allemagne endossera alors, quelques heures après (vers minuit) l’uniforme du chef d’Etat en guerre et décrètera l’Etat d’urgence sur l’ensemble du territoire métropolitain et corsais.

L’évènement qui absorbe la presse

Toute la presse française et européenne est marquée, comme on s’y attendait par cet évènement sans précédent. De nombreux quotidiens ont consacré plusieurs pages à l’évènement comme c’est le cas pour de nombreuses chaines de télévision. On lit à la une du Figaro « La guerre en plein Paris », « Cette fois c’est la guerre » pour Le Parisien, pour Libération, c’est un « carnage à Paris », « Massacre terroriste en plein Paris » pour Aujourd’hui, « Nuit de carnage » pour La Province, « L’horreur » pour le journal sportif L’Equipe et Nice-matin, « L’État d’urgence », selon Sud-Ouest … On lira aussi à la une de Times « Carnage in Paris »…

liberation-a12d-diaporama

Ensemble contre la barbarie

Ces attentats aussitôt revendiqués par Daech interviennent à un moment où la France mène la guerre contre le groupe terroriste en Syrie et posent la question sur la surveillance des personnes fichés pour leur attitude extrémistes. On ne peut, en aucun cas tolérer de tels actes barbares, de telles attaques à l’aveuglette. Il n’y a rien de si horrible que lorsqu’on apprend que ses proches ne reviendront jamais parce qu’ils ont, un jour ou un autre été victimes d’une attaque terroriste, que partir au cinéma, à la bibliothèque, à l’école, au marché, au théâtre, à la plage, au sport… est plus que jamais exposé au drame humain.

Powered by Comores infos