You are here: Home » Actualité » Au pied du mur, Azali agite son «monologue des sourds»

Au pied du mur, Azali agite son «monologue des sourds»

Au pied du mur, Azali agite son «monologue des sourds»

Les mirages de son «dialogue sincère, inclusif et constructif»

Par ARM

     La chose fait rire. Elle fait penser à cette caricature de 1979 sur laquelle Léonid Brejnev, Président l’Union Soviétique, fabriquait des armes atomiques devant un dirigeant des États-Unis lui parlant de désarmement, à qui il dit cyniquement qu’il lui fallait ne pas s’offusquer du fait que la négociation se dérouler alors qu’il fabriquait ses engins de mort. Aujourd’hui, aux Comores, le dictateur Assoumani Azali Boinaheri est dans la même posture. Il se dit prêt à négocier avec les Comoriens pour faire sortir le pays du trou dans lequel il l’a fait tomber, tout en grognant bêtement: «Il n’y a rien à négocier». Alors que les Comoriens exigent son départ du pouvoir immédiatement, il parle de 2024, année au cours de laquelle il compte organiser une nouvelle mascarade électorale. Plus grave encore, alors qu’il voit arriver aux Comores avec horreur une délégation de l’Union africaine, il reparle de son «monologue des sourds», juste pour tenter de prouver à la communauté internationale une prétendue ouverture.

Ce que le dictateur Assoumani Azali Boinaheri ne sait pas, c’est que la communauté internationale sait tout sur sa dictature barbare. La démarche de l’Union africaine est en réalité internationale. L’ONU y est associée. Dans les chancelleries, tout se sait. Grâce aux réseaux sociaux, aucun pays ne peut ériger autour de lui un rideau de fer informationnel. Un jour de 2014, à Paris, telle personnalité comorienne organisait un grand meeting au siège du plus grand parti politique français de l’époque. L’Ambassadeur de telle grande puissance asiatique s’y présenta en disant: «J’ai appris l’organisation de ce meeting en lisant un article du site lemohelien.com». En d’autres termes, la dénonciation de la dictature de Mitsoudjé dans les réseaux sociaux, dans la rue française depuis le 24 mars 2019 et dans la rue comorienne depuis août 2021 est suivie avec attention par les chancelleries et les citoyens de tous les pays.

La contestation dans la rue française de l’élection qui n’a pas eu lieu aux Comores le 24 mars 2019 est inédite dans les annales de la dénonciation en France: aucune communauté d’origine étrangère n’a manifesté au cours d’une période aussi longue en France contre la dictature de son pays d’origine. Un dirigeant intelligent se soucie de sa dénonciation dans son pays et à l’étranger car une contestation prolongée résulte d’une grave crise et est désastreuse.

Les Mabedja, jeunes Comoriens vivant en France, sont partis manifester pacifiquement aux Comores. Ils ont été jetés en prison. La dictature de Mitsoudjé les accuse même de faire entrer des armes aux Comores. Cette accusation est absurde parce que ces jeunes patriotes ne se sont pas cachés pour entrer aux Comores, mais sont passés par l’Aéroport de Hahaya, après avoir annoncé en fanfare leur arrivée sur place. Leurs bagages ont fait l’objet d’un contrôle sérieux lors de leur départ en France et à l’arrivée aux Comores. Et voilà qu’on les accuse d’avoir fait entrer des armes aux Comores. Mais, par où sont passées ces armes? S’agit-il des «armes de destruction massive» que les États-Unis accusaient Saddam Hussein de détenir et dont la vaine quête a conduit à la destruction haineuse de l’Irak en 2003? Le dictateur Assoumani Azali Boinaheri est-il en train de dire à la communauté nationale et internationale que les armes de Saddam Hussein ont été retrouvées aux Comores, entre les mains des Mabedja?

Il n’y aura pas de «monologue des sourds» aux Comores parce que les conditions de sa tenue ne sont pas susceptibles d’être réunies avant l’an 3000. Les Comoriens ne veulent pas d’un faux dialogue pendant que la dictature de Mitsoudjé est entrée dans une phase encore plus répressive et oppressive. La solution est le départ immédiat du dictateur de Mitsoudjé.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 11 septembre 2021.

Powered by WPeMatico