You are here: Home » Actualités » Au secours! Abiamri Mahamoud est candidat à Bonovo!

Au secours! Abiamri Mahamoud est candidat à Bonovo!

Au secours! Abiamri Mahamoud est candidat à Bonovo!

La course au Gouvernorat de Mohéli continue à diviser l’UPDC

Par ARM

     Ce vendredi 13 novembre 2015, de nombreux Comoriens s’étaient enfermés dans les mosquées des Comores pour prier. Ils priaient pour la victoire des Cœlacanthes, l’équipe nationale comorienne de football, contre les Black Stars du Ghana, l’une des équipes les mieux aguerries et les plus expérimentées du continent africain et du monde. En plus, le match opposant les deux sélections nationales se déroulait au stade de Mitsamiouli, considéré comme portant chance aux Cœlacanthes (le stade de Moroni doit gérer sa petite jalousie), et cela vient de se vérifier une fois de plus. En tout cas, c’est ce que disent certains. Toujours est-il que les Comoriens avaient redoublé, triplé, quadruplé, quintuplé, sextuplé, en tout cas, multiplié de ferveur religieuse et mystique parce que les joueurs ghanéens, sous-estimant visiblement leurs concurrents comoriens, avaient lancé, dans un élan de défi, qu’en cas de victoire comorienne, ils allaient se convertir à l’Islam dans leur ensemble. Les Comoriens s’étaient donc enfermés dans les mosquées et avaient prié comme si leur vie en dépendait, d’abord pour leurs jeunes champions, ensuite pour la conversion à l’Islam de tous les non-musulmans jouant au sein de l’équipe ghanéenne. Seulement, pendant qu’ils priaient pour leur équipe nationale – qu’il faut féliciter, et dont il faut féliciter le Président de la Fédération, même si, modeste, ce dernier a l’habitude de parler de «victoire collective» – les Comoriens ont oublié de prier pour une autre équipe: les Mohéliens de la section régionale de l’UPDC, le «parti cocotte-minute» qu’on ne présente plus. Pourquoi prier pour les Mohéliens de l’UPDC? Parce que ces derniers ont oublié ce que signifient les mots «sérénité» et «concorde», et ne savent faire qu’une seule chose en public: laver leur linge sale, sans arriver à le laver tant les saletés de ce linge sont nombreuses et inépuisables. Plus la section mohélienne de l’UPDC lave son linge sale en public, plus ce linge refuse de devenir propre. Pourtant, les efforts de médiation n’ont pas manqué. Youssouf Boina, patron de l’UPDC, croyait avoir obtenu la paix des braves en restructurant le fameux «parti cocotte-minute» à Mohéli, mais rien n’y fait. Plus l’UPDC avance dans la voie dans la réconciliation, plus elle s’ancre sur le terrain fangeux de la division et des ambitions personnelles les plus irréconciliables. Sur place, à Mohéli, le mot «réconciliation» fait rire quand il s’agit de la section régionale de l’UPDC.

     Pourtant, ce mardi 20 octobre 2015, les partisans d’Abiamri Mahamoud, ancien Directeur général de Comores Télécom, rencontrés en face de l’Hôpital de Fomboni, Mohéli, étaient très sincères quand ils disaient: «Nous n’aurons pas de divisions ici. Le moment venu, la voix de la raison et de l’unité se fera entendre parce que chacun assumera ses responsabilités. Nous allons vers un consensus au sein de l’UPDC. Ce consensus ne se fera pas sans douleurs pour certains, mais il devra se faire. Il y va de notre crédibilité et de l’unité du parti. Ces divergences sur les candidatures sont normales pour une famille politique normale et démocratique». Depuis, l’eau a refusé de couler sous les ponts. On a vu en public Abiamri Mahamoud aux côtés du Vice-président Mohamed Ali Soilihi, et les plus optimistes avaient décrété que l’ordre était revenu dans les rangs de l’UPDC et que Youssouf Boina pouvait de nouveau respirer par les narines, puisque l’homme de Mbatsé était censé être le colistier pour Mohéli du candidat non encore déclaré de l’UPDC afin d’obtenir la paix à Mohéli. Et là, coup de théâtre, Abiamri Mahamoud, vient de prendre, une fois de plus, le maquis du côté de Massoungui, en déclarant sa candidature pour le Gouvernorat de Mohéli, alors que l’UPDC est toujours favorable à la candidature de la Première Dame dite «Maman» pour le Gouvernorat situé à Bonovo. Même le brave Abdou Madi Mari, fervent partisan d’Abiamri Mahamoud, avait lancé dans un soupir qu’il allait désormais se ranger derrière la candidature de Maman: «Mon choix de candidat pour les élections de gouverneur n’a jamais été sur Hadidja Aboubacar mais le parti a choisi, je m’incline. C’est ainsi que cela doit se passer pour tout le monde et pour les autres candidats du parti». Mais, le piteux château de cartes construit sur du sable vient de s’écrouler piteusement. Cela fait ricaner, et on se demande dans quel camp va encore se situer Abdou Madi Mari.

     Ce qui est pitoyable dans l’affaire, c’est que, dans le communiqué qu’il a rendu public ce mardi 10 novembre 2015 pour déclarer sa candidature au Gouvernorat de Mohéli, l’homme Abiamri Mahamoud règle quelques comptes personnels tout à fait inattendus, en stigmatisant le régime politique actuel, qu’il accuse de n’avoir pas tenu ses promesses à l’égard de Mohéli, alors que naturellement, il en est l’un des principaux bénéficiaires. La chose est de notoriété publique. C’est donc une situation abracadabrantesque et pathétique parce que les Comoriens attendent toutes sortes de coups de poignards dans le dos et de peaux de bananes de la part des acteurs politiques, mais ne comprendront jamais la nature de telles accusations. Qu’il dise, lui, que Mohéli n’a pas bénéficié des infrastructures attendues et annoncées ne fait que jeter la suspicion sur les personnalités publiques comoriennes. D’où la question de savoir s’il n’aurait pas été très sage de la part du Président Ikililou Dhoinine de le maintenir à son poste, à la Direction générale de Comores Télécom, jusqu’à ce qu’il prenne la décision de démissionner lui-même. Mais, on ne fait pas de la politique avec des «si». En même temps, il faut reconnaître que le grand problème qui se pose est celui de la fidélité et de la sincérité des acteurs politiques. Sur ce point, il faut faire confiance à l’analyste politique Saïd-Omar Allaoui quand il dit que «le grand malheur aux Comores, c’est les gens ne croient à rien», pendant que le Docteur Saïd-Mohamed Saïd-Hassane estime qu’il n’y a plus d’opposants aux Comores, mais «des mécontents». On pourrait même parler de «frustrés». De fait, les amis du jour sont les pires ennemis du lendemain, et bientôt plus personne ne fera confiance à l’autre sur la scène politique comorienne.

     En tout état de cause, une chose est certaine: l’élection au Gouvernorat de Mohéli en 2016 sera une élection présidentielle-bis. Les enjeux seront énormes à Mohéli. Les acteurs politiques en présence vont déployer des moyens sans commune mesure avec une élection gubernatoriale classique. Personne n’admettra sa défaite personnelle, et personne n’acceptera la victoire de l’autre. Sur les autres îles, les candidats ne vont pas se regarder dans le blanc des yeux non plus et se câliner, mais à Mohéli, ça sera pire. Les accusations de fraude électorale ont même commencé à pleuvoir. C’est la pure vérité. Les Mohéliens vont assister à une débauche de moyens et de haine. L’élection au Gouvernorat de Mohéli en 2016 sera la plus disputée et la plus farouche parce que certains candidats estiment que les vaincus seront des condamnés à mort en sursis. Cela s’explique par le nuage de haine qui plane actuellement sur Mohéli, où une liste des trois candidats à vaincre à tout prix est établie par certains acteurs politiques qui disent être prêts à tout sauf à voir l’un des membres du trio accéder à Bonovo.

     En tout cas, de passage à Paris fin novembre 2015, la Première Dame organisera une rencontre avec les Mohéliens vivant en France pour expliquer la motivation et le bien-fondé de sa candidature au Gouvernorat de Mohéli, une candidature qui n’est toujours pas encore déclarée officiellement mais dont l’annonce ne va plus tarder, puisque la réconciliation au sein de l’UPDC semble désormais impossible.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 14 novembre 2015.

Powered by Comores infos